Rechercher
Rechercher

Liban

Destitution de Salamé : "nous avons besoin de tout le monde", estime Berry

Destitution de Salamé :

Le président du Parlement libanais, Nabih Berry. Photo d'archives Reuters

Le président du Parlement libanais, Nabih Berry, s'est déclaré opposé vendredi à une destitution du gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, particulièrement ciblé par certains contestataires la nuit dernière. "Nous avons besoin de tout le monde. Nous ne pouvons nous passer de personne", a déclaré M. Berry dans une courte déclaration à l'issue d'une rencontre au sommet au palais de Baabda avec le président, Michel Aoun, et le Premier ministre, Hassane Diab, qui précède le deuxième Conseil des ministres de la journée.

Il a également ajouté que les trois présidents s'étaient entendus sur une "baisse de la valeur du dollar face à la livre libanaise", au lendemain d'une nuit de contestation et de colère sur l'ensemble du territoire libanais contre la chute incontrôlée de la monnaie nationale face au billet vert et contre le pouvoir en place.

"Nous nous sommes accordés lors d'un entretien avec les présidents Aoun et Diab sur une baisse de la valeur du dollar face à la monnaie libanaise jusqu'à 3 200 livres à partir d'aujourd'hui". Il a indiqué que les mesures concrètes dans cet objectif ont été entérinés lors de la première réunion du gouvernement au Grand Sérail. Lors de ce premier Conseil des ministres, il a été décidé que la Banque du Liban (BDL) commence à injecter des dollars sur le marché pour tenter de réguler le taux de change avec la livre. "Nous sommes également accordés sur le fait qu'il faut parler d'une seule et même voix avec le Fonds monétaire international" avec lequel le gouvernement, confronté à la plus grave crise économique et financière en 30 ans, négocie une aide financière.


Le président du Parlement libanais, Nabih Berry, s'est déclaré opposé vendredi à une destitution du gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, particulièrement ciblé par certains contestataires la nuit dernière. "Nous avons besoin de tout le monde. Nous ne pouvons nous passer de personne", a déclaré M. Berry dans une courte déclaration à l'issue d'une rencontre au sommet au...