Rechercher
Rechercher

Liban solidaire

Le marché du cœur de L’Écoute bat au rythme des besoins croissants

Ces denrées essentielles et variées sont distribuées directement aux familles jusqu’à nouvel ordre. Photo DR

Le nom de l’association L’Écoute est devenu synonyme, au fil des décennies, de solidarité sociale couplée à la sensibilisation environnementale. Fondée en 1990 et officiellement enregistrée en 1999, elle compte notamment sur le recyclage pour financer ses activités de soutien aux malentendants et aux jeunes de milieux défavorisés, ainsi que la promotion de l’intégration sociale des personnes handicapées et démunies, afin d’encourager leur accès au monde du travail.

Le soutien aux ménages en difficulté économique prend cependant une place grandissante dans le travail de l’association. Dans une volonté d’institutionnaliser cet aspect de son activité, L’Écoute a fondé un nouveau projet, baptisé le Marché du cœur. Situé à Sin el-Fil, ce centre, qui apparaît comme un marché au sens classique du terme, sera, en temps normal, consacré aux personnes qui viendront s’y approvisionner sans devoir payer. Dans le local très bien aménagé, doté de meubles le plus souvent recyclés et rénovés (dans l’esprit de la mission de l’ONG), les différentes denrées essentielles sont disposées avec beaucoup de goût et de clarté, afin que les visiteurs fassent leurs emplettes en toute dignité. Mais pendant la crise du coronavirus, L’Écoute préfère faire fonctionner ce centre en interne et distribuer elle-même des paniers alimentaires aux familles.

Comme pour toutes les associations, L’Écoute est confrontée à un besoin croissant ces derniers mois, tandis que les défis se multiplient, puisque les colis alimentaires doivent désormais être distribués directement aux familles bénéficiaires, afin de leur éviter de se déplacer. L’association se charge actuellement de quelque 200 familles, et pourrait desservir 750 familles si les moyens sont disponibles.

Pour mener à bien ce projet, qui couvre le Grand Beyrouth, le Metn et le Kesrouan, L’Écoute s’appuie sur ses partenaires, notamment la Banque alimentaire et d’autres organisations, tout en comptant aussi sur le soutien apporté par la société civile pour persévérer dans sa mission. Selon le père Jean-Marie Chami, fondateur et président de l’association, l’activité quotidienne nécessite plusieurs types de soutiens, notamment des contributions en espèces, en denrées alimentaires ou du volontariat. Les dons de denrées non périssables – boîtes de conserve, pâtes, riz, biscuits… – ou des produits d’hygiène et de nettoyage sont les bienvenus, tout comme le lait infantile et les paquets de couches pour enfants et adultes.

Toutes les contributions sont utiles pour soutenir au mieux cette initiative, qui fait partie de celles qui œuvrent sans discrimination aucune pour le seul bien de l’être humain. Pour toute information, contacter L’Écoute au 76-176234.



Lire aussi

L’ordre de Malte défie le coronavirus et décuple son action de terrain





Le nom de l’association L’Écoute est devenu synonyme, au fil des décennies, de solidarité sociale couplée à la sensibilisation environnementale. Fondée en 1990 et officiellement enregistrée en 1999, elle compte notamment sur le recyclage pour financer ses activités de soutien aux malentendants et aux jeunes de milieux défavorisés, ainsi que la promotion de l’intégration...

commentaires (0)

Commentaires (0)