Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Les opérations de récupération du fuel qui s'est échappé au large de Zouk se poursuivent

Les responsables espèrent que les opérations s'achèveront avant l'arrivée jeudi d'une tempête sur le pays.

Le navire-centrale Fatmagul Sultan, au large de Zouk. Photo Ani

Les opérations de récupération du fuel qui s'était échappé lundi soir dans la mer devant la centrale électrique de Zouk se poursuivaient mercredi après avoir circonscrit la fuite, a déclaré le directeur de la centrale, Saadé Haddad, exprimant l'espoir que les opérations s'achèvent avant la tempête qui devrait arriver demain.

Lundi soir, l'unité de sauvetage maritime de la Défense civile et l'armée libanaise avaient réussi à circonscrire cette fuite provenant du tuyau qui relie le bateau-centrale de Fatmagül à la centrale de Zouk, qui a eu lieu au cours du transfert de fuel. Cette fuite a provoqué une couche de quelque dix centimètres d’épaisseur à la surface de l’eau. Selon le directeur de la Défense civile, Raymond Khattar, la nappe de pétrole a été isolée sur deux zones en prévision du retrait total du fuel de l’eau. M. Haddad a confirmé par ailleurs que le fuel qui sera récupéré sera réutilisé dans la centrale.

De son côté, le directeur général du ministère de l'Energie, chargé des installations pétrolières, Sarkis Hleiss, a indiqué que les opérations de nettoyage étaient suspendues à une décision du ministère de l'Environnement.

Lundi soir, la société turque Karpowership, qui possède les deux navires-centrales postés au Liban, à Zouk et Jiyé, avait précisé, dans un communiqué, que ses navires sont dotés d’un système très évolué de filtrage qui prévient toute pollution grave de la côte, ajoutant que "le navire Fatmagül n’assume aucune responsabilité dans cette fuite".

La location de navires-centrales turcs par l'Etat afin d'assurer une production supplémentaire de courant électrique a été décidée par les ministres aounistes, un choix régulièrement critiqué par leurs opposants, notamment le leader druze Walid Joumblatt, qui a déclaré samedi dernier avoir "l'impression que les navires-centrales turcs appartiennent désormais à Electricité du Liban et à ceux qui en ont le monopole depuis des années", dans une critique implicite au Courant patriotique libre de Gebran Bassil qui gère le portefeuille de l’Énergie depuis plusieurs années.

La réforme de l’électricité est l’un des principaux engagements pris par les dirigeants libanais lors de la conférence de Paris en avril 2018 afin d’obtenir le déblocage de plus de 11 milliards de dollars de prêts et dons promis par les soutiens du pays, afin de financer un vaste plan de réhabilitation des infrastructures locales.




Les opérations de récupération du fuel qui s'était échappé lundi soir dans la mer devant la centrale électrique de Zouk se poursuivaient mercredi après avoir circonscrit la fuite, a déclaré le directeur de la centrale, Saadé Haddad, exprimant l'espoir que les opérations s'achèvent avant la tempête qui devrait arriver demain. Lundi soir, l'unité de sauvetage maritime de la...

commentaires (4)

UN AUTRE PROBLEME DES BARGES TURQUES SCANDALE DU SIECLE LOUEES PAR NOS ABRUTIS CORROMPUS POUR LA LATTA ET QUI SERVENT A JETER DE L,ARGENT PAR LA FENETRE SPECIALEMENT EN CETTE PERIODE DE GRAVE CRISE FINANCIERE. ACHEVEMENT GENDRISSIMAL !

PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

18 h 14, le 05 février 2020

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • UN AUTRE PROBLEME DES BARGES TURQUES SCANDALE DU SIECLE LOUEES PAR NOS ABRUTIS CORROMPUS POUR LA LATTA ET QUI SERVENT A JETER DE L,ARGENT PAR LA FENETRE SPECIALEMENT EN CETTE PERIODE DE GRAVE CRISE FINANCIERE. ACHEVEMENT GENDRISSIMAL !

    PRET A SOUTENIR L,OLJ SANS L,HUMILIANTE CENSURE.

    18 h 14, le 05 février 2020

  • Gebran Bassil écume le fuel à Zouk en face de la Centrale-Chamoun et ce, avant l'arrivée de la tempête.

    Honneur et Patrie

    18 h 03, le 05 février 2020

  • Encore les bienfait des actes du genie gebran et ses acolytes.

    Toni Pantaloni

    17 h 09, le 05 février 2020

  • Qu'il fait bon nager dans ces eaux !

    Chucri Abboud

    14 h 59, le 05 février 2020

Retour en haut