Crise

Les restrictions bancaires au menu de la 6e réunion entre le Liban et le FMI

Le ministère des Finances a annoncé que la réunion d’hier se poursuivra mercredi. Photo P.H.B.

Le ministère des Finances a annoncé dans un communiqué hier que la 6e réunion par visioconférence entre les négociateurs libanais désignés par l’exécutif et les cadres du Fonds monétaire international (FMI), à qui le pays du Cèdre, en crise, a demandé une aide financière, s’était déroulée hier en présence du ministre des Finances, Ghazi Wazni, et du gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé. Les débats ont officiellement débuté il y a une dizaine de jours. Les discussions se sont focalisées sur les contours d’un projet de loi de « contrôle de capitaux » devant à terme réglementer les restrictions bancaires adoptées de façon informelle et illégale par les établissements du pays depuis que les premier signes flagrants de la crise ont commencé à se manifester, soit à fin août dernier. Aucune indication sur le contenu des débats n’a filtré, si ce n’est qu’ils doivent se poursuivre mercredi prochain.

Lire aussi

Les discussions avec le Liban sont « constructives », estime le FMI

D’abord limitées par certains établissements à un plafonnement des retraits d’espèces en dollars, ces restrictions se sont progressivement durcies au fil des mois, accélérant de fait la crise de liquidités dans le pays et la dépréciation de la livre sur le marché de change (4 000 à 4 100 livres hier, alors que la parité officielle de 1 507,5 livres est maintenue pour certaines opérations bancaires). En novembre, après environ un mois de fermeture discontinue dans le sillage des imposantes manifestations dirigées contre la classe politique et qui ont éclaté à partir du 17 octobre 2019, l’Association des banques du Liban (ABL) a tenté d’harmoniser ces restrictions – toujours illégales en l’absence d’une loi du Parlement ou au moins une intervention limitée dans le temps de la banque centrale, qui avait un temps appelé les autorités à intervenir.

Réactions aux propositions des banques

C’est à partir de là que les établissements du pays ont notamment consacré la distinction entre les « dollars libanais », ou « lollars », et les « fonds frais ». Ces derniers désignent les devises issues des comptes sur lesquels les banques ont appliqué le plus de restrictions – transferts à l’étranger, conversions, retraits d’espèces – souvent parce qu’elles n’ont plus assez de réserves pour les honorer. Ils se distinguent des « fonds frais » en devises qui sont en principe déposés sur des comptes spéciaux et dont la BDL a fini par garantir des mois plus tard le droit d’en disposer librement (circulaire n° 150 du 9 avril).

Au-delà de la question du contrôle des capitaux, la réorganisation du secteur bancaire occupe une place centrale dans les discussions que le Liban et le FMI entretiennent. La restructuration du secteur, qui a accumulé des dizaines de milliards de dollars, fait partie, avec celle de la BDL, des principaux chantiers que le plan de redressement du pays préparé par le gouvernement prévoit.

Pour mémoire

Berry et Salamé tentent d’unifier la position officielle libanaise face au FMI

Un plan qui « constitue un bon point de départ, diagnostique les nombreux problèmes économiques auxquels le pays fait face et propose un ensemble complet de politiques pour y remédier », a assuré jeudi le FMI à travers son porte-parole Gerry Rice. L’organisation considère toutefois que l’ensemble doit être affiné. Le plan s’est toutefois attiré les foudres d’une partie du secteur privé du pays, banques en tête, qui considèrent l’État responsable d’une partie des pertes accumulées – notamment en faisant défaut sur la dette en devises dans laquelle elles avaient massivement investi ou en ne lançant pas certaines réformes réclamées depuis des années.

Cette divergence – justifiée pour certains, moins pour d’autres qui considèrent difficile d’exonérer les banques de toute responsabilité dans les décisions qui les ont amenées à cette situation – a conduit l’ABL à publier jeudi un ensemble de proposition alternatives. Muet jusqu’ici, le ministre des Finances a fini par réagir hier dans un communiqué qui semble avoir été rédigé avec le concours du cabinet international Lazard, sélectionné en février dernier pour assister le Liban dans ses négociations avec les détenteurs de sa dette publique. Le ministère y juge les propositions de l’ABL « bienvenues » et porteuses d’un « consensus bienvenu », mais qualifie le plan d’« incomplet » à certains égards et promet de poursuivre le débat.


Le ministère des Finances a annoncé dans un communiqué hier que la 6e réunion par visioconférence entre les négociateurs libanais désignés par l’exécutif et les cadres du Fonds monétaire international (FMI), à qui le pays du Cèdre, en crise, a demandé une aide financière, s’était déroulée hier en présence du ministre des Finances, Ghazi Wazni, et du gouverneur de la...

commentaires (5)

LA PARISIENNE: Ces informations méritaient la Une .Cessez de nous rebattre les oreilles, et de faire diversion sur un virus pour aller à l'essentiel des conditions posées par le FMI et la BM pour accorder au Liban en faillite un soutien financier en milliards de dollars. L'opinion publique croit qu'il s'agit d'un prêt bancaire avec intérêts. Il faut lui expliquer ce qu'est le FMI et comment il fonctionne.

Saab Edith

18 h 39, le 24 mai 2020

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • LA PARISIENNE: Ces informations méritaient la Une .Cessez de nous rebattre les oreilles, et de faire diversion sur un virus pour aller à l'essentiel des conditions posées par le FMI et la BM pour accorder au Liban en faillite un soutien financier en milliards de dollars. L'opinion publique croit qu'il s'agit d'un prêt bancaire avec intérêts. Il faut lui expliquer ce qu'est le FMI et comment il fonctionne.

    Saab Edith

    18 h 39, le 24 mai 2020

  • TOUS LES MAFIEUX AU MENU.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    08 h 55, le 23 mai 2020

  • Les fameux dollars frais proviennent de comptes ouverts à l'étranger, par des initiés proches du secteur bancaires, qui ont été alimentés par des transferts massifs avant et après le 17 octobre. Ces personnes sont donc aujourd’hui privilégiées en rapatriant ces dépôts en fonction de leurs besoins et peuvent en disposer librement. En revanche, les déposants fidèles qui ont conservé leur épargne au Liban sont fortement pénalisés par toutes sortes de restrictions et de vols sur leur épargne alors qu’en conservant leurs dépôts au Liban, ils ont évité une faillite de toutes les banques. Alors Messieurs les technocrates et responsables, adoptez des mesures de contrôle des capitaux mais souvenez vous que plus aucun investissement ne proviendra des libanais de la diaspora qui après avoir perdu, depuis longtemps, confiance en l’Etat libanais vont perdre aujourd’hui totalement confiance en son système bancaire.

    Liberté de Penser

    08 h 13, le 23 mai 2020

  • ON GARDE TOUJOURS LES GENS DANS LE NOIR. RIEN DE CONCRET.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    07 h 58, le 23 mai 2020

  • "... alors que la parité officielle de 1 507,5 livres est maintenue pour certaines opérations bancaires ..." | Vous n’avez pas bientôt fini d’utiliser ce terme abscond et appeler un chat un chat? C’EST ÇA LE HAIRCUT !!!

    Gros Gnon

    06 h 20, le 23 mai 2020