Rechercher
Rechercher

Quelqu’un m’a dit

Même en temps de crise, Beyrouth est boulimique de vie

L’homme d’affaires libano-colombien Negib Neemé posant avec sa famille du Liban, en caftan rouge sa cousine germaine la journaliste et animatrice de débats sur la BBC Arabic Gisèle Khoury Kassir.

L’« Himno Patriótico » à la casa de Mario

Au dîner de Mario et Joumana Jamhoury, vendredi 4 octobre, il y avait la génitrice d’un chef d’État, Juliana Márquez Duque, mère d’Iván Duque, président de Colombie ; la fille du chef de l’État libanais Claudine Aoun Roukoz ; et l’épouse de René Moawad, ancien président de la République libanaise assassiné, Nayla Moawad.

Juliana Duque est au Liban à l’invitation de Tania et Roby Arab, ancien ambassadeur du Liban en Colombie. Elle est accompagnée de Monica Gomez, Rafael et Margarita Mataliana, de l’homme d’affaires d’origine libanaise Nagib Neemé, qui a fait une fortune colossale dans l’industrie automobile, et son épouse Claudia Hakim, artiste-sculpteur et directrice du Musée d’art moderne de Bogotá (Mambo).

Et puis, surprise ! Au cours de la soirée, le chant de l’Himno Patriótico a soudain retenti, remplissant l’espace d’un silence grave et solennel. La main sur le cœur, le groupe latino-américain et leur ambassadeur au Liban Fernando Helo (sa maman est une Jamhoury) se sont levés comme un seul homme, suivis par les convives libanais. Cette attention de Mario Jamhoury les a profondément touchés. Parmi les convives, ce soir-là, on comptait la présidente de la Fondation Audi, Christiane Audi, Fady et Joumana Yarak, Danièle de Picciotto, Nevine Emad, Anthony et Randa Baladi, Charles Abou Adal, Amer Kassem, Sami et Médéa Toubia, Nabil et Maya de Freige, Michel Daher (parent et ami de Nagib Neemé), Bob Wehbé, Étienne Debbané, Andrée Haddad, Tony Daoud, Peter et Maha Tarazi, Nada Le Cavelier, Rita et Béchara Nammour.

Tania Arab a tenu à faire découvrir à ses amis les grands sites du Liban. En sa compagnie, ils ont arpenté Baalbeck, Tyr, Saïda, Deir el-Qamar, Jeïta et Byblos. En leur honneur, Tony et Janine Maamari ont donné un délicieux repas de poisson à Mandaloun-sur-Mer, et Rizk Rizk, un déjeuner au Cocteau. Il y eut aussi un dîner chez la cousine germaine de Nagib Neemé, la journaliste et animatrice de débats sur la BBC Arabic Gisèle Khoury Kassir. Moment privilégié pour Neemé qui s’est retrouvé avec sa famille libanaise et les amis de longue date comme Frida Kahalé. Le séjour des Colombiens s’est clôturé dimanche soir par un dîner plein de panache donné à Beit Trad, à Kfour, par Roby et Tania Arab. Il y avait India Abdini, Naïla Kettaneh Kunig, Tonia et Zafer Chaoui, Joyce Assouad, Mayssa Abou Rahal, Nayla et Nabil Kettaneh, Nada et Raja Salamé, Laure Doumet, Charles et May Eddé, Mounir et Roula Douaidy, Janine et Tony Maamari, Jean-Marc Bonfils, Malika Myassar, Nagiba Demerji, et d’autres encore.

Silvia de Suède célèbre Mentor Arabia à Beyrouth

Jusque-là, le dîner de gala de Mentor Arabia se déroulait soit au Koweït, soit à Abou Dhabi. Cette année, il aura lieu le 15 octobre à Beyrouth, en présence de la reine Silvia de Suède. Mentor Arabia est une des nombreuses antennes mondiales de l’association Mentor fondée par la reine Silvia de Suède. L’ONG œuvre pour une jeunesse en bonne santé, sans drogue, sans alcool ni tabac.

À Beyrouth, la reine présidera une assemblée générale de tous les acteurs d’Arabia, parmi lesquels le prince Turki bin Talal al-Saoud ; Sayer al-Sayer, de la holding Alsayer, une des principales sociétés commerciales du Koweït ; Amr Zedan, homme d’affaires et président de la Fédération saoudienne de polo, qui avait épousé il y a un an la princesse Noor Bint Asem, petite-fille du roi Abadallah Ier de Jordanie ; Samer Khoury, président du groupe CCC, première entreprise de construction au Moyen-Orient ; l’Américano-Jordanien Nabil Barakat, président de Wamar International, fournisseur mondial de machines pour la production d’énergie, de pétrole, de gaz et d’équipements haut de gamme de la défense et de la sécurité. Un workshop est prévu à l’Université américaine de Beyrouth (AUB), ainsi qu’une rencontre avec la Commission nationale de la femme libanaise. Un dîner à la villa Linda Sursock est donné en son honneur par la fondation Takreem de Ricardo Karam qui réunit autour d’elle soixante-dix personnes représentants les différentes facettes de la société libanaise.

La voix de ténor de Niphon Saïkali !

Leila Solh Hamadé, Guitta Andraos et le général Jean Kahwagi ont soufflé leurs bougies d’anniversaire chez Mouna Hraoui où une centaine d’invités se sont mis dans l’ambiance d’un groupe de luthiers et d’un chanteur qui s’est fait voler la vedette par Mgr Niphon Saïkali, vicaire patriarcal d’Antioche auprès du patriarcat de Moscou, qui a fait retentir une belle voix de ténor. Malgré une technique vocale bien rodée et son appétence pour le chant, l’ancien président du Conseil d’État Chucri Sader n’a pu, et n’a pas cherché à l’égaler.

Par la suite, l’attention s’est portée sur Omar Caracalla. La dabké étant dans ses gènes, il n’a pas résisté au rythme de la derbaké, frappant énergiquement du pied avant d’entraîner tout le monde dans une ronde endiablée.

À cette soirée bruyante et gaie se sont retrouvées une centaine de personnes dont le député et ancien ministre Nehmé Tohmé, les ambassadeurs du Koweït, des Émirats arabes unis, d’Arabie saoudite, ainsi que Boutros et Marlène Harb, Camille et Liliane Menassa, Jean et Mimi Tamer, Viviane Ghanem, Jacques et Nicole Sarraf, Abdel Halim et Hneineh Caracalla, Antoine et Amal Nasrallah. Du clan Hraoui étaient présents Zalfa, Martha, Léna et Khalil (avec Nada). Il y avait aussi Wafa’ Saab, Joseph et Nancy Jabra, Aref et Joumana Yafi, Antoine et Nicole Chédid, Gérard et Laurence Tufenkjian, Marwan et Hoda Salha.

Un homme à séduire !

Joseph el-Hayek, membre du comité de l’Association pour le rayonnement de l’Opéra de Paris, président et fondateur de la Lebanon Opera Society, est parmi les donateurs qui soutiennent les activités de ballet au palais Garnier. Il était présent le 20 septembre au dîner de gala organisée par Stéphane Lissner, directeur général de l’Opéra national de Paris, et Aurélie Dupont, ancienne danseuse étoile et directrice de la danse du ballet de la même institution. L’événement a vu défiler des célébrités comme les actrices Cécile Cassel, Anna Girardot (fille d’Hippolyte Girardot), Virginie Ledoyen et l’acteur Nicolas Maury, qu’on a vu dans Les Beaux Gosses et dans Dix pour cent – saison 4. Au cours de la soirée, plus de 1,2 million d’euros ont été levés au bénéfice des activités du Ballet de l’Opéra grâce au partenariat de Rolex, de la maison Chanel, mécène de la soirée, ainsi que des donateurs comme Joseph el-Hayek. Compte tenu de la crise que nous vivons, la culture au Liban aura urgemment besoin de lui. Allez, essayez de le séduire !

Pas de cadeau pour Roger

Samedi soir, Bickfaya a tourbillonné sous les doigts en or de DJ Rodge. S’emparant de ses platines magiques, il a emporté 200 invités dans un beat enivrant, avant de soulever le délire en remixant deux chansons dédiées à Bachir Gemayel : Je te promets ô Liban et Nous, soldats de la liberté.

Les invités étaient à court de superlatifs pour décrire la soirée organisée par Youmna Gemayel pour célébrer les 40 ans de son époux Roger Zaccar. Les jardins de Beit Bachir s’étaient transformés en une véritable discothèque : un immense hashtag #40isthenewthirty surplombait une piste de danse disco et boule à facettes. Les arbres décorés de lumières étaient également en fête et ont swingué en une folie douce au rythme des musiques. Priés de garer leurs voitures sur la route principale, les convives ont été transportés par des Tuk Tuk Mazda jusqu’à Beit Bachir où, dès leur arrivée, ils sont passés par une cabine Photomaton pour un cliché souvenir. Ils s’étaient pointés les bras vides, sans un cadeau à offrir à Roger! Ce dernier avait en fait demandé de remplacer les présents par des dons à la Fondation Bachir Gemayel qui a offert cette année 11 bourses à la faculté de droit à l’Université Saint-Joseph. Parmi les convives ce soir-là, Tarek et Elsa Sikias, Ziad et Diane Nasrallah, Maurice et Chérine Iskandar, Rami Khoury, Louis et Manal Abou Charaf, Ziad Mikati, Chaker et Rana Saab, Firas Safieddine, Karim et Rolla Ghanem, Anthony et Soraya Bou Khater, Michèle Tuéni et son mari Makram Bou Habib, Hassan et Diana Nasser, Rabih et Leila Joueidi, Léa Baroudi, Jihad et Tina Pakradouni, Fred Kheir, Élias et Nada Alouf, Georges et Christel Saghbini, Joe et Elvire Raphaël, et beaucoup d’autres.


Inauguration du rooftop de Beit Beirut

Le rooftop de la Maison jaune, devenue Beit Beirut, à Sodeco, a été inauguré par un dîner qui a rassemblé plus de 200 personnes. Le grand repas a suivi l’exposition des photographies retraçant le parcours de Fadia Ahmad dans la capitale libanaise. L’événement, organisé par le duo Whyte Mulberry (Roula Rebeiz et Marie-Noëlle Azar Long), a rassemblé le ministre de la Culture Mohammad Daoud, les ambassadeurs du Mexique et d’Espagne (Fadia Ahmad est née et a vécu à Alicante jusqu’à l’âge de 16 ans), l’ancien ministre Rony Arayji, Mosbah Ahdab, Claudine Aoun Roukoz, Véronique Aulagnon, la directrice de Christie’s Monaco Nancy Dotta, Galal Mahmoud, la fondatrice et présidente d’ArtForce Suzanna Flammation de Bokay, Zeina Raphaël, Saada Sehnaoui, Salwa Chalhoub, Claude Issa, Nadine Saddi Zaccour, Elsie Braidi, Cathy Tyan, Carole Babikian Kokoni, Tania Heneiné, et d’autres encore, sans oublier la directrice des éditions de l’École nationale supérieure des beaux-arts et commissaire de l’exposition Pascale Le Thorel.

Sur la terrasse illuminée de bougies et décorée d’oliviers, les invitées ont savouré les délicieux plats de Samia Massoud, alias Mum and I. « Les meilleurs que j’ai dégustés », a déclaré, ravi, le collectionneur d’art jordanien Oussama Ghannoum.

[email protected]


L’« Himno Patriótico » à la casa de MarioAu dîner de Mario et Joumana Jamhoury, vendredi 4 octobre, il y avait la génitrice d’un chef d’État, Juliana Márquez Duque, mère d’Iván Duque, président de Colombie ; la fille du chef de l’État libanais Claudine Aoun Roukoz ; et l’épouse de René Moawad, ancien président de la République libanaise assassiné, Nayla...

commentaires (2)

Allah yikhali el Farah bi diarkoun!

Wlek Sanferlou

20 h 37, le 08 octobre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Allah yikhali el Farah bi diarkoun!

    Wlek Sanferlou

    20 h 37, le 08 octobre 2019

  • C'est bien il y a des personnes qui ne sentent pas la crise?

    Eleni Caridopoulou

    18 h 21, le 08 octobre 2019