Rechercher
Rechercher

Économie - Hydrocarbures

Riyad veut rassurer les marchés après l’attaque de drones

Un site de stockage d’Aramco situé dans la région de Riyad. Fayez Nureldine/AFP

Aramco tente de rassurer les marchés après des attaques contre ses installations pétrolières en Arabie saoudite, dont un arrêt prolongé risque d’ébranler la confiance des investisseurs avant son introduction en Bourse, selon des analystes. Une attaque de drones a endommagé samedi deux installations majeures du géant pétrolier saoudien : Abqaiq, la plus grande usine de traitement de pétrole au monde, et le champ pétrolier de Khurais (Est) (voir page 6).

Vastes stocks

Amine Nasser, nouveau PDG d’Aramco, a déclaré que des travaux étaient « en cours pour récupérer les quantités de production (perdues) », dans le but de calmer les inquiétudes des marchés. Le prince Abdel Aziz ben Salmane, nouvellement nommé ministre de l’Énergie, a lui assuré qu’une partie de la baisse serait compensée par le recours à de vastes stocks.

La suspension provisoire des opérations sur les deux sites a entraîné une réduction de la production de 5,7 millions de barils par jour, soit 6 % de l’approvisionnement mondial, ce qui pourrait entraîner une flambée des prix à l’ouverture des marchés lundi. « Le pire scénario (concernant une flambée des prix) serait qu’un incident retire des marchés une partie de la production de l’Arabie saoudite », a déclaré Robert Rapier, expert en énergie, dans le magazine Forbes. « S’ils peuvent rétablir rapidement la production ou du moins assurer aux marchés qu’ils le peuvent, vous ne verrez peut-être pas une énorme hausse des prix », ajoute-t-il.

Selon Bloomberg News, Aramco s’attend à ce que la plupart des opérations reprennent « dans les prochains jours ». Mais l’ampleur des dégâts et le temps qu’il faudra pour les réparer restent incertains. Les autorités saoudiennes n’ont pas permis aux journalistes de s’approcher des installations et des analystes avertissent qu’une absence d’information pourrait alimenter la spéculation.

« Pour les investisseurs, Aramco sera jugée sur la vitesse de récupération », a déclaré Ali Shihabi, fondateur du groupe de réflexion pro-saoudien Arabia Foundation, désormais fermé. Rappelant que « toutes les installations-clés dans le monde sont exposées au terrorisme », il indique que le groupe pétrolier a « certainement planifié de telles éventualités depuis des décennies ». « L’Arabie saoudite a beaucoup de pétrole stocké pour répondre aux demandes des clients et ne pensez pas qu’Aramco perdra de l’argent à cause de cela », a déclaré Ellen Wald, auteure du livre Saudi Inc.. L’Arabie saoudite est connue pour ses vastes installations de stockage souterrain, d’une capacité de plusieurs dizaines de millions de barils, qui peuvent être écoulées en temps de crise.


(Lire aussi : « Riyad se retrouve aujourd’hui piégé par la guerre au Yémen »)



Impact sur l’entrée en Bourse d’Aramco

Si l’attaque ne risque pas de faire dérailler l’introduction en Bourse de l’entreprise publique saoudienne, elle pourrait miner la confiance des investisseurs, attirés par une opération dont Riyad espère tirer 100 milliards de dollars. Prévue pour 2018, l’opération a déjà connu des retards en raison de conditions défavorables, la valorisation d’Aramco peinant à atteindre les 2 000 milliards de dollars espérés par les dirigeants saoudiens.

« Le prince héritier Mohammad ben Salmane va pousser l’entreprise à démontrer qu’elle peut s’attaquer efficacement au terrorisme ou aux défis de la guerre », estime Ayham Kamel, analyste du Groupe Eurasia. Mais « les attaques pourraient compliquer » l’introduction en Bourse, ajoute-t-il, étant donné « les risques élevés de sécurité et l’impact potentiel sur sa valorisation ». Pour de nombreux négociants, la perte temporaire de production est secondaire. L’attaque de drones a surtout révélé la vulnérabilité des infrastructures pétrolières du royaume, malgré les milliards investis dans un appareil de défense sophistiqué.


(Lire aussi : Pétrole saoudien: Washington "prêt à riposter" aux attaques, le prix du baril s'envole)



La production du premier exportateur mondial d’or noir repose entièrement sur Aramco, contrairement à d’autres pays producteurs, ce qui l’expose à un arrêt brutal de la production en cas d’attaque.

L’usine d’Abqaiq, joyau de l’infrastructure pétrolière du royaume, avec une capacité de plus de 7 millions de barils par jour, est le plus vulnérable des sites saoudiens, selon un rapport du Center for Strategic and International Studies, basé à Washington. « Abqaiq est le cœur du système et il vient d’avoir une crise cardiaque », a déclaré Roger Diwan, un expert en énergie chez le consultant IHS Markit, cité par Bloomberg News.


Lire aussi

Le guêpier yéménite, symbole des failles de la stratégie offensive saoudienne


Aramco tente de rassurer les marchés après des attaques contre ses installations pétrolières en Arabie saoudite, dont un arrêt prolongé risque d’ébranler la confiance des investisseurs avant son introduction en Bourse, selon des analystes. Une attaque de drones a endommagé samedi deux installations majeures du géant pétrolier saoudien : Abqaiq, la plus grande usine de traitement...

commentaires (2)

Quand bensaoud tente de rassurer , alors que bensaoud a besoin lui-même d'être rassuré. Hahahaha.....

FRIK-A-FRAK

10 h 42, le 16 septembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Quand bensaoud tente de rassurer , alors que bensaoud a besoin lui-même d'être rassuré. Hahahaha.....

    FRIK-A-FRAK

    10 h 42, le 16 septembre 2019

  • IL NE FAUT PAS QUE CA SE REITERE SINON LES MARCHES SERONT CERTAINEMENT AFFECTES NEGATIVEMENT.

    OLJ, FOSSOYEUR DE LA LIBRE EXPRESSION !

    00 h 58, le 16 septembre 2019

Retour en haut