Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Positive Lebanese

Hala Dahdah Abou Jaber : Pour ne plus se battre seule

Photo DR

Le cancer n’est pas une fatalité. On peut le prévenir. On peut souvent le guérir. Et c’est l’espoir qui doit nous animer aujourd’hui à l’heure où les chiffres sont alarmants. À l’heure aussi où les conditions environnementales sont déplorables. À l’heure surtout où les traitements sont prometteurs, efficaces et en constante évolution. Et l’espoir doit être le même pour tous. Présidente de l’association Cancer Support Fund qui vient en aide aux malades adultes, Hala Dahdah Abou Jaber se bat pour que tous les patients puissent avoir accès aux soins nécessaires. Avec son partenaire le Dr Ali Taher, professeur en hématologie et oncologie et directeur du Naef Basile Cancer Institute d’AUBMC, chaque jour est un vrai défi pour soigner, atténuer les souffrances, accompagner les malades et leurs familles, prendre en charge les traitements et ne plus jamais laisser des vies se fracasser par manque de moyens, d’aides ou d’empathie. Et la bienveillance est bel et bien là, au sein de cette équipe de frondeurs qui a choisi comme logo l’arbre du ginkgo biloba, le seul qui ait résisté à la catastrophe nucléaire de Hiroshima. Tout un symbole.

Maman de jumeaux de 10 ans, sportive accomplie, Hala Dahdah Abou Jaber, aux journées bien remplies, ne conçoit cependant pas de passer à côté de cet élan vers les autres qui est devenu pour elle une véritable mission. Auparavant cofondatrice d’une ONG au sein de l’AUB, elle n’a pas hésité une seconde en avril 2018 à répondre à l’appel de l’Université américaine et du Dr Ali Taher qui sentaient un réel besoin de fonder une association pour prendre par la main les patients atteints d’un cancer.

Il n’est plus permis de nos jours que des personnes soient dans l’obligation de vendre tous leurs biens pour se soigner ou soigner un de leurs proches. Devant les chiffres effarants, devant les demandes de plus en plus nombreuses, devant le désespoir des familles et les appels au secours, ce duo complémentaire a mis les bouchées doubles. Secondés par les services sociaux de l’Université américaine, ils ont pris en charge plus de 50 cas à ce jour et sont présents à toutes les étapes de cette bataille, depuis le diagnostic jusqu’à la guérison, prodiguant soins et aides financières, mais également encadrement psychologique, accompagnement moral et surtout présence et disponibilité.

On guérit plus vite lorsqu’on est soutenu. On guérit plus vite lorsqu’on est entouré. Le bien-être du patient est au centre des préoccupations de cette association et la dignité face à l’épreuve est une priorité absolue. Il y a une vie avant le cancer, mais il devrait y avoir une vie pendant et une vie après.

La réinsertion sociale, la quiétude retrouvée, la victoire contre la maladie et l’espoir dans l’avenir sont des étapes que le Cancer Support Fund accompagne aussi. L’optimisme doit rester de rigueur surtout lorsque l’on constate la forte progression des cas détectés au Liban plus que dans n’importe quel autre pays de la région. L’optimisme mais également l’accès à l’information, aux nouveaux traitements et aux campagnes de prévention que prépare l’association. L’optimisme mais également l’appel aux donateurs qui sauvent des vies humaines et participent à ce combat de tous les jours pour que les hommes soient égaux face à la maladie et pour l’avancée de la recherche. Le rêve et l’ambition de Hala Dahdah Abou Jaber et du Dr Ali Taher sont une prise en charge totale aussi bien matérielle que morale pour que la victoire contre la maladie soit l’unique préoccupation de tous ces combattants de l’ombre, ces soldats de la vie, ces modèles de courage.


*Positive Lebanon est un concept basé sur les initiatives concrètes de la société civile libanaise. Ces initiatives qui font que le pays tient encore debout. Mais derrière chaque initiative se tient un Libanais ou une Libanaise courageux, innovant, optimiste et plein d’amour pour son pays.


Dans la même rubrique

Deux pays, deux mesures

Maya Chams Ibrahimchah, bâtisseuse d’espoirs

Peter Khatchérian : ceci est bien une pipe !



Le cancer n’est pas une fatalité. On peut le prévenir. On peut souvent le guérir. Et c’est l’espoir qui doit nous animer aujourd’hui à l’heure où les chiffres sont alarmants. À l’heure aussi où les conditions environnementales sont déplorables. À l’heure surtout où les traitements sont prometteurs, efficaces et en constante évolution. Et l’espoir doit être le même...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut