Rechercher
Rechercher

Société - Sectarisme

Des intellectuels chiites dénoncent « une culture qui se nourrit de discorde »

Quarante-trois signataires d’un document hostile au comportement du Hezbollah et d’Amal réaffirment leur attachement au mouvement du 17 octobre et au changement.

Un groupe d’intellectuels chiites a publié hier un communiqué cosigné par 43 personnalités, pour dénoncer les slogans sectaires lancés par les partisans du Hezbollah et d’Amal, lors d’affrontements avec les protestataires de la place des Martyrs, qui manifestaient samedi contre le pouvoir en place. Soulignant que le comportement sectaire s’inscrit dans le cadre d’une « politique mesquine qui se nourrit des divisions et de discorde », ils ont réaffirmé leur soutien au mouvement de révolte du 17 octobre et leur attachement au « changement en vue de l’édification d’un État de droit ».

Le document a pour titre : « La culture chiite s’oppose à l’injustice et à la corruption et appelle à un État civil, démocrate et juste ». Les signataires soulignent d’emblée que l’une des principales réalisations du soulèvement du 17 octobre est que « les Libanais sont descendus dans la rue, mus par leur seule appartenance nationale, refusant d’être confinés dans des carcans confessionnels et unis face à un pouvoir qui a toujours investi dans son influence communautaire pour consolider la corruption et le clientélisme et affaiblir l’État ».

Lire aussi

À Aïn el-Remmané, chrétiens et musulmans ne veulent pas d’une nouvelle guerre

Rappelant que « les tentatives d’étouffer le mouvement de révolte avaient commencé dès les premiers jours et ne se sont pas arrêtées », les signataires relèvent que les incidents du 6 juin (les affrontements intercommunautaires de la place des Martyrs, de Tarik Jedidé et de Chiyah-Aïn el-Remmané) ont mis en relief la politique qui consiste à enfermer les Libanais dans des carcans confessionnels et à les embrigader dans la perspective de batailles provoquées. « L’insistance à scander chiaa, chiaa, chiaa (chiites) par des fractions organisées et téléguidées n’a pour objectif que de faire de la provocation, à travers entre autres les blasphèmes. Ce comportement délibéré reflète l’impasse dans laquelle se trouvent les parties au pouvoir, paralysées face à la menace de la famine et à l’effondrement économique. Il renvoie également à leur irresponsabilité à l’égard de la société et de l’État. L’impasse est telle que ces parties n’hésitent pas à attiser la discorde et à l’exploiter pour préserver leur hégémonie et leur corruption », poursuivent les intellectuels chiites qui réitèrent leur soutien au mouvement du 17 octobre et réaffirment leur « adhésion aux options de l’État civil et de la coexistence ». Ils « stigmatisent les politiques sectaires mesquines qui se nourrissent des divisions et de la discorde et appellent les Libanais à rester attachés au changement pour accéder à un État de droit fondé sur la citoyenneté et la Constitution ». « Nous avertissons les forces qui s’approfondissent dans la généralisation de la culture des divisions, de l’isolationnisme et de l’arrogance et qui investissent dans la démagogie et les instincts confessionnels que leurs choix sont suicidaires et reflètent le comportement de ceux qui sont faibles dans la religion, le patriotisme et l’esprit », font observer les signataires avant de relever que les slogans brandis par les partisans du Hezbollah et d’Amal, samedi, « sont contraires à l’identité chiite libanaise arabe ainsi qu’à l’identité islamique. Ils représentent une culture provisoire et honteuse qui essaie de faire de la communauté ouverte que sont les chiites, un groupe fermé à toutes les valeurs consolidées par ses imams, notamment Ali ».

Les signataires sont : Amine Wehbé, Assaad Mohammad Jamil Haydar, Ahmad Ayache, Ahmad Kanso, Hareth Doureid Sleiman, Habib Karchat, Hassan Hajj Hassan, Hussein Alwa, Khalil Kazem Khalil, Diab Hajj Hassan, Rifaat Nayef Masri, Chérif Dirani, Ali Sabri Hamadé, Ali Mohammad Hassan al-Amine, Ali Zeayter, Ali Beydoun, Hajj Abbas Zaki Ismaël, Ali Ali Dirani, Ali Aziz, Ali Moustarah, Ali Mohammad Ali Dirani, Mohammad Dib Osman, Ali Toufayli, Ghaleb Yaghi, Karim Mroué, Lina Hamdane, Lina Husseini, Layal Mansour, Mohammed Ali Moukalled, Mona Fayad, Mohammad Farid Matar, Mounif Faraj, Mounib Kanj, Marwan Hamadé (activiste politique), Mohammad Alwe, Mohammad Nassereddine, Najla Kanaan, Nidal Ahmad Abou Chahine, Wassim Ghandour, Youssef Mortada, Yassine Chamas, Youssef Chamas et Mona Ghandour.


Un groupe d’intellectuels chiites a publié hier un communiqué cosigné par 43 personnalités, pour dénoncer les slogans sectaires lancés par les partisans du Hezbollah et d’Amal, lors d’affrontements avec les protestataires de la place des Martyrs, qui manifestaient samedi contre le pouvoir en place. Soulignant que le comportement sectaire s’inscrit dans le cadre d’une...

commentaires (4)

Bien dit et exprimé, mais je n'ai lu nul part leur demande de démissions de leurs représentants que ce soit dans l’exécutif ou le législatif... Ceci est aussi une forme de confessionnalisme puisque l'on condamne mais seul les autres partent! Un bon début mais pas suffisant pour convaincre les citoyens non Chiite de leur sincérité!

Pierre Hadjigeorgiou

13 h 04, le 10 juin 2020

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Bien dit et exprimé, mais je n'ai lu nul part leur demande de démissions de leurs représentants que ce soit dans l’exécutif ou le législatif... Ceci est aussi une forme de confessionnalisme puisque l'on condamne mais seul les autres partent! Un bon début mais pas suffisant pour convaincre les citoyens non Chiite de leur sincérité!

    Pierre Hadjigeorgiou

    13 h 04, le 10 juin 2020

  • INITIATIVE NATIONALE DES CHIITES LIBANAIS QUI NE PEUVENT PLUS SE TAIRE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    12 h 42, le 10 juin 2020

  • 30 maronites qui n'ont pas peur de la prison, 43 personnalités qui risquent une bombe sous leur voiture. C'est la journée du courage! Bravo et merci!

    Yves Prevost

    07 h 13, le 10 juin 2020

  • Ces intellectuels disent tout haut ce qu'une majorité silencieuse pensent !

    OMAIS Ziyad

    01 h 45, le 10 juin 2020

Retour en haut