Environnement

La montagne de Saydet el-Hosn à Ehden défigurée par une énorme cavité

Le mystère entoure toujours les travaux sur ce terrain sur un site très apprécié des Zghortiotes et des Libanais, entrepris en vertu d’un simple permis de « bonification de terrains ».

Les travaux entrepris sur la montagne de Saydet el-Hosn. Photo tirée de la page Facebook du groupe d’activistes Zgharta Ghadouna

Les Zghortiotes qui s’apprêtent à rejoindre par vagues Ehden, leur village pour la saison estivale, doivent se préparer à une mauvaise surprise : le paysage si familier de la montagne de Saydet el-Hosn, surplombée par la célèbre statue de la Vierge, est désormais défiguré par une énorme cavité, sous couvert d’un permis de « bonification de terrains ». Un tel permis ouvre généralement la voie à une exploitation agricole, mais, selon un architecte sur place, il est peu probable que cela soit l’intention des propriétaires du terrain. Alors qu’un certain secret entoure ces travaux, une polémique secoue d’ores et déjà le village. L’affaire a été révélée par des habitants de Ehden, qui ont été surpris par les travaux d’excavation sur la montagne de Saydet el-Hosn.

Pour les Zghortiotes comme pour un certain nombre de Libanais, ce site est une forteresse avancée d’Ehden et du « pays maronite » dominant les plaines et la mer, tout au long de leur histoire agitée. La statue de la Vierge Marie qui culmine est la plus grande statue en granite de tout le Liban. La montagne de Saydet el-Hosn reçoit en outre des visiteurs de toutes les régions du pays et des quatre coins du monde.

Lire aussi

Ehden, l’Éden qui ne vous est pas interdit...

Outré, un activiste local a pris une photo de la montagne défigurée et l’a partagée sur les réseaux sociaux. Dans la foulée de la polémique suscitée par ce cliché, il apprend que les propriétaires du terrain en question ont obtenu un permis de « bonification de terrains » délivré par le ministère de l’Agriculture. Interrogé à ce sujet par L’Orient-Le Jour, Boulos Douayhi, architecte et géographe originaire de Zghorta-Ehden, précise que l’endroit où les travaux sont entrepris est une zone classée forestière.

« Dans les zones forestières, ni la construction de bâtiments ni la bonification de terrains ne doit être autorisée », explique M. Douayhi. « Dans des cas précis, poursuit-il, il est permis de construire de petits bâtiments sur un espace ne dépassant pas 2,5 % de la superficie du terrain lorsque celle-ci est de 5 000 mètres carrés ou plus. » Or, selon l’architecte, le terrain où les travaux sont réalisés à Ehden ne dépasse pas les 900 mètres carrés.

Des « regrets » au ministère ?

Il estime également que plusieurs lois ont été enfreintes. « Selon la décision ministérielle numéro 731/1 sur les conditions requises pour l’obtention d’un permis de bonification de terrain, l’angle de la pente du terrain ne devrait pas dépasser les 45 degrés et les travaux ne devraient pas aller à l’encontre de la préservation d’un paysage naturel faisant partie d’un site de destination estivale », poursuit le militant. Selon lui, le terrain en question ne remplit ni ces conditions-là ni d’autres figurant dans le décret.

Un responsable du ministère de l’Agriculture ayant requis l’anonymat a exprimé à L’Orient-Le Jour son regret d’avoir octroyé ce permis de bonification de terrains. « Nous ne savions pas de quel terrain il s’agissait et nous n’étions pas informés de sa nature », déplore le responsable. « Le rapport qui nous a été remis se contente de nous indiquer que le terrain n’est pas planté d’arbres, ce qui est vrai », poursuit cette source. Si le ministère n’a pas d’informations précises sur le terrain, il est difficile d’imaginer que la municipalité de Zghorta-Ehden n’en connaisse ni le lieu ni la nature. L’OLJ a essayé sans succès de contacter le président de la municipalité de Zghorta-Ehden, Antonio Frangié, dont la signature figure sur le permis.

Pour M. Douayhi, mis à part le caractère illégal de la bonification de terrains dans une zone classée forestière, les travaux réalisés entretiennent le doute quant aux intentions des propriétaires. « Pour commencer, il n’y a pas d’accès à l’eau dans cette zone, ce qui rendra l’irrigation difficile », dit-il. « En plus, le fossé creusé dans le terrain ne prend pas la forme de terres agricoles, mais d’une cavité profonde dont la réalisation est beaucoup trop coûteuse pour ne servir qu’à une simple bonification de terrains », ajoute-t-il. Selon l’architecte, si les propriétaires entendent construire une maison sur le terrain plutôt que d’y aménager une exploitation agricole, ils devront soit le faire illégalement, soit obtenir une exception du Conseil supérieur de l’urbanisme.


Les Zghortiotes qui s’apprêtent à rejoindre par vagues Ehden, leur village pour la saison estivale, doivent se préparer à une mauvaise surprise : le paysage si familier de la montagne de Saydet el-Hosn, surplombée par la célèbre statue de la Vierge, est désormais défiguré par une énorme cavité, sous couvert d’un permis de « bonification de terrains ». Un tel...

commentaires (8)

S'ils pouvaient arrêter de "bonifier " le Liban et aller se faire pendre ailleurs, comme ce paradis serait beau et nous nourrirait tous.

Je partage mon avis

11 h 33, le 20 mai 2020

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • S'ils pouvaient arrêter de "bonifier " le Liban et aller se faire pendre ailleurs, comme ce paradis serait beau et nous nourrirait tous.

    Je partage mon avis

    11 h 33, le 20 mai 2020

  • comment ca des doutes quant aux intentions du proprietaire? le permis qui lui est accorde est il legal ou pas ? ce permis est il explicite ou pas ? ce permis a t il ete avalise par la municipalite ou pas ? ce permis a bien ete signe par mr mortada le ministre ou pas ? ce permis a ete accorde a un prete nom, un mafieux ou pas ?

    gaby sioufi

    11 h 04, le 20 mai 2020

  • Et en quoi la statue est à sa place ici, même si on la trouve jolie?

    M.E

    10 h 33, le 20 mai 2020

  • Alors c'est simple: Il suffit d'enquêter QUELLE entreprise a entrepris ces travaux? QUI est le commanditaire et client? QUI a autorisé ceci au ministère? Comment ces travaux sont apparus "en 24h?" A partir de là, si VRAIMENT la justice au liban souhaite prouver son indépendance? Eh bien... Faut y aller. Mais le problème est que c'est "silence radio" à tous les niveaux. Le responsable coupable pourri et corrompu sera certainement, le pauvre gardien de nuit qui n'a pas su protéger les lieux.. c'est certainement ceci oui.oui.oui...sans aller plus loin.

    RadioSatellite.co

    10 h 30, le 20 mai 2020

  • Corrompre, acheter, soudoyer, pervertir, détourner, graisser, débaucher, pourrir, détériorer, décomposer, putréfier..... Bienvenue chez nous...

    Nadine Naccache

    10 h 15, le 20 mai 2020

  • LE PAYS EN TOTALITE EST DEFIGURE PAR DES EXCAVATIONS OBTENUES BEL LATTA QUE CE SOIT POUR DES CARRIERES, KAMEN BEL LATTA, OU DES BATISSES ILLEGALES TOUTES BEL LATTA. LEBNEN MALHEUREUSEMENT BALAD EL LATTA... TOUT S,ACHETE ET SE VEND OBJETS ET PERSONNES MEN EL AKBAR LAL AZGHAR KELL MIN ELOU SE3ROU BHAL BALAD.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 41, le 20 mai 2020

  • "...a exprimé son regret d'avoir octroyé ce permis de bonification de terrain...et...nous ne savions pas de quel terrain il s'agissait...etc.,..." Alors, vous, "RESPONSABLE " du ministère de l'Agriculture", pourquoi signer ce permis ??? Nous, on se demande s'il existe encore dans ce pays des personnes munies du tirtre "RESPONSABLE DE..." qui soient honnêtes ? Et qui n'ont pas honte, une fois les faits découverts, de "déplorer" ou d'être injoignables, comme le président de la municipalité de Zghorta-Ehden, Antonio Frangié ! Irène Saïd

    Irene Said

    09 h 10, le 20 mai 2020

  • Et encore une autre preuve si besoin est que la corruption a encore de beaux jours devant elle. A gerber.

    Fadi Moussalli

    06 h 40, le 20 mai 2020