Rechercher
Rechercher

Crise

Contrôle des capitaux : des associations assignent l’Association des banques du Liban en justice

Plusieurs banques ont décidé de réduire davantage encore les limites de retraits en dollars à partir de février.

Des clients faisant la queue devant un distributeur automatique de billets à Jounieh, en novembre dernier. C’est à cette période que les banques ont sommairement harmonisé les mesures informelles de contrôle des capitaux qu’elles avaient commencé à adopter fin août. Photo P.H.B.

Longtemps considéré comme la colonne vertébrale de l’économie libanaise, le secteur bancaire est de plus en plus ciblé par des clients révulsés par les mesures de contrôle de capitaux qui leur sont imposées de façon unilatérale et informelle depuis cet été en plein contexte de crise économique et financière. Une colère qui gronde d’autant plus fort depuis que plusieurs banques ont durci, ces derniers jours, les restrictions imposées sur les retraits en dollars, réduisant parfois de moitié le montant mensuel que les clients sont autorisés à retirer.Cette situation a convaincu l’Association de protection des consommateurs (APC), dirigée par Zouhair Berro, et l’ONG Legal Agenda, cofondée par Nizar Saghieh, de solliciter la justice pour défendre les droits des déposants. Les deux organisations ont tenu hier une conférence de presse à Beyrouth pour présenter les grands axes de deux procédures lancées la semaine dernière.

Au civil et au pénal

Au civil d’abord, un recours devant le juge des référés de Beyrouth a été déposé par l’APC pour réclamer l’annulation des restrictions bancaires existantes, sous peine d’astreinte de plusieurs milliers de dollars par jour. La procédure vise l’Association des banques du Liban (ABL) ainsi que les trois plus importants établissements bancaires du pays en termes de dépôts et d’actifs – Bank Audi, BLOM Bank et Byblos Bank. Un référé est une procédure accélérée qui permet de demander des mesures provisoires pour des cas urgents. « C’est la première fois que l’APC lance une telle procédure contre une organisation professionnelle. L’objet de la démarche est d’obtenir le retrait de l’ensemble des mesures de contrôle des capitaux que les banques ont adoptées en dehors de tout cadre légal et de permettre à leur clients d’avoir librement accès à leurs dépôts », a déclaré Zouhair Berro. Legal Agenda, qui conseille l’APC sur le recours au civil, s’est, pour sa part, associé à la seconde procédure qui vise à assigner l’ABL au pénal pour association de malfaiteurs, une infraction définie par l’article 335 du code pénal libanais comme « l’entente orale ou écrite » entre au moins deux personnes conclue dans le but de commettre certains crimes. Selon Nizar Saghieh, des avocats qui défendent les droits des déposants se sont également associés à la plainte déposée au parquet. « Le fait que l’ABL ait décidé de porter atteinte aux droits des déposants en leur refusant certaines opérations alors que la loi ne lui donne aucune compétence pour le faire peut être assimilé à du vol. Même si les mesures de contrôle de capitaux sont légitimées après coup, l’infraction a été commise, donc son auteur doit être jugé et la victime indemnisée », résume Nizar Saghieh. Tout comme Zouhair Berro, il dénonce les traitements de faveur accordés par certaines banques aux gros déposants qui contrastent avec leur manque de flexibilité envers les clients plus modestes. Il ajoute enfin que les deux procédures ont autant pour but de rappeler les banques à l’ordre que de pousser la classe politique à prendre ses responsabilités sur ce dossier. « Il n’est pas normal que les députés aient laissé les banques faire tout ce temps. Il faut que le Parlement légifère sur le contrôle des capitaux, mais de façon à protéger les droits des déposants », expose-t-il encore. L’APC et Legal Agenda espèrent que la justice se prononcera rapidement sur les deux procédures lancées. Contactées par L’Orient-Le Jour, aucune des parties visées n’a souhaité faire de commentaires.


(Lire aussi : Plusieurs banques restreignent encore plus la circulation du dollar)


Harmonisation sommaire

Fragilisée par des décennies de mauvaise gestion et de troubles politico-sécuritaires au niveau régional, la situation économique et financière du pays s’est brutalement dégradée en 2019 suite à la conjonction de plusieurs facteurs – dont l’incapacité des dirigeants à juguler une dette publique d’environ 90 milliards de dollars (150 % du PIB, un des pires ratios du monde). Très exposées à la dette, les banques ont réagi en mettant en place, chacune de son côté, des mesures de contrôle des capitaux qui se sont progressivement durcies depuis fin août, affectant drastiquement les transferts vers l’étranger ainsi que les retraits d’espèces en dollars.

Après avoir fermé leurs portes pendant environ un mois après le début des manifestations contre la classe politique, qui ont démarré le 17 octobre dernier, les banques ont ensuite sommairement harmonisé ces mesures qui enfreignent la loi ainsi que plusieurs principes défendus par la Constitution. L’absence de réaction des autorités a d’ailleurs poussé certains déposants à assigner leurs banques respectives en justice, généralement pour obliger ces dernières à libérer leurs dépôts. Aucune des procédures lancées n’a pour l’instant débouché sur une décision sur le fond. Les restrictions ont également été dénoncées par de nombreuses entreprises, des importateurs et des industriels principalement, qui rencontrent d’importantes difficultés pour payer leurs fournisseurs à l’étranger.

Autre conséquence majeure : les restrictions sur la circulation du billet vert ont dopé le taux livre/dollar chez les changeurs, où il navigue au-dessus de 2 000 livres depuis fin 2019, tandis que la parité officielle de 1 507,5 livre pour un dollar est toujours appliquée pour les transactions bancaires (avec une dizaine de livres de marge). Le 21 janvier dernier, le syndicat des bureaux de change a de plus annoncé avoir accepté de plafonner à 2 000 livres le taux de change à l’achat pour limiter la hausse du taux.


(Lire aussi : Les banques prévoient d’assouplir et d’organiser les mesures de contrôle des capitaux)


Taux du marché noir

Les acteurs de la filière sont toutefois nombreux à douter de l’efficacité de cette mesure si elle n’est pas accompagnée d’un assouplissement des restrictions sur la circulation du dollar. Le site lebaneselira.org qui suit l’évolution des taux depuis le début de la crise a d’ailleurs ajouté une nouvelle colonne sur ses tableaux dédiés à l’évolution du taux de change sur le marché noir (2 160 livres à l’achat et 2 175 à la vente hier).

Or c’est bien tout le contraire qui est en train de se passer : depuis vendredi, de nombreuses banques ont informé leurs clients de la baisse des plafonds de retraits d’espèces en dollars – qui ont été pour la plupart divisés par deux –, ainsi que des plafonds de paiement à l’international. Selon différents messages envoyés par les banques à leurs clients et consultés par L’Orient-Le Jour, celles-ci ont limité les retraits à 600 dollars par mois pour les titulaires de comptes de moins de 100 000 dollars, entre autres exemples. Les titulaires de comptes de plus d’un million de dollars se verraient, eux, imposer un plafond de retrait variant entre 2 000 et 3 000 dollars en fonction de la banque, si l’on en croit des informations partagées sur les réseaux sociaux où la colère des déposants explose. Plusieurs établissements ont enfin réclamé à leurs clients de solder en dollars les montants contractés via leurs cartes de crédit dans cette devise.

La possibilité que les recours lancés par l’APC aboutissent est néanmoins incertaine, d’autant que la BDL est sur le point, après des mois de louvoiement, d’entériner via une circulaire tout un ensemble de mesures sur lesquelles les banques se sont entendues la semaine dernière pour formaliser le contrôle des capitaux. La démarche a été parrainée par le nouveau gouvernement de Hassane Diab formé il y a deux semaines et la circulaire doit être publiée dans les jours à venir.

Selon une source juridique, le Code de la monnaie et du crédit permet en effet à la BDL de mettre en place des mesures de contrôle des capitaux pour protéger la monnaie locale et le système financier. Cette prérogative, que le gouverneur de la BDL, Riad Salamé, a demandé de pouvoir exercer dans un courrier adressé courant janvier au ministre sortant des Finances, Ali Hassan Khalil, reste cependant exceptionnelle et limitée dans le temps. Il reviendra ensuite au Parlement de voter une loi qui officialise et encadre strictement ces restrictions, afin de protéger aussi bien les banques que d’offrir des voies de recours aux clients face à celles-ci. Mais pour Nizar Saghieh, la compétence de la BDL ne peut plus être exercée dans le contexte actuel et seule une « loi équitable » pourra légitimer certaines des restrictions mises en place.


Lire aussi

La BDL mise sur le paiement mobile pour limiter la pression sur les liquidités


Longtemps considéré comme la colonne vertébrale de l’économie libanaise, le secteur bancaire est de plus en plus ciblé par des clients révulsés par les mesures de contrôle de capitaux qui leur sont imposées de façon unilatérale et informelle depuis cet été en plein contexte de crise économique et financière. Une colère qui gronde d’autant plus fort depuis que plusieurs...

commentaires (9)

C'est surtout la banque centrale qu'il faudrait assigner en justice. Après tout c'est la BDL qui ne débloque pas les liquidités aux banques. Et ceci pour financer les gaspillages du "gouvernement". Ne pas se tromper de cible...

Gros Gnon

14 h 13, le 05 février 2020

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • C'est surtout la banque centrale qu'il faudrait assigner en justice. Après tout c'est la BDL qui ne débloque pas les liquidités aux banques. Et ceci pour financer les gaspillages du "gouvernement". Ne pas se tromper de cible...

    Gros Gnon

    14 h 13, le 05 février 2020

  • "... des associations assignent l’Association des banques du Liban en justice ..." I suffit de jeter un coup d’oeil sur l’actionnariat des banques pour comprendre que cette procédure est partie pour durer très, très, très longtemps...

    Gros Gnon

    23 h 55, le 04 février 2020

  • Tôt ou tard, on aura recours obligés au Fond Monétaire, car c'est le moyen d'éviter que les corrompus de ce pays continuent à influencer les décisions concernant des plans élaborés en leur faveur au dépens des autres. Ceci en attendant le retour des sommes volées,si vraiment celà est possible. Et si la justice devient indépendante totalement,ce qui semble improbable. D'où, le recours, malgré les réserves, aux instances extérieures non affiliées à la corruption prédominante.

    Esber

    16 h 13, le 04 février 2020

  • LA VERITE EST QUE LA SOLUTION EST LA SUIVANTE HAIR CUT DE 50% SUR TOUT COMPTE DE LIBANAIS QUI A 1 MILLION DE DOLLARS ET PLUS HAIR CUT DE 25 % SUR TOUT COMPTE QUI A DE 100000 A 999.999 DOLLARS HAIR CUT DE TOUS LES INTERETS UNIQUEMENT VERSES AUX NON RESIDENTS DEPUIS 5 ANS REMBOURSEMENT PAR LES ACTIONNAIRES DES BANQUES DE TOUS LES PROFITS ( 100% ) REALISES DEPUIS 5 ANS VOILA LE PROGRAMME QUI SAUVERA LE LIBAN ET LES BANQUES RIEN DE CELA NE TOUCHE LES 80% DE PETITS DEPOSANTS TOUTE AUTRE APPROCHE EST UNE ILLUSION C'EST LA VERITE

    LA VERITE

    14 h 57, le 04 février 2020

  • Le mépris affiche par les Banques a l’encontre des retraités, épargnants, petits déposants ou chefs de PME est de notoriété publique alors que ces derniers de par leur nombre et leur importance ont toujours été les moteurs des rouages de profits et de benefices engendres par les Institutions Bancaires ces dernières décennies. Ce que les argentiers n’osaient pas exiger de leurs gros déposants dont souvent les fonds flirtaient avec la limite de la légalité, ils le récupéraient avec les charges et frais énormes des petits comptes. Aujourdhui, Impunément, le massacre continue en continuant a écraser ces derniers et ce, dans l’indifference et peut être même la complicité des Pouvoirs concernes.

    Cadige William

    11 h 10, le 04 février 2020

  • Les banques libanaises et l’ABL se croient à l’abri dans l’Etat de non droit. Ce qu’elles n’ont pas encore compris, c’est qu’elles peuvent toutes être assignées devant des tribunaux non libanais via leur filiales a l’étranger détenues à 100% notamment lorsque le mandataire social est la même personne

    Liberté de Penser

    09 h 46, le 04 février 2020

  • Si un citoyen enfreint la loi, on l'assomme, alors que les banques font ce qu’elles veulent des lois, et heureusement Maitre Nizar Saghieh les poursuit en justice.

    Eddy

    09 h 43, le 04 février 2020

  • LES RESTRICTIONS IMPOSEES UNILATERALEMENT PAR LES BANQUES SUR LES DEPOTS DE LEURS CLIENTS SONT ILLEGALES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 20, le 04 février 2020

  • On pourrait à la limite comprendre qu’il y ait un manque de liquidités, c’est à dire que les banques ont des difficultés à payer des USD en cash. Par contre empêcher les déposants, et surtout les entreprises importatrices, de pouvoir librement effectuer des paiements à l’étranger est beaucoup moins justifiable. Elles ont peur de faire faillite? Eh bien il fallait y penser avant et prendre les mesures nécessaires au lieu de se lancer dans des opérations, certes juteuses sur le court terme, mais extrêmement risquées. Ce qui est illégal, et en tout cas immoral, est de faire subir les conséquences de ces risques à leur clients, qui n’ont pas été consultés lors de leurs prises de décisions douteuses... "C’est quoi un petit déposant?" demandait la goutte d’eau en faisant déborder le vase...

    Gros Gnon

    07 h 25, le 04 février 2020