Immobilier

Solidere est sorti du rouge, selon son vice-président

Solidere, la société privée créée par l’ancien Premier ministre Rafic Hariri dans le but de reconstruire le centre-ville après la guerre civile de 1975 à 1990, a annoncé, par la voix de son vice-président Ghazi Youssef qui s’est confié au quotidien Daily Star, avoir vendu pour « 400 à 500 millions de dollars d’immobilier au centre-ville de Beyrouth au cours des deux dernières années ». Une performance qui lui a permis de « sortir du rouge » en payant une grosse partie de ses 600 millions de dettes accumulées, précise M. Youssef qui n’a toutefois pas communiqué le bilan de la société en 2019. Solidere a réalisé un bénéfice de 42 millions de dollars durant le premier semestre 2019, alors que la société a connu des pertes d’environ 100 millions de dollars en 2018.

L’amélioration de la conjoncture pour la société – dont les actions n’ont cessé de grimper depuis le début de l’année –, alors que le pays traverse une grave crise économique et financière marquée par une violente dépréciation de sa monnaie, n’est pas surprenante. Les restrictions bancaires informelles et illégales mises en place dans le pays depuis fin août dernier ont poussé de nombreux Libanais dont les opérations possibles à partir de leurs comptes en dollars sont limitées – hors comptes spéciaux dédiés aux « fonds frais » sur lesquels aucune restriction ne s’applique – à investir dans l’immobilier. Ghazi Youssef a de plus expliqué qu’il y avait selon lui « près de 5 millions de dollars (circulant) sur le marché », soit hors secteur bancaire, pour expliquer la hausse des ventes de sa société. Enfin, en raison de la peur d’un bail-in (une ponction des dépôts en contrepartie d’actions dans la banque), qui plane depuis plusieurs mois et qui est fortement envisagé par le gouvernement dans son plan de redressement voté le 30 avril, les déposants préfèrent s’engouffrer dans l’unique porte de sortie possible pour les dépôts en dollars : l’achat de terrains, d’immobilier, de voitures ou de montres de luxe, à travers des chèques bancaires. Les banques du pays sont en effet enclines à les émettre – tant que ces devises circulent dans ce pays – et Solidere les accepte selon une source proche du dossier, relayée par le Daily Star.



Solidere, la société privée créée par l’ancien Premier ministre Rafic Hariri dans le but de reconstruire le centre-ville après la guerre civile de 1975 à 1990, a annoncé, par la voix de son vice-président Ghazi Youssef qui s’est confié au quotidien Daily Star, avoir vendu pour « 400 à 500 millions de dollars d’immobilier au centre-ville de Beyrouth au cours des deux...

commentaires (0)

Commentaires (0)