Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Interview

Il n’est plus à douter du caractère opérationnel et efficace des missiles de croisière iraniens

Douglas Barrie, expert en technologie de l’armement pour l’IISS (Institut international des études stratégiques) répond aux questions de « L’OLJ ».

L’Iran a dévoilé en août dernier une série de missiles. Photo archives AFP

Auteur présumé des frappes à l’encontre du géant pétrolier saoudien Aramco et responsable de l’abattage d’un drone américain en juin dernier, l’Iran laisse transparaître des capacités militaires étonnamment efficaces. Afin de mieux cerner l’envergure de l’armement iranien, Douglas Barrie, expert en technologie de l’armement pour l’IISS (Institut international des études stratégiques), répond aux questions de « L’OLJ ».

L’armement iranien a-t-il connu une amélioration au cours des dernières années ? De quel nouveau type d’armement dispose l’Iran ?

La qualité des systèmes développés par l’Iran est aujourd’hui bien meilleure. En effet, les Iraniens se sont attachés à développer la précision de leurs missiles balistiques, plutôt que de chercher à étendre leur portée. On avait pu constater que les missiles air-air souffraient d’un grand manque de précision, c’est pourquoi ils ont cherché à améliorer cet aspect sur les nouveaux missiles. On constate que le bilan de l’efficacité des missiles de croisière est mitigé. L’Iran a rencontré des difficultés avant de pouvoir maîtriser cette technologie, cherchant absolument à améliorer sa portée. Dans l’hypothèse où les missiles utilisés lors des frappes contre le géant pétrolier saoudien Aramco seraient issus d’une fabrication iranienne, force est de constater que les efforts déployés n’ont pas été vains. Les missiles balistiques et les missiles de croisière ont répondu aux attentes de leurs créateurs, ce qui traduit aussi une certaine montée en gamme de l’armement iranien avec des progrès significatifs dans leurs précisions. Le Soumar – le missile de croisière suspecté d’avoir été utilisé lors des frappes du site saoudien – a surpris par sa précision au mètre près. L’appareil présente cependant des imperfections au niveau de ses proportions et la technologie du moteur apparaît rudimentaire. Hormis ces quelques défauts techniques, il n’y a plus matière à douter du caractère opérationnel et efficace des missiles de croisière iraniens.

En comparaison avec les technologies occidentales, peut-on considérer les missiles iraniens comme sophistiqués ?

Il convient de parler d’efficacité plutôt que de sophistication en matière de missile iranien. Il ne faut pas sous-estimer leur capacité en termes de défense aérienne et d’ingénierie spatiale, leurs missiles sont toujours conçus dans un but très précis. On remarque que les missiles utilisés lors de la frappe sur le géant pétrolier Aramco sont assez basiques, mais d’une efficacité redoutable. En comparaison avec les missiles américains, la technologie est plus rudimentaire mais reste néanmoins efficace. Une efficacité dont la scène internationale a été témoin en juin dernier, lorsqu’un drone américain fut abattu. Ce n’est cependant pas une surprise, nous savons de longue date que les Iraniens cherchent à développer des missiles anti-aériens de petite, moyenne et longue portée. Il convient cependant de nuancer : le drone américain était de grande taille et n’avait pas été conçu pour être discret et opérer au sein d’un espace aérien protégé. Les forces armées américaines avaient sans doute supposé que l’Iran n’oserait pas abattre le drone. L’Iran a ainsi pu démontrer qu’il était capable, par la technologie de son armement, de détruire un drone américain volant à haute altitude. Cette situation aurait été très différente si le drone américain avait été conçu pour parer ce genre d’attaques.


(Pour mémoire : Téhéran et Riyad au bord d’un conflit ?)

Comment un pays subissant un embargo depuis près de 40 ans a-t-il pu acquérir un tel équipement ?

L’embargo reste partiel et certains types d’importations ne sont pas concernés. Il ne faut cependant pas se voiler la face, pour perfectionner son arsenal, l’Iran a sans doute eu recours au marché noir et à des compagnies illégales qui marchandent des technologies militaires. On peut toutefois nuancer l’utilisation de l’aide extérieure dans le cas de l’Iran. Le pays considère ses missiles comme un moyen de défense vitale. C’est pourquoi des efforts considérables ont été mis en œuvre afin que l’Iran puisse développer ses propres systèmes.

La possession de ces armes a-t-elle un impact sur les relations entre l’Iran et les autres acteurs internationaux présents dans la région ?

Le fait que l’Iran fasse la démonstration de technologies militaires plus avancées qu’attendu a bien entendu déclenché de nombreuses réactions parmi les autres acteurs dans la région, principalement Israël, l’Arabie saoudite et les États-Unis. La première réaction concerne les dépenses militaires des pays concernés. L’Arabie saoudite va sans nul doute adapter ses dépenses pour pouvoir mieux se prémunir contre ce type d’agressions. En effet, Riyad possède un des systèmes de défense aérienne les plus sophistiqués – le système Patriot – concédé par les États-Unis. Ce système s’est cependant révélé inefficace lors des frappes sur la compagnie pétrolière saoudienne : les missiles de croisière utilisés volaient à basse altitude et n’ont pas été détectés. Au-delà des dépenses militaires, le comportement belliqueux dont fait preuve l’Iran a aussi influencé la politique internationale dans la région. L’Iran « montre les muscles » et fait la démonstration de ses capacités militaires pour mettre la pression sur ses potentiels adversaires, tout en prenant soin de ne pas dépasser la limite qui causerait une réponse militaire significative. D’un point de vue iranien, la stratégie actuelle se révèle donc efficace mais extrêmement risquée. Si l’Iran venait à dépasser la ligne rouge tracée par les États-Unis, les conséquences balayeraient immédiatement tous les bénéfices retirés de leurs actions armées jusqu’à présent.


Pour mémoire 

Choc et colère après les attaques contre Aramco


Auteur présumé des frappes à l’encontre du géant pétrolier saoudien Aramco et responsable de l’abattage d’un drone américain en juin dernier, l’Iran laisse transparaître des capacités militaires étonnamment efficaces. Afin de mieux cerner l’envergure de l’armement iranien, Douglas Barrie, expert en technologie de l’armement pour l’IISS (Institut international des études...

commentaires (2)

D,AUTRES Y SONT ARRIVES BIEN AVANT ET ONT MEME DEPASSE CE STADE. ILS NE SONT QUE DES TRAINARDS.

L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

09 h 11, le 01 novembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • D,AUTRES Y SONT ARRIVES BIEN AVANT ET ONT MEME DEPASSE CE STADE. ILS NE SONT QUE DES TRAINARDS.

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    09 h 11, le 01 novembre 2019

  • En attendant de voir où se trouve la ligne rouge.......

    FRIK-A-FRAK

    02 h 05, le 01 novembre 2019

Retour en haut