X

À La Une

Climat : à Davos, Trump fustige les "prophètes de malheur" devant Greta Thunberg

sommet

"Notre maison brûle toujours. Votre inaction alimente les flammes heure par heure", dénonce la jeune militante suédoise.

OLJ/AFP
21/01/2020
La passe d'armes était annoncée et elle a eu lieu, au moins par discours interposés: le président américain Donald Trump a fustigé mardi à Davos les "prophètes de malheur" du climat, tandis que la militante Greta Thunberg a répété qu'il était temps de "paniquer".

 "Nous devons rejeter les éternels prophètes de malheur et leurs prédictions d'apocalypse", a martelé Donald Trump devant l'élite économique et politique du globe, réunie dans la douillette station de ski du canton des Grisons (Suisse) au premier jour du 50e Forum économique mondial (WEF).

Devant le président américain ouvertement climato-sceptique, un auditoire de grands patrons et de responsables politiques mais aussi la jeune militante suédoise, invitée pour la seconde année consécutive à Davos. Greta Thunberg avait, peu avant que le président américain ne parle, déjà regretté lors d'une table-ronde que "rien n'ait été fait", à part de grands discours, pour enrayer le changement climatique. Et elle a repris la parole peu après le discours de Donald Trump pour une session au titre sans équivoque: "Eviter l'apocalypse climatique". Reprenant les expressions qui avaient impressionné Davos l'an dernier, elle a déclaré : "Notre maison brûle toujours. Votre inaction alimente les flammes heure par heure. Nous vous disons à nouveau qu'il faut paniquer, et agir pour l'amour de vos enfants." Plus concrètement, Greta Thunberg a appelé à "cesser immédiatement tous les investissements dans l'exploration et l'extraction d'énergies fossiles", "cesser immédiatement toutes les subventions aux énergies fossiles", "pas en 2050, pas en 2030 ou même en 2021", mais "maintenant".



(Pour mémoire : Trump conseille à Greta Thunberg de se "détendre" et d'aller au cinéma)



"Farce"
Donald Trump, lui, dans un discours clairement destiné à son électorat, a vanté l'abondante production d'hydrocarbures et l'indépendance énergétique des Etats-Unis, assurant qu'il ne laisserait pas "des socialistes radicaux" s'attaquer à ce secteur lucratif. Il s'est gardé d'évoquer les énergies renouvelables.

En campagne pour sa réélection en novembre et à quelques heures de l'ouverture de son procès en destitution à Washingon, qu'il a qualifié de "farce", M. Trump a déroulé à Davos, sur un ton plutôt monocorde, ses performances en termes de croissance économique et de créations d'emploi aux Etats-Unis, à grands coups de statistiques. Comme lors de sa première venue à Davos en 2018, l'hôte de la Maison Blanche a réaffirmé sa politique de l'"America First". "Le temps du scepticisme est terminé, les entreprises affluent de nouveau aux Etats-Unis (...) Le rêve américain est de retour, plus fort que jamais", a-t-il assuré, évoquant une "prospérité (...) sans précédent".

Donald Trump est "incroyablement susceptible, il n'apprécie pas d'être montré du doigt par une jeune adolescente, il lui a renvoyé la balle", a estimé pour sa part Robin Niblett, président du centre de réflexions Chatham House.

Le président américain "s'est concentré sur le commerce et l'économie", une attitude qui est "une anomalie en ce temps d'urgence climatique. Il a dû échapper au président qu'on ne peut pas faire d'argent sur une planète morte", a commenté dans un communiqué Jennifer Morgan, directrice exécutrice de l'ONG Greenpeace.

Sur l'un de ses sujets favoris, le commerce, Donald Trum a indiqué depuis Davos qu'il menait des discussions pour un "accord commercial" avec l'Union européenne, en marge de sa rencontre bilatérale avec la cheffe de l'exécutif européen Ursula von der Leyen. "Nous allons discuter d'un bon accord commercial" avec les Européens, a-t-il déclaré à des journalistes, indiquant avoir entendu dire que la présidente de la Commission européenne était "dure en négociations". Mme von der Leyen s'est elle dite "convaincue" de pouvoir fixer avec les autorités américaines "un agenda positif sur le commerce, ainsi que sur la technologie, l'énergie et d'autres sujets".

Donald Trump a profité de sa venue en Suisse pour se féliciter une nouvelle fois de la trêve commerciale récemment conclue avec la Chine, mettant fin à une surenchère de surtaxes douanières. "Nous nous aimons", a-t-il même dit à propos de son homologue chinois Xi Jinping.

Le vice-Premier ministre chinois Han Zheng a, lui, salué en Suisse un accord "bon pour la Chine, bon pour les Etats-Unis, bon pour le monde".


Lire aussi

Campagne de boycott contre la participation de Bassil au forum de Davos

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE TYPE SE PREPARE A EMIGRER SUR UNE AUTRE PLANETE.

Dernières infos

Les signatures du jour

Expression libre de Anne-Marie El-HAGE

Privés de classes, mais pas de l’école de la vie

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants