X

Liban

Des protestataires devant le palais de Baabda pour réclamer la formation d’un gouvernement au plus vite

Rassemblement

Appel à des manifestations et contre-manifestations dimanche.

02/11/2019

À l’appel d’un collectif d’associations de la société civile regroupées sous la bannière de l’« Alliance nationale » (Tahalof Watani), des dizaines de manifestants ont tenté de s’approcher hier vers 14 heures du palais présidentiel de Baabda, pour réclamer la formation rapide d’un gouvernement. Les protestataires, qui ont dû se regrouper aux abords du croisement Sayyad, avaient pour slogan : « Nous n’avons pas encore terminé, tous veut dire tous », en référence au slogan qui tourne en boucle depuis le début des manifestations contre la classe politique,le 17 octobre : « Kellon yaani Kellon. » En nombre bien supérieur à celui des manifestants, les forces de l’ordre ont bouclé toutes les issues menant au palais présidentiel, provoquant des embouteillages monstres dans la région.

Les protestataires ont appelé le président de la République à lancer immédiatement les consultations parlementaires contraignantes en vue de nommer le futur Premier ministre le lundi 4 novembre.

« Pourquoi jusqu’à présent aucune date n’a-t-elle encore été annoncée pour les consultations ? Pourquoi le président n’a rien mentionné à ce sujet lors de son allocution (jeudi soir à l’occasion de son mi-mandat)? Pourquoi ce silence depuis mardi, date de la démission de Saad Hariri ? Nous organisons aujourd’hui ce mouvement de mise en garde pour pousser les dirigeants politiques à cesser leurs atermoiements », a affirmé l’avocat Wassef Haraké, qui a dénoncé le blocage des routes menant au palais présidentiel. « Un grand nombre de nos militants n’ont pas pu venir parce qu’ils sont coincés dans les embouteillages causés par la fermeture des routes, alors que d’autres ont été délibérément retardés sur les barrages routiers des forces de l’ordre. Notre mouvement n’était qu’un petit rassemblement pacifique », a-t-il ajouté.


(Lire aussi : Le Liban devrait avoir un nouveau Premier ministre lundi ou mardi)



Au nom des manifestants, Zeina Helou a lu un communiqué dans lequel elle a critiqué le retard pris par Michel Aoun pour rencontrer les députés. « Ce retard vise à concocter un gouvernement fondé sur le clientélisme et le partage des parts », a-t-elle insisté. Elle a appelé à « la formation rapide d’un gouvernement hors de la classe politique dirigeante pour qu’il ait la confiance du peuple ».

Le mouvement a affirmé en outre qu’il restera vigilant face à toute manœuvre dilatoire visant à annuler les acquis du soulèvement populaire uni du nord au sud du pays. Zeina Helou a enfin déclaré que « la révolution va se poursuivre jusqu’à la formation d’un pouvoir nouveau à travers des élections législatives anticipées qui puisse engendrer des dirigeants honnêtes et efficaces ». « Nous allons prendre des mesures d’escalade à partir de la semaine prochaine si les autorités n’assument pas leur responsabilité constitutionnelle à cet égard », a averti Wassef Haraké.


(Lire aussi : La société civile s’impatiente et réclame un gouvernement indépendant, sinon...)


CPL et société civile dans la rue dimanche

Dans ce cadre, les groupes de la société civile ont appelé à des manifestations dimanche à 15 heures sur toutes les places du Liban, sous le thème du « dimanche de la pression », pour obtenir la formation d’un gouvernement d’experts neutres, a-t-on appris auprès de ces groupes. De son côté, le Courant patriotique libre (fondé par Michel Aoun) organise un important rassemblement, le même jour à 11h30, aux abords du palais de Baabda, en signe d’appui au chef de l’État et à ses positions exprimées dans son dernier discours, selon les milieux de la formation. À cette occasion, le chef du CPL et ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil doit prononcer un discours devant les manifestants.


Lire aussi

Paniers percés, l'édito de Issa GORAIEB

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

LA VERITE

Personne n’a compris le seul message sérieux de M Bassil

Personne nous mettra ( LE CPL donc lui ) hors du gouvernement

DONC ÇA VEUT DIRE M HARRIRI NE SERA PAS DESIGNE PREMIER MINISTRE CAR IL NE PEUT NI NE VEUT TRAVAILLER AVEC UN BASSIL
Personne ne lit entre les lignes
Dommage car c était le seul point important du discours

Yves Prevost

Le titre est un peu trompeur car les manifestants n'ont pu arriver devant le palais. L'accès a la "Maison du Peuple" leur a été interdit, la route étant fermée par l'armée à partir du rond-point Sayyad (au moment même où cette même armée a reçu l'ordre de faire ouvrir toutes les routes!).

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

EL FAUT SE CONFORMER AUX REVENDICATIONS DU PEUPLE SINON ON DIRIGE LE PAYS VERS L,INCONNU ET SI LES DEUX MILICES INTERVIENNENT A DES JOURS HONNIS.

Irene Said

Ainsi continue, pour notre plus grand plaisir, le cinéma populaire des manifestations pour...ou contre:

beau-papa+père-du-peuple, tonton-résistant-faiseur-de miracles, toubib barbu, et d'autres qui sont certainement déjà en train de préparer "leurs manifestations"...
Eux, au moins, ils font marcher le commerce:
drapeaux, parapluies, boissons et en-cas pour calmer une petite faim...eh oui...ça creuse les manifs !!!
Irène Saïd


Yves Prevost

Le pouvoir appelle les manifestants à rouvrir les roues et envoie la troue dans ce but, mais il fait fermer d'autres routes par cette même troupe!
Celui qui avait déclaré le palais de Baabda "maison du peuple" interdit maintenant son accès à ce même peuple!
Demain, comme par hasard, les routes qui y mènent seront rouvertes, mais pour les seuls partisans du CPL!

Zovighian Michel

Pourquoi est-ce que Bassil adresserait les partisans du CPL à partir du palais présidentiel ? Qu'il aille le faire ailleurs. Cette manifestation est voulue pour injecter un souffle de support au Président de la République. Ceci ne veut pas dire que Bassil devrait se l'approprier. Sur cette base, le Président devrait considérer ouvrir son podium à d'autres politiciens qui souhaiteraient eux aussi adresser les manifestants du CPL.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants