X

À La Une

L'icône de la révolution libanaise célèbre son mariage place Riad el-Solh

Liban

"Notre mariage a une double portée, il s'agit de notre union, mais aussi d'une célébration de la révolution", dit la jeune femme à L'Orient-Le Jour".

OLJ
23/10/2019
En lançant un coup de pied dans l'entrejambe d'un garde ministériel armé, Malak Alaywe Herz est devenue le symbole des manifestations contre le pouvoir qui secouent le Liban depuis le 17 octobre. Mercredi soir, elle célébrait son mariage, place Riad el-Solh, au milieu des manifestants.

La jeune femme a pris son temps pour arriver à Riad el-Solh, centre névralgique du mouvement de protestation depuis près d'une semaine maintenant. Sur le ring, elle saluait les badauds, se prêtait à des séances photos improvisées. Le bruit courait vite, dans le centre-ville, que l’icône de la révolution était là.

Dans l'air, montaient les youyous des badauds. Pour le mariage, ses amis ont inventé une chanson sur le thème de Whatsapp. C'est l'annonce d'une taxe, finalement retirée, sur les appels via cette messagerie, qui avait mis le feu aux poudres jeudi dernier et lancé le vaste mouvement de protestation contre toute la classe politique libanaise. "Votre révolution est la nôtre", chantaient les manifestants autour d'elle. "Révolution, révolution !" entendait-on aussi.

Interrogée par L'Orient-Le Jour, la jeune femme a déclaré, sur la route vers Riad el-Solh, qu'elle célébrait son mariage ici, car c'est ici "que tout a commencé". "Nous nous sommes rencontrés lors d'une manifestation, c'était en 2015, dans ce même centre-ville, lors des manifestations contre la crise des déchets", a ajouté Mohammad, son époux. "Riad el-Solh est devenu notre deuxième maison", renchérissait Malak. "Notre mariage a une double portée, il s'agit de notre union, mais aussi d'une célébration de la révolution", ajoutait la jeune femme. Auteur d'eux alternaient chants révolutionnaires et chants traditionnels des mariages.

Le couple voulait, originellement, célébrer un mariage civil. Mais ce n'est pas possible au Liban. Faute de moyens, ils n'ont pas, non plus, pu organiser de véritable fête. Alors place Riad el-Solh, ils se sont offerts une belle célébration populaire.


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Thawra-LB

certains nous les cassent a donner leurs avis alors que personne ne le leurs a demandé. restez silencieux, votre tour arrive.

ON DIT QUOI ?

Vous voyez ça, par exemple c'est un non sense.

Ne pensez surtout pas qu'à l'étranger c'est bien reçu.

Ils en rigolent.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

BONNE CHANCE ET BEAUCOUP DE BONHEUR !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Hezbollah et « la patience stratégique »

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez aujourd'hui la communauté des abonnés en vous abonnant à 1$ pour UN AN. Offre limitée pour la journée du 21 novembre 2019

Je poursuis la lecture

4

articles restants