CORONAVIRUS

BridgeAId, une application qui construit des ponts entre les ONG et les donateurs

Trois étudiantes libanaises ont remporté lundi dernier un concours organisé par l’Institut de technologie du Massachussets (MIT) intitulé « Covid-19 : vaincre la pandémie ».

Yasmina Richa. Photo Chloé Avedissian.

En ces temps de crise sanitaire et économique, les regards se tournent vers les plus démunis. Histoire d’agir vite, l’Institut de technologie du Massachussets (MIT) a lancé un concours à l’échelle mondiale, qui a eu lieu du vendredi 3 avril au dimanche 5, pour se défendre face à la pandémie de Covid-19. Trois étudiantes libanaises, Chloé Avédissian, étudiante en 3e année de génie informatique à l’AUB, et deux de ses amies d’enfance, Yasmina Richa, étudiante en 3e année d’anatomie et biologie cellulaire à l’Université McGill de Montréal, et Théa Badaro, étudiante en 3e année de management science au University College London, ont décidé de tenter leur chance et ont fini par remporter le concours.

« Ce concours était le premier hackathon virtuel organisé par le MIT. Son objectif : développer en 48h des solutions innovantes pour aider les populations vulnérables et incapables de faire face à cette crise sans précédent. Sur 4 500 inscrits, 1 500 ont été acceptés en fonction de leur savoir-faire, sur la base d’informations personnelles et de leur motivation », révèle Chloé Avédissian. Sur les dix thèmes proposés, qui pouvaient concerner la gestion de la distance sociale entre les personnes pendant le confinement ou encore la fréquence des tests sur les personnes, elles ont choisi le thème « élargir et améliorer l’accès à l’éducation et aux ressources face au Covid-19 ». Au sein de chaque thème, les personnes intéressées par une même idée pouvaient se contacter et travailler ensemble. C’est ainsi que quatre autres individus parmi les 1 500 sélectionnés ont rejoint le projet des trois Libanaises : Sophie Chappelle, ingénieure dans le domaine pharmaceutique à Boston ; Diego Rodriguez, un spécialiste en intelligence artificielle de Maracaibo (Venezuela) ; Victor Perez Munoz, chercheur en apprentissage automatique (machine learning) à Barcelone; et Hanhan J. Li, journaliste et statisticienne à New York. Ensemble, ils ont conçu la plateforme BridgeAId en se concertant par visioconférence le week-end dernier et ont remporté un prix d’une valeur de 500 dollars et 200 crédits AWS (Amazon Web Services) de la part de la prestigieuse université américaine pour développer la plateforme. « Nous n’avons pas travaillé pour la récompense mais vraiment pour aider. C’est le bien de la communauté qui nous importe le plus », dira Chloé Avédissian.

BridgeAId, qu’est-ce que c’est ?

« Il s’agit d’une plateforme qui permet aux individus de trouver facilement les ONG autour d’eux et de s’informer de leurs besoins. Quand vous lancez l’application, une carte s’ouvre et des points apparaissent qui indiquent les lieux exacts des ONG autour de vous. Lorsqu’on clique sur l’une d’elles, son profil s’affiche et on peut accéder aux informations la concernant, ses activités, ce dont elle a besoin et en quelle quantité. Il est possible de donner de l’argent, des biens, de la nourriture, des informations, des médicaments. Cette application s’adresse par conséquent aux gens qui veulent aider et qui ne savent pas comment le faire. Elle aide aussi les ONG à avoir de la visibilité, tout en facilitant les échanges depuis nos smartphones, ce qui est plutôt utile en cette période où l’on doit limiter nos interactions physiques… » explique l’étudiante.

Et on ne le sait malheureusement que trop bien : les ONG au Liban ont besoin, plus que jamais, de dons. Suite à un sondage réalisé le week-end dernier auprès des associations libanaises, Chloé Avédissian dit avoir discuté avec Akram Nehmé, membre et trésorier au sein de l’association Achrafieh 2020, qui lui a expliqué que, malgré la dangerosité du contact humain en cette période de coronavirus, les ONG n’ont pas le choix : si elles n’agissent pas, les gens mourront de faim ou par manque de médicaments. « Nous comptons démarrer l’application en favorisant les donations monétaires au début, et plus tard, éventuellement, ajouter d’autres formes de dons. Mais ce qui est sûr, c’est que, avec les banques qui ont fermé et beaucoup de gens qui ne reçoivent pas leur salaire ou qui ont perdu leur travail, les demandes auprès des associations ont explosé ces derniers temps », déplore la jeune Libanaise. Et cette dernière de conclure : « Tout va très vite depuis vendredi dernier, en l’espace d’une semaine on a déjà commencé à développer l’application, on est en train de s’inscrire officiellement en tant qu’organisation. Comme on sait que la demande est très importante en ce moment, on est décidé à lancer notre plateforme sur le marché le plus tôt possible. »

Pour en savoir plus ou pour soutenir ce projet, contacter le 70-600176 ou écrire à : bridgeaid.chloe@gmail.com.





En ces temps de crise sanitaire et économique, les regards se tournent vers les plus démunis. Histoire d’agir vite, l’Institut de technologie du Massachussets (MIT) a lancé un concours à l’échelle mondiale, qui a eu lieu du vendredi 3 avril au dimanche 5, pour se défendre face à la pandémie de Covid-19. Trois étudiantes libanaises, Chloé Avédissian, étudiante en 3e année de...

commentaires (0)

Commentaires (0)