X

Culture

La « révolution » culturelle ne sera pas tuée dans l’Œuf

Initiative

« Sleeping with the ennemy », concept un peu fou mais pari gagnant, créé par Semaan Khawam, Fadi el-Chamaa et Ghylan Safadi il y a trois mois, couve aujourd’hui l’Œuf ou The Egg, au centre-ville de Beyrouth, pour en faire le nid du peuple.


Danny MALLAT | OLJ
28/10/2019

Dans un entretien accordé à L’Orient-Le Jour en 2018, il avait déclaré : « Comme les oiseaux qui se déplacent d’un pays à l’autre sans attaches, sans nostalgie et sans rien emporter avec eux que la force créative de leurs chants, je suis devenu cet homme-oiseau, solitaire mais accompli, je suis devenu Birdman. » Sauf qu’aujourd’hui, Semaan Khawam n’est plus seul. Ses ailes se sont déployées pour mieux embrasser la révolution qui balaie depuis onze jours le Liban, et la porter aussi loin que l’art peut porter les hommes. Aussitôt qu’il troque ses pinceaux contre un balai et une serpillière – pour récurer 30 ans de pourriture et de détritus laissés par une classe politique fangeuse – l’espace de l’Œuf, structure iconique et délabrée du centre-ville de Beyrouth, est investi par une foule de volontaires venue s’abriter sous son aile et « porter secours au Liban », chacun à sa manière. Certains participent au nettoyage alors que d’autres dessinent ou font des tags sur les murs intérieurs ainsi que sur la façade extérieure.En accueillant conférences, débats, projections de films (à l’initiative de Nadi li koull el-nass), cours donnés par des profs d’universités, et même soirées rave, l’Œuf est devenu l’un des cœurs battants du centre-ville, en dépit des avertissements qui s’élèvent ici et là, questionnant la solidité du bâtiment et sa sécurité.


(Lire aussi : Dans l’Œuf, une rave-olution)



La guerre civile est terminée

Sleeping with the ennemy est une initiative dans le cadre de laquelle trois artistes partagent, pendant une vingtaine de jours, un même espace ouvert à la création et aux échanges : « On peint, on produit, on discute, on échange entre nous, mais aussi avec le visiteur, car cet espace est ouvert au public. Ce qui devait au départ nous séparer du fait que nous étions trois personnes très différentes dans nos convictions religieuses, dans nos affinités artistiques et dans notre philosophie de vie, nous a rapprochés dans un esprit de solidarité. Les profits de chaque œuvre vendue sont partagés en trois. Il n’y a plus de particuliers, juste une communauté. On ne pensait pas en créant cette dynamique, il y a quelques mois, qu’elle deviendrait la métaphore de cette révolution, où un peuple qui se caractérisait par ses différences religieuses et sociales n’aspire plus qu’à une seule chose, vivre ensemble dans la paix et la sérénité. Et quoi de plus beau comme espace que le Grand Théâtre de Beyrouth que nous avions investi au départ pour perpétuer cet esprit de communauté et permettre à tous les artistes de venir s’exprimer en acte créatifs ou en paroles productives? Sauf que Solidere en a décidé autrement et nous a chassés des lieux », explique Semaan Khawam.


L’art est un formidable agitateur

Et voilà comment l’équipe de Sleeping with the ennemy s’est retrouvée dans l’Œuf, cet espace abandonné depuis la guerre, ce bâtiment de forme ovoïde, dont la construction avait démarré au milieu des années 60 et qui avait pour vocation de devenir un centre commercial moderne. Projet que la guerre a interrompu. Seuls les sous-sols et ce qui devait être un cinéma multisalles ont été terminés.

Représentation de la puissance créatrice de la lumière, la symbolique de l’œuf vient épouser à merveille ce mouvement. Il est la genèse du monde, il est la réalité primordiale qui contient en germe la multiplicité des êtres. Le but de ce mouvement est d’abord de nettoyer, car, pour rebâtir, il faut bien sonder les fondations, ensuite mettre en place une plateforme pour les débats pour tous, et enfin offrir à tous les artistes des murs vierges où chacun viendra apposer son empreinte, mais aussi et surtout réécrire l’histoire. « Aujourd’hui, ajoute Semaan Khawam, lorsque Tripoli soutient Tyr, et Achrafieh soutient Nabatiyé, la guerre civile est bel et bien finie. Il est révolu le temps de l’idolâtrie où chaque Libanais se reconnaissait dans un chef de parti et épousait sa cause. Le polythéisme est terminé, les statues érigées sont au sol et l’on ne s’identifie plus qu’à un seul Dieu, celui de la liberté et de la justice. » Quant à l’avenir, l’artiste avoue être très confiant : « Je ne peux qu’être optimiste. La ville nous ressemble enfin. Elle est revendications, elle est droit à la parole, elle est aussi esprit civique et témoignages authentiques. L’art est agitateur, c’est lui qui aide et soutient le peuple. Ce peuple libanais où chacun à sa façon a fracassé la sculpture du dieu qu’il idolâtrait. Nous vivons une période historique. Ce qui va advenir n’est pas important, car quoi qu’il advienne nous sommes déjà demain. »


Lire aussi

Madi K, le DJ qui fait danser la révolution à Tripoli

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Thawra-LB

Ayez peur pour VOTRE futur, la jeunesse sait se debrouiller elle meme. Quand au haschich c’est pas les hezbo qui en sont chargé de le produire et exporter?

Faut arreter les larmes de crocodiles sur des scene “obscene” on disait la meme chose il y a 40 ans. Sauf que maintenant la jeunesse ne demande plus votre avis pour “forniquer” terme des années 30. Allez les anti-modernisme au coin, vous avez assez pourris ce pays ces dernieres decennies pour essayer de nous pourrire notre avenir egalement.

Antoine Sabbagha

Belle est cette image artistique du centre ville qui redevient animé avec un nouveau sang jeune qui tue la monotonie .

ON DIT QUOI ?

On confond tout et rien.

Révolution culturelle d'accord, mais des jeunes qui forniquent en public, qui fument le haschich, qui insultent à mots qui touchent les parties génitales des mères des sœurs, (mais jamais des pères), NON NON NON .

L'erreur de ces jeunes manifestant(e)s c'est de se faire détourner du véritable objectif qui doit rester le rapatriement des capitaux détournés et la mise sous les verrous des véritables SAIGNEURS ( avec A ) du pays .

Bien sûr l'obscénité ne devrait pas avoir sa place dans une révolution et si les news qu'on me promet c'est de transmettre à nos enfants des scènes aussi horribles , j'ai peur pour notre " futur" .

Signé : KJ, UN LIBANAIS À PART ENTIÈRE.

Massabki Alice

C bien. Il a balayé lui même. Pas fait appel à une main d'oeuvre etrangere. On se dirige tous vers ça. Manque de dollars à exporter.

Thawra-LB

C’est une revolution dont malheureusement les gens qui beignent dans l’anti-modernisme mondiale, le conservatisme et dans la
Propagande et les theories du complot ne comprendront jamais.

Je dirais meme plus, que cette jeunesse qui se ressemble dans tout les pays du monde des US, a l’Europe, en passant par l’Afrique, la Turquie, l’Iran et la Chine, Pour ne citer que quelques example, va bientot remplacer l’ancienne generation. Le nouveau monde tarde a s’imposer mais il est bien la et il est inevitable.

Certains ahuris pensent que les scenes de danses et de chants au centre ville sont “obscene”. I got news for you, ce monde la, c’est Le future. Au liban comme ailleurs.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants