X

Liban

Quand les fidèles commémorent l’Achoura en donnant leur sang pour sauver des vies

Associations

À l’initiative de l’association Donner Sang Compter et d’autres partenaires, la campagne a permis de recueillir 400 unités de sang et de sauver, potentiellement, près de 1 200 vies.


Anna JAUJARD | OLJ
12/09/2019

Depuis sept ans, à l’occasion de la commémoration de l’Achoura, l’association Donner Sang Compter (DSC) organise une collecte de sang, en collaboration avec l’AUBMC et l’organisation Who Is Hussain. Cette organisation vise à promouvoir la parole de l’imam Hussein ben Ali –

dont l’Achoura commémore le martyre avec ses partisans lors de la bataille historique de Kerbala – à travers diverses actions caritatives, parmi lesquelles des campagnes de don du sang, mais aussi de distribution de nourriture pour les personnes dans le besoin.


Un symbole du don de soi
C’est dans les locaux de la municipalité de Haret Hreik que les deux associations se sont installées mardi. À l’intérieur, les organisateurs ne cachent pas leur joie : l’opération est un succès. Près de 45 minutes après l’ouverture du centre, 135 vies ont déjà été potentiellement sauvées grâce aux unités de sang récoltées !

Au sous-sol de la municipalité, on se presse, on se bouscule, plus d’une centaine de personnes attendent leur tour. Les donneurs se succèdent sur les huit lits médicaux dressés pour l’occasion. « Un seul donneur sauve trois vies », commente Yorgui Teyrouz, pharmacien de formation et président de DSC.

Chaque année, l’association organise jusqu’à 250 opérations de collecte de sang pour éviter aux familles de malades d’avoir à rechercher le précieux liquide. « Au lieu de se démener à chercher du sang pour aider un proche, que les familles se concentrent sur les questions d’assurance et passent un maximum de temps avec le malade. C’est à nous de nous occuper du sang », résume Yorgui Teyrouz. Aujourd’hui, l’occasion est spéciale : des milliers de chiites célèbrent l’Achoura. La récolte de sang fait ainsi écho à certaines manifestations au cours desquelles des croyants se flagellent en commémoration de la mort de l’imam Hussein. Des commémorations lors desquelles, parfois, ils se tailladent.

« L’Achoura est une fête symbole du sacrifice et du don de soi. Qu’y a-t-il de mieux pour illustrer l’âme de l’Achoura que de donner son sang pour les gens dans le besoin ? » explique Talal Khalil, un des coordinateurs de l’évènement dans le centre culturel de la municipalité de Heit Hayek. « Hussein a donné sa vie pour une cause. Et nous croyons que le sacrifice ultime est celui de donner du sang pour les gens dans le besoin. Donner son sang est une cause à laquelle nous croyons fortement », renchérit Riham, une des organisatrices de l’association Who Is Hussain. Elle précise que l’association organise régulièrement, à travers le monde, des actions caritatives. La dernière, « un jour, une cause », a permis de faire de la sensibilisation pour le don d’organes, contre le gaspillage de l’eau et des ressources naturelles, et pour le droit des femmes et des réfugiés. En ce jour particulier, la récolte de sang organisée par les deux associations est aussi une occasion « de montrer que chrétiens et musulmans sont unis », rappelle un membre de Who Is Hussain.


Encourager le don de sang régulier
Un sens du don de soi présent dans l’esprit des donneurs, chez qui la fierté de venir en aide aux autres se ressent. Tarek, étudiant en 3e année de médecine, est venu donner son sang pour l’occasion. Le sourire aux lèvres, il explique que « notre corps est une usine à sang, en donner ne fait pas de mal au corps, mais du bien aux autres ». Afin de rassurer les plus hésitants, il ajoute que « ça ne fait pas plus mal qu’une piqûre de moustique ! »

Au Liban, les besoins annuels en sang sont estimés à 140 000 poches. « Avec la Croix-Rouge libanaise, nous sommes deux organismes à nous occuper régulièrement de la collecte de sang pour les hôpitaux, précise Yorgui Teyrouz, de DSC. Malgré tous nos efforts, nous n’arrivons à collecter que 32 000 unités par an seulement. » Toute personne de plus de 18 ans en bonne santé, à condition qu’elle n’ait pas voyagé dans un pays à risque au cours des derniers mois, peut être une donneuse.

« Le sang récolté se conserve jusqu’à 42 jours après la prise, poursuit-il. Mais c’est au cours des 20 premiers jours qu’il est de la meilleure qualité. » L’occasion, pour lui, de rappeler l’importance du don régulier. « Il faut deux jours pour acheminer le nouveau sang aux patients, or, on constate, après un accident tragique, une augmentation des donneurs. Le sang qui viendra sauver ces victimes, ce sera celui qui est déjà en stock, et non le nouveau ! » relève-t-il. Yorgui Teyrouz est lui-même un donneur régulier de plaquettes et de sang, il cumule à lui seul plus de 139 dons ! « J’essaie de montrer l’exemple à mon équipe », confie-t-il.

Tout au long de la journée de mardi, 400 unités auront été récoltées. De quoi sauver 1 200 vies et alimenter pendant quelques semaines les stocks de l’AUMBC en soulageant l’esprit des familles des malades.



Pour mémoire

Et voici la première promotion donneuse de sang à Jamhour...

« Donner sang compter », histoire d’une mission

Pour rendre plus fréquent le don de sang volontaire au Liban


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Tina Chamoun

Comme quoi, le sang des Libanais toutes confessions confondues ma bye2lob mayy!

PAUL TRONC

Pour ceux et surtout CELLES , ignorantes de ce qui se fait à Dahyé, je donnerai une petite information que le jour de Moharam , 10ème jour de la 3ACHOURA , il a été distribué 4,6 tonnes de Hrisse à toutes personnes désireuses de se rendre pour la commémoration de ce jour de deuil chiite .

Il y avait parmi les préparateurs de ce méga Hrisse des chrétiens maronites et orthodoxes, des sunnites, des druzes etc... et bien sûr parmi les consommateurs autant de libanais de toutes les confessions religieuses.

Dommage que l'olj n'ait pas encore atteint le stade de nous permettre de publier photo et vidéo pour pouvoir faire voir de visu ce qui peut rapprocher les libanais entre eux .

Cela se fait sur d'autres forums, un jour peut être on aura ce privilège.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants