Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Les Libanais restent mobilisés contre le rationnement de l'électricité

Sit-in devant l'EDL à Tyr, le 10 janvier 2020. Photo Ani

Pour la deuxième journée consécutive, les Libanais restaient mobilisés vendredi dans les différentes régions du pays afin de protester contre le rationnement sévère du courant électrique, organisant des sit-in devant différentes branches de l'Electricité du Liban (EDL) et le ministère de l'Energie. 

Quelques dizaines de personnes se sont notamment rassemblées devant l'entrée principale du ministère de l'Energie, sur la corniche du fleuve, à Beyrouth.

A Baalbeck, quelques manifestants libanais sont rentrés de force vendredi matin au siège d'EDL, selon l'Agence nationale d'Information (Ani, officielle). Pendant que certains protestataires empêchaient les fonctionnaires d'EDL de sortir de leurs bureaux et chantaient des slogans dans les couloirs, d'autres se trouvant à l'extérieur ont bloqué toutes les entrées du bâtiment, interdisant à certains employés d'y entrer. L'armée s'est déployée sur les lieux afin de disperser, pacifiquement, les manifestants.

Des protestataires se sont également rassemblés à Aley afin de dénoncer "non seulement les coupures, mais également les mafias et les autorités corrompues" en charge du secteur de l'électricité, selon une manifestante interrogée par la chaîne de télévision locale LBC.
Un sit-in a également été organisé devant le siège d'EDL à Halba, dans le Akkar (Liban-Nord).
Une manifestation a également eu lieu devant la branche d'EDL à Tyr, où les protestataires ont affirmé qu'ils ne paieraient plus leurs factures d'électricité. 

Cette mobilisation intervient au lendemain d'une journée d'actions ciblées contre EDL, dans tout le Liban. A Beddaoui, au Liban-Nord, les actions lancées dans ce cadre avaient dégénéré en affrontements dans la soirée, entre des manifestants bloquant la route et les forces armées. 

EDL, institution conspuée par le mouvement de contestation, avait annoncé mardi la poursuite jusqu’à fin février de la baisse des niveaux de production à 1500 mégawatts (MW), décidée à la mi-décembre 2019, afin de pouvoir assurer leur "stabilité" le plus longtemps possible. Cette baisse des niveaux de production se traduit par une augmentation du rationnement du courant fourni par EDL. L’établissement public indique que sa capacité maximale est normalement de 2000 MW et qu’il est donc capable d’augmenter sa production, mais qu’il ne le fait pas en raison du manque de carburant disponible.

Dans la journée de jeudi, la ministre de l'Energie, Nada Boustani, avait affirmé que "les deux prochains jours connaîtront un rationnement sévère en matière de courant, avant que l'approvisionnement ne soit rétabli progressivement à partir de samedi"


Pour la deuxième journée consécutive, les Libanais restaient mobilisés vendredi dans les différentes régions du pays afin de protester contre le rationnement sévère du courant électrique, organisant des sit-in devant différentes branches de l'Electricité du Liban (EDL) et le ministère de l'Energie. Quelques dizaines de personnes se sont notamment rassemblées devant l'entrée...