Conflit

Poursuite des affrontements entre le Jihad islamique et Israël

Ces nouvelles tensions interviennent à une semaine des élections législatives cruciales pour la survie politique du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Des colonnes de fumée s'élevant de la bande de Gaza, le 24 février 2020. AFP / MAHMUD HAMS

Le Jihad islamique palestinien a annoncé lundi soir la fin de sa "riposte militaire" au meurtre de trois de ses combattants, dans la bande de Gaza et en Syrie, par Israël qui a essuyé de son côté des salves de roquettes de ce groupe islamiste armé.

"Les Brigades al-Qods annoncent qu'elles ont mis fin à leur réponse militaire aux assassinats à Khan Younès (Gaza) et à Damas (Syrie)", a déclaré dans un communiqué la branche militaire du Jihad islamique, peu après un appel de l'ONU à la "cessation immédiate des tirs de roquettes" depuis Gaza.

Ces nouvelles tensions entre Israël et le Jihad islamique, un groupe armé jugé proche de l'Iran, interviennent à une semaine des élections législatives cruciales pour la survie politique du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Ce mouvement, deuxième plus important groupe islamiste armé de Gaza après le Hamas, qui contrôle l'enclave palestinienne, avait lancé depuis dimanche environ 60 roquettes vers le territoire israélien. De manière préventive, quelque 65.000 élèves avaient été sommés de rester à la maison lundi dans des villes israéliennes jouxtant la bande de Gaza, les trains ont été annulés entre les villes d'Ashkelon et Beersheva et plusieurs routes sont fermées dans le sud du pays.

La majorité des roquettes ont été interceptées par le bouclier antimissiles d'Israël "Dôme de fer". Selon un journaliste de l'AFP, une roquette est tombée dans un parc pour enfants de la ville de Sdérot sans faire de blessé car personne n'était sur les lieux.

Des avions de combat et des chars de l'armée israélienne ont bombardé au cours de la journée de lundi des cibles du mouvement à travers la bande de Gaza, enclave paupérisée où vivent deux millions de Palestiniens sous strict blocus israélien.



(Lire aussi : Quand un professeur de français raconte le quotidien de Gaza)



Risque d'escalade
Les autorités israéliennes, qui imposent depuis 13 ans un blocus à Gaza, ont annoncé lundi soir la fermeture "jusqu'à nouvel ordre" du poste frontière d'Erez, seule porte d'entrée pour les personnes entre Israël et cette langue de terre.

"Le Jihad islamique et le Hamas doivent comprendre que cela ne peut pas durer. S'ils ne cessent pas les frappes complètement - et je ne parle pas d'un jour ou deux, mais définitivement - nous devrons aller de l'avant avec une campagne (militaire) d'envergure", a prévenu M. Netanyahu, qui a d'ailleurs annulé des rassemblements de campagne prévues lundi soir.

"Netanyahu, le pays est à feu!", a répliqué son rival électoral Benny Gantz, ancien chef de l'armée qui prône la ligne dure face aux groupes armés de Gaza. Comme M. Netanyahu, Benny Gantz a annulé un événement en soirée, dans son cas les célébrations pour le premier anniversaire de sa formation centriste Bleu blanc.


Souvenir de novembre
La séquence des deux derniers jours a débuté lorsque deux combattants du Jihad islamique ont tenté "de placer un engin explosif à proximité" de la barrière séparant Israël de Gaza selon l'armée israélienne, puis été la cible de tirs de soldats israéliens. Un bulldozer militaire a récupéré le corps inerte de l'un des deux combattants tués pour le ramener en direction de la barrière frontalière. Une vidéo de l'incident, authentifiée par l'AFP, circule depuis en boucle sur les réseaux sociaux palestiniens et à l'étranger.

Dans la foulée, le Jihad islamique avait tiré des premières roquettes sur Israël qui a répliqué avec des frappes aériennes contre des "positions" de ce mouvement à Gaza mais aussi près de Damas, en Syrie. Six combattants, dont deux du Jihad islamique, ont été tués dans ces frappes, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les forces israéliennes sont souvent accusées par Damas de mener des frappes en Syrie voisine, mais elles revendiquent rarement des bombardements dans ce pays, qu'elles accusent d'héberger des éléments qui lui sont hostiles comme le Hezbollah, la Force iranienne al-Qods et le Jihad islamique.

Israël avait d'ailleurs mené en novembre une opération éclair contre le Jihad islamique dans la bande de Gaza qui avait fait une trentaine de morts dont neuf membres d'une famille palestinienne sans lien avec le groupe armé.

L'armée avait alors abattu un important commandant du mouvement, Baha Abou al-Ata, qu'elle jugeait responsable de nombreux tirs de roquettes contre Israël dont l'un en direction d'un meeting de M. Netanyahu.

En représailles, le Jihad islamique avait lancé des centaines de roquettes vers Israël qui avait répliqué par des bombardements aériens mais en évitant de frapper les positions du Hamas pour ne pas mettre en péril une trêve fragile avec ce mouvement islamiste favorisée par l'ONU, le Qatar et l'Egypte.




Lire aussi

Gaza : un combattant tué par Israël, son corps ramassé par un bulldozer

La réapparition des ballons incendiaires lancés vers Israël


Le Jihad islamique palestinien a annoncé lundi soir la fin de sa "riposte militaire" au meurtre de trois de ses combattants, dans la bande de Gaza et en Syrie, par Israël qui a essuyé de son côté des salves de roquettes de ce groupe islamiste armé.

"Les Brigades al-Qods annoncent qu'elles ont mis fin à leur réponse militaire aux assassinats à Khan Younès (Gaza) et à Damas...

commentaires (0)

Commentaires (0)