Liban

Saad Hariri se lâche : Je suis pour la chute avec fracas du gouvernement s'il venait à échouer

"Gebran Bassil est protégé par le Hezbollah", affirme le leader du Futur.

L'ancien Premier ministre libanais Saad Hariri. Mohammad Azakir/Reuters

L'ancien Premier ministre libanais et leader du courant du Futur Saad Hariri s'est lâché jeudi contre le gouvernement de Hassane Diab, ainsi que contre le Hezbollah et le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, alors qu'il tente de former un large front d'opposition.

"Je suis en faveur de la chute de ce gouvernement s'il venait à échouer, et pour une chute avec fracas", a déclaré M. Hariri à l'issue d'une réunion des anciens Premiers ministres qu'il a reçus à la Maison du Centre, alors que le cabinet de Hassane Diab a adopté dans la journée un plan de redressement face à la plus grave crise économique et financière que traverse le Liban depuis 30 ans.

Ce plan est très attendu par la communauté internationale et les organismes financiers comme le Fonds monétaire international, auquel le gouvernement a demandé une assistance technique. Le FMI a promis d'aider le pays à condition que les autorités conduisent des réformes structurelles. "Négociez avec le FMI, si cela peut apaiser le pays et soyez transparents. C'est ce que j'aurais fait, a réagi Saad Hariri. Le Liban a besoin d'argent, pas que l'on s'en prenne aux économies des gens".


Diab et Bassil ciblés
Depuis son retour à Beyrouth il y a quelques semaines, Saad Hariri a multiplié les attaques contre le gouvernement de Hassane Diab, dont le Hezbollah et le CPL sont les principaux parrains politiques, alors que le Premier ministre actuel a vertement critiqué ces derniers jours les politiques économiques des gouvernements précédents.


Lire aussi

Pousser le gouvernement à la démission ? Plus facile à dire qu’à faire


"Les attaques politiques se poursuivent. Je ne comprends pas pourquoi Diab nous fait porter la responsabilité de ces 30 dernières années. Pourquoi répète-il les mots de Bassil et du chef de l'Etat (Michel Aoun, fondateur du CPL)? Il ne parlait pas comme ça lorsqu'il est venu me voir en me disant qu'il voulait devenir ministre ou chef du gouvernement", a-t-il déclaré.


Lire aussi

Hariri répond à Diab : Le gouvernement mène un coup d'Etat


Le leader du Futur s'en est également pris à Gebran Bassil "qui est protégé par le Hezbollah". Le CPL et le parti chiite sont les deux principaux contempteurs de ce que l'on appelle le "haririsme" politique et économique. "Que Gebran Bassil gère le pays si c'est comme ça", a-t-il lancé, soulignant que ce dernier a "géré le secteur de l'électricité et nous a laissé une facture de 11 milliards". "Nous pourrions discuter de cela avec raison, mais ils ne le veulent pas", a déclaré M. Hariri.

Néanmoins, le leader du Futur a déclaré que le président du Parlement, Nabih Berry, allié du Hezbollah mais dont les relations avec le CPL sont plutôt froides, était une "soupape de sécurité".


"Nous ne prenons part à aucun affrontement dans la rue"
Assurant qu'il était dans l'opposition, Saad Hariri a réagi aux accusations selon lesquelles ses partisans sont les responsables des violences ayant émaillé, notamment à Tripoli, le regain de la contestation de ces derniers jours. "Nous ne prenons part à aucun affrontement dans la rue. Nous nous mobilisons pour exprimer nos revendications nationales. Notre base ne casse, ni ne tue. Elle est patiente et réfléchit à la façon de sortir de la crise", a-t-il déclaré, et d'appeler "ceux qui causent les émeutes à Tripoli à arrêter" affirmant toutefois que "leur douleur est réelle".


Lire aussi

Une frontière floue entre le mouvement spontané et la manipulation politique


Il est par ailleurs revenu sur le débat autour de l'amnistie générale, réclamée par les détenus et leurs proches, ainsi que par certaines formations politiques, dont le CPL. "L’amnistie concerne aussi bien les musulmans que les chrétiens. Je suis contre l'amnistie de ceux qui s'en sont pris à l'armée, mais nous ne pouvons discuter de ce sujet sous l'angle du racisme. Oui, il y a un raciste dans ce pays", a-t-il estimé.

M. Hariri a tenu ses propos à l'issue d'une réunion avec les anciens Premiers ministres qui ont mis en garde le pouvoir contre des "pratiques pouvant conduire le pays à une crise dangereuse", appelant à mettre un terme aux "règlements de compte politiques sous prétexte de lutte contre la corruption". "Nous appelons le président de la République à mettre un terme aux tentatives de transformer le système parlementaire du pays en régime présidentiel, cesser les attaques contre la présidence du Conseil et revenir au principe de la séparation des pouvoirs", ont lancé les ex-Premiers ministres dans un communiqué lu par Fouad Siniora, à l'issue d'une réunion ayant également regroupé Nagib Mikati et Tammam Salam à la Maison du Centre. Par ailleurs, les anciens chefs de gouvernement ont appelé à enrayer l'effondrement économique et monétaire en accord avec le FMI et à mettre en œuvre des réformes "sans attendre".


L'ancien Premier ministre libanais et leader du courant du Futur Saad Hariri s'est lâché jeudi contre le gouvernement de Hassane Diab, ainsi que contre le Hezbollah et le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, alors qu'il tente de former un large front d'opposition.

"Je suis en faveur de la chute de ce gouvernement s'il venait à échouer, et pour une chute avec fracas", a...

commentaires (6)

GENDRISSIMALEMENT RACISTE ET LA BOITE VIDE MAIS LES POCHES PLEINES...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

00 h 33, le 01 mai 2020

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • GENDRISSIMALEMENT RACISTE ET LA BOITE VIDE MAIS LES POCHES PLEINES...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    00 h 33, le 01 mai 2020

  • Gebran Bassil ou Hezbollah c’est blanc bonnet et bonnet blanc Sauf que pour la couleur en elle même je crois que la neige est quand même à une certaine distance d’eux . Ils ont ignoré la révolution pour que les gens n’aillent pas fouiner dans ce qu’ils ont fait depuis dix ans alors garder le pouvoir à tout prix! Un véritable carnage du Liban a eu lieu car nous nous sommes mis à dos la communauté internationale ,les pays du Golfe et enfin nos propres émigrés.Affreuse malédiction qu’être rejeté par les nôtres qui chaque soir nous abreuvent d’invectives et de douas plus destructeurs que jamais! Enfin Dieu n’oublie pas les responsables de massacres de centaines de milliers de civils dont le tiers des enfants et les millions de réfugiés Syriens avec l’aide du Hezbollah et la complaisance du CPL .

    PHENICIA

    20 h 08, le 30 avril 2020

  • Quand je lis le titre, je ressens que se réjouir de la chute avec fracas en cas d'échec du gouvernement... c'est franchement puéril. C'est même triste. Là c'est tout le peuple qui court à la chute avec fracas. Le commun des mortels citoyens libanais... pas vous Mr Hariri. Au vu de la situation du pays dont vous Mr Hariri étiez le 1er ministre il me semble que la logique, le bon sens c'est précisément tout faire pour que le gouvernement actuel puisse réussir dans sa mission pour le relèvement du pays. Tous libanais non? Tous pour le Liban? Non...? "Soyez transparents. C'est ce que j'aurais fait..." c'est bien de donner ce genre de leçon. Il est toujours temps de l'être transparent. Pourquoi autant de mépris? Parce que la meilleure défense c'est l'attaque?

    Sybille S. Hneine

    19 h 12, le 30 avril 2020

  • cela peut apaiser le pays et soyez transparents. C'est ce que j'aurais fait, a réagi Saad Hariri. Le Liban a besoin d'argent, pas que l'on s'en prenne aux économies des gens".il voulait dire à l argent des hariris fin de citation

    youssef barada

    19 h 12, le 30 avril 2020

  • M. Hariri a constamment répété qu'il n'a aucun problème avec le Hezbollah dont il rencontrait constamment les membres pour reformer un Gouvernement en janvier 2020 . Et comme M Berri est son allié, Il n'a donc de problème qu'avec le CPL . Franchement les politiciens doivent se montrer plus solidaires et conscients de la gravité de la situation tant économique que confessionnelle à laquelle Ils ont conduit et confiné ce Peuple . Sinon please cédez la place .

    Lecteurs OLJ

    18 h 47, le 30 avril 2020

  • Avec cette déclaration , je présume que ce Monsieur a besoin d’un bon cours de Management.Quand une société va mal, on se met tous derrière une table pour y remédier. , mais vraiment tous ensemble pour aider a reconstruire .A bon entendeur

    Keke le.redoutable.

    18 h 38, le 30 avril 2020