X

Campus

Rim Nasser, une passion pour la langue de Molière

DISTINCTION

Rim Nasser, la bachelière libanaise qui a obtenu la meilleure moyenne au niveau national dans la section LH, entame des études de lettres françaises.

Carole AWIT | OLJ
07/09/2019

« L’excellence est un art que l’on n’atteint que par l’exercice constant », écrivait Aristote. Cette citation reflète la philosophie de vie Rim Nasser, la jeune bachelière passionnée d’art et de littérature qui, au prix d’efforts constants, a obtenu la moyenne de 17,67 aux épreuves officielles du baccalauréat libanais. Un résultat dont elle peut d’autant plus se féliciter qu’il s’agit là de la meilleure moyenne au niveau national dans la section LH. « Pendant de nombreuses années, je me suis appliquée dans mes études avec le désir secret d’obtenir un résultat aussi satisfaisant au niveau national », confie la jeune femme qui aime relever des défis. Bien qu’elle soit habituée à exceller dans toutes les matières, la lycéenne, scolarisée au Lycée officiel pour filles de Ghobeyri, ne tarde pas à identifier ce qui la fait vibrer. « L’apprentissage de la philosophie et de la littérature m’attirait particulièrement, poursuit-elle. J’ai très vite compris que cette orientation allait me permettre d’enrichir ma culture, de développer ma personnalité, d’exprimer ma pensée librement et d’étudier avec passion. »

Valoriser les études de lettres

Sûre d’elle et redoublant d’énergie, Rim Nasser, qui profite de l’été pour s’adonner à ses activités favorites – la danse, le dessin et l’écriture –, ne compte pas perdre de vue ses objectifs. « Être major de promotion au niveau national n’est qu’un début. Animée par le désir d’apprendre, je souhaite avoir des résultats académiques aussi brillants », souligne la jeune femme qui se lance, en cette rentrée, dans des études de lettres françaises.Rim Nasser, 18 ans, est d’ailleurs impatiente d’ouvrir ce nouveau chapitre de sa vie qui, estime-t-elle, sera déterminant pour son orientation professionnelle. Attirée depuis sa tendre enfance par la langue de Molière, elle suivra à la rentrée des études de littérature française à l’Université libanaise. « Je compte déployer toute mon énergie pour réaliser mon rêve, sans prêter attention aux réflexions que suscite ma décision. Mes parents, confiants, me soutiennent dans mon choix », précise-t-elle.

La future étudiante déplore la tendance générale qui consiste à dévaloriser, au Liban, les études littéraires et à sous-estimer, en particulier, l’importance de la langue française. « Je conseille aux bacheliers de ne pas accorder de l’importance aux critiques formulées à leur égard et de choisir librement le domaine d’études qui leur permettra de s’épanouir et de développer leur personnalité », ajoute-t-elle.

Dans quelques années, Rim Nasser espère être docteure ès lettres et se consacrer à l’enseignement car, dit-elle, « il s’agit d’un métier sacré grâce auquel nous pouvons changer le monde ». La brillante jeune fille, qui souhaite s’atteler également à l’écriture d’un premier roman, caresse l’espoir de participer, avec la nouvelle génération, à la construction d’un avenir meilleur au Liban.


Lire aussi

A 50 ans, Sonia Yammine vient de décrocher son bac

Un bachelier d’origine libanaise premier en France en section scientifique



À la une

Retour à la page "Campus"

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants