L'impression de Fifi ABOU DIB

Ceux du nouveau monde

Impression
12/09/2019

En cette saison migratoire, il y a donc aussi ceux qui « veulent » rester. On les a pourtant prévenus, ce pays est instable, presque failli, toujours à la merci d’une guerre, d’une provocation, d’un esclandre entre partisans de tel ou tel meneur ou d’un attentat. Miné comme il ne l’a jamais été par la corruption et le vol éhonté de ceux qui le dirigent, le Liban ne peut plus compter que sur davantage de sacrifices de ses citoyens exsangues pour tenter de se sortir d’affaire. On leur a bien dit aussi qu’on avait suffisamment payé, en souffrances parfois inouïes et sur plusieurs générations, le prix de notre attachement à cette terre qui tangue. Cet attachement pouvait encore se justifier du temps qu’elle était belle, cette terre ; du temps où ses habitants avaient encore le sens de la courtoisie et de la convivialité, et cette fierté qui les motivait à montrer au monde l’excellence dont pouvait être capable leur petit État prématuré, à peine viable mais par leur volonté si vigoureusement vivant.

Que reste-t-il de cette ambition qui rendait les gens meilleurs, tout soucieux qu’ils étaient de se montrer à la hauteur de l’indépendance fraîchement acquise, chacun s’efforçant d’atteindre la perfection dans son propre métier, qu’il soit artiste-peintre, ébéniste, tailleur ou bijoutier, marchand de primeurs ou quincaillier, ou qu’il appartienne à la triade reine avocat-ingénieur-médecin ? À l’ère bénie où chacun œuvrait à polir sa réputation de sorte que celle-ci rejaillisse sur ses proches et le grand cercle de ses concitoyens, succède le temps disgracieux du travail bâclé et des horaires de présence assidûment remplis à ne rien faire, vie chère, salaires médiocres et la resquille, obsédante tentation. Ce désenchantement n’est que la conséquence directe de la dystopie qui nous sert désormais de paysage, créée par l’absence de volonté politique et donc d’intérêt personnel des responsables pour toute réforme, qu’il s’agisse de régler le problème des déchets ou celui de l’électricité et de l’eau courante, sans parler de tous les secteurs publics tout aussi défaillants. Tant d’argent, tant de temps a été perdu en fausses réformes et vraies arnaques. L’avenir à l’avenant, tant que les solutions seront confiées à ceux mêmes qui entretiennent les problèmes.

Et malgré tout, il y a donc ces jeunes qu’on aimerait voir partir, sauver leur peau, tenter leur chance de trouver ailleurs un avenir moins hypothéqué, mais qui s’obstinent à rester. Non qu’ils se sentent moins capables que ces « cerveaux » dont on déplore la fuite, mais simplement parce qu’ils ont ici leur place et affirment qu’on n’est nulle part mieux que « chez soi ». Ils voient le désastre, et à travers le désastre un sens à leur vie. À qui laisser tout cela, cette histoire émouvante, cette terre pleine de potentiel, ce bout de planète où tout reste à faire et qui a tant besoin de bras? Ils y croient, et à travers eux, on voudrait bien y croire, mais comment s’y prendraient-ils ? Leur génération vit et clame haut et fort les valeurs laïques, le refus de la soumission par la religion et le rejet des traditions patriarcales, l’acceptation sereine de toute différence, l’égalité en droits de tous les humains, l’absolue empathie envers les animaux. Elle anticipe et ressent avec inquiétude l’épuisement de la terre et se prépare à une modification radicale des vieilles traditions : abandonner les énergies et les ressources fossiles, s’habiller avec ce que l’industrie textile déverse inutilement depuis plus d’un demi-siècle, ou avec de nouveaux tissus à base de déchets plastiques, réduire au minimum sinon à zéro leur consommation de viandes et de produits fermiers… De cette révolution qui emportera dans son sillage tous les repères connus de notre monde obsolète, coutumes, clergés, systèmes politiques et économiques, eux seuls auront le mode d’emploi, et tout prête à croire que le Liban sera l’incubateur idéal.

À la une

Retour à la page "Impression"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ghazi souhail

Bonsoir et merci Monsieur Dib pour ces mots et votre confiance dans cette jeunesse,riche et qui sortira le pays de l’ornière dans laquelle il se trouve.

Antoine Sabbagha

Nouveau ou ancien monde , avouons que le monde bouge mal. Jeunes et vieux libanais veulent tous en effet quitter le pays mais partir ou ?En Europe priorité aux syriens et chez Oncle Sam pas question de recevoir de nouveaux immigrants . Avec ces contradictions essayons d' oeuvrer socialement pour un changement radical surtout chnger la caste politique actuelle .

Fan Phare Rond

Je ne comprends vraiment pas là où Fifi veut en venir !

Elle brosse un tableau noir de la situation actuel , en nous faisant encore sa bretelle nostalgique, pour finir par plaindre ceux qui veulent rester au pays, et finir par SE FAIRE BEAUCOUP D'ESPOIR pour leur courage .

Si c'est pas un esprit torturé ça ! !!! MAIS TORTURÉ DEPUIS TRÈS TRÈS LONGTEMPS.

Liberté de Penser

Désolé de vous contredire, mais à mon entendement, ceux qui restent sont ceux qui n’ont pas eu l’opportunité de partir.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE LIBAN A TOUJOUS ETE AINSI... DEVALISE PAR LES ABRUTIS ELUS... MAIS LA VIE ETAIT BELLE AVANT LA VENUE DE LA GANGRENE QUI LE FRAPPE ET LE RONGE ET Y A RENDU LA VIE DIFFICILE ET DANGEREUSE.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants