Rechercher
Rechercher

Économie - Coup de filet

Un vaste réseau d'opérations de change et de transferts de fonds illégaux vers la Syrie démantelé

Les 16 personnes, dont 13 Syriens, interpellées ont pu être identifiées lors d'une enquête sur un Syrien arrêté pour avoir transféré de l'argent vers l'étranger afin de financer une organisation terroriste.

Un homme tenant des billets de 100 dollars américains. Photo d'illustration Mohammad Huwais/AFP

Seize personnes, dont 13 ressortissants syriens, ont été arrêtées au Liban pour leur implication dans un réseau d'opérations de change et de transferts de fonds illégaux vers la Syrie, a annoncé samedi l'armée libanaise, alors que les autorités ont durci le ton contre les changeurs en contravention en pleine pénurie du dollar.

L'opération a été menée conjointement dans plusieurs régions du pays par les services de renseignement de la troupe. Ces personnes ont pu être identifiées lors d'une enquête de l'armée concernant un Syrien arrêté pour avoir transféré des fonds vers l'étranger afin de financer une organisation terroriste, selon le communiqué publié par l'armée. Les militaires ont saisi "des sommes importantes" et les interpellations ont eu lieu dans 12 régions. Le communiqué indique que les personnes appréhendées utilisaient des plateformes électroniques non-licenciées pour transférer des fonds vers l'étranger. L'enquête se poursuit afin d'identifier d'éventuels complices. 

Le coup de filet a été mené grâce à l'arrestation, plus tôt cette semaine, d'un changeur libanais à Beyrouth en possession "de centaines de milliers de dollars", a indiqué à l'AFP une source de sécurité. Selon la source, il collaborait avec un autre Syrien, installé au Liban depuis des années et rattaché au réseau, pour l'envoi des fonds vers la région d'Idleb, en Syrie. Initialement, le réseau envoyait l'argent avec des voyageurs qui se rendaient en Syrie, avant d'utiliser la plateforme en ligne pour contourner la fermeture de la frontière, imposée mi-mars pour enrayer la propagation du nouveau coronavirus, selon la même source.

Cette arrestation a été menée alors que le Liban, au bord du naufrage économique, connait actuellement une importante crise monétaire et financière, caractérisée par une importante restriction de la circulation des devises et une forte dépréciation de la livre libanaise face au dollar dans les bureaux de change.

Indexée sur le billet vert depuis 1997 au taux fixe de 1.507LL pour un dollar, la monnaie nationale a dégringolé jusqu'à franchir en avril le seuil historique des 4.000LL pour un dollar. Face à cet effondrement, la BDL a fixé un plafond de 3.200 livres pour un dollar dans les bureaux de change, sans empêcher l'émergence d'un marché noir. Les forces de sécurité ont multiplié les descentes contre les changeurs illégaux, procédant à des dizaines d'interpellation.

Dans le cadre d'une enquête sur la manipulation du taux de change, le responsable des opérations monétaires à la BDL a été interpellé jeudi, quelques jours après l'arrestation du président du syndicat des bureaux de change. Vendredi la Banque du Liban (BDL) a nié dans un communiqué "toute manipulation du marché des changes" à travers ses opérations.

Lire aussi

Manipulation du taux de change : ce que l’on sait sur la récente vague d’arrestations

La crise a eu des répercussions sur la Syrie voisine, où la monnaie nationale a connu une dépréciation. Pour le pays en guerre, visé par des sanctions occidentales, le Liban offrait selon des experts un accès dérobé aux dollars, vitaux pour l'économie et les importations syriennes.


Seize personnes, dont 13 ressortissants syriens, ont été arrêtées au Liban pour leur implication dans un réseau d'opérations de change et de transferts de fonds illégaux vers la Syrie, a annoncé samedi l'armée libanaise, alors que les autorités ont durci le ton contre les changeurs en contravention en pleine pénurie du dollar.L'opération a été menée conjointement dans...

commentaires (9)

La préoccupation première du président Aoun ainsi que de Gebran ,Bassil lorsqu'il dirigeait les AE etait de rapatrier les réfugiés syriens au plus tôt ! Nous avons vraiment eu tort de les insulter et de les prendre à la légère ! Ils ont été combattus sur ce sujet par les américains et autres occidentaux , qui n'ont pas permis au plan russe de rapatriement de voir le jour hélas ! Nous devtions nous en mordre les doigts ! Très bientôt vous saurez pourquoi !

Chucri Abboud

23 h 48, le 17 mai 2020

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • La préoccupation première du président Aoun ainsi que de Gebran ,Bassil lorsqu'il dirigeait les AE etait de rapatrier les réfugiés syriens au plus tôt ! Nous avons vraiment eu tort de les insulter et de les prendre à la légère ! Ils ont été combattus sur ce sujet par les américains et autres occidentaux , qui n'ont pas permis au plan russe de rapatriement de voir le jour hélas ! Nous devtions nous en mordre les doigts ! Très bientôt vous saurez pourquoi !

    Chucri Abboud

    23 h 48, le 17 mai 2020

  • Tous des cons impunis.

    Marie Claude

    19 h 34, le 17 mai 2020

  • le Liban est une passoire à la frontière et ailleurs tant que le libanais de base agit de facon confessionnelle ,et la majorité des libanais appartiennent à des ZAIMES confessionnels , tant on continue à lire sur l extait de naissance la confession de chaqu un (voulu par les chefs élus par le peuple) le Liban restera un pays du moyen age et les libanais sont complices d ailleurs tout ca est bien rodé on affame le peuple pour lui venir en aide

    youssef barada

    18 h 44, le 17 mai 2020

  • Notre malheur c est la Syrie et ses valets au Liban Malheureusement pour HN son but ne sera en définitive jamais atteint puisque ce sont les milliardaires Sunnites de Syrie qui en profitent. Qu’en pensent les parents de ces jeunes Libanais du Sud que vous avez envoyé au massacre ?Pour défendre quel idéal ? Qu’en pensent nos émigrés d’Afrique et d’ailleurs d’avoir perdu tout leur argent pour alimenter en fuel farine sucre et dollars la Syrie notre sœur dévoreuse de sang Libanais depuis un demi-siècle ?

    PHENICIA

    17 h 20, le 17 mai 2020

  • Pas assez..... ca ne marche plus ce genre de miettes qu' on nous jette.

    Nadine Naccache

    13 h 21, le 17 mai 2020

  • L’armée s’avère très efficaces quand il s’agit d’arrêter des trafiquants de tout genre qui œuvrent pour déstabiliser le régime syrien en place mais des qu’il s’agit de faire la même chose pour protéger notre pays il y a des voix qui s’élèvent pour dire qu’ils sont dans l’incapacité de le faire. Le pire c’est qu’aucun haut placé de cette armée n’a osé contredire ce chef de milices et lui prouver le contraire. Vous avez dit bizarre, comme c’est bizarre.

    Sissi zayyat

    12 h 30, le 17 mai 2020

  • N'est-ce pas le chef enturbanné de noir du "parti divin" qui plaidait l'autre jour pour des "relations normales" avec la Syrie, de même que l'ambassadeur chez nous de ce très respecté pays-frère ? Même pas besoin de le faire de façon officielle, nos "frères syriens" chez nous s'en chargent très efficacement pour les bénéfice de tous, y-compris le "partit divin" couvrant toutes ces magouilles utiles pour lui. Et ses nombreux discours mielleux truffés de citations religieuses ne peuvent jamais cacher la triste réalité de ce parti qui se prétend avec un incroyable culot "résistant" ! Irène Saïd

    Irene Said

    12 h 10, le 17 mai 2020

  • LA CRISE DU DOLLAR C,EST A CAUSE DE LA SYRIE ET DES TRAITRES QUI LA SOUTIENNENT ET L,AIDENT AUX DEPENS DU LIBAN DEPUIS DES ANS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    11 h 53, le 17 mai 2020

  • Transfert de fonds : quelques millier même millions de dollars transferés par ces manipulateurs/changeurs….! OH Le but de ce genre d’article n’est – il pas de nous faire oublier/ couvrir les transferts ILLEGALS de nos dites BANQUES ? Dont on s’efforce de parler de moins en moins C’est que nos BANQUIERS sont cravatés .

    aliosha

    11 h 27, le 17 mai 2020

Retour en haut