Sur le net

Les grands-mères palestiniennes célébrées sur Twitter en solidarité avec Rachida Tlaib

Les internautes palestiniens rendent hommage à leurs grands-mères, témoins et victimes des étapes-clés du conflit avec Israël.

Rachida Tlaib, élue démocrate au Congrès américain, alors bébé, dans les bras de sa grand-mère. Photo tirée du compte Twitter de Mme Tlaib

Depuis deux jours, les grands-mères palestiniennes sont à l'honneur sur les réseaux sociaux, dans le cadre d'une grande campagne de solidarité avec l'élue américaine d'origine palestinienne Rachida Tlaib, à qui Israël a imposé des "conditions oppressives" à une visite à sa grand-mère de plus de 90 ans en Cisjordanie occupée, la poussant à annuler ce voyage. 

Avec le hashtag (mot-dièse) "#MyPalestinianSitty" (ma grand-mère palestinienne), les internautes postent des photos de leur "sitty" et des anecdotes de ce qu'elles ont vécu, émaillées de rappels des principales étapes du conflit israélo-palestinien.

La responsable de l'OLP Hanane Achraoui a tweeté la photo de sa grand-mère, "Téta Farha, à Ramallah en 1925", ajoutant qu'elle était "malheureusement décédé peu après", et celle de son autre grand-mère, "Téta Zareefeh, qui a élevé avec amour ses neuf enfants et qui est décédée durant la guerre de 1967".



Athena Salman, une politicienne américaine et élue démocrate à la Chambre des représentants de l'Arizona, a partagé une photo de sa grand-mère, "née avant la Nakba, en 1926". Il n'y avait que de la joie et de l'amour dans son cœur", ajoute-t-elle.



Cet internaute, qui s'identifie comme un doctorant en études hébraïques à l'Université de New York, raconte de son côté que sa grand-mère Fatma "a vécu la guerre de 48, l'occupation de Gaza en 56, la réoccupation de Gaza en 67, l'invasion du Liban en 78 et en 82, les 1ere et 2e intifadas, les attaques israéliennes sur Gaza et 13 ans de blocus et de 6 heures d'électricité par jour". "Elle continue de sourire", ajoute-t-il. 



"Ma grand-mère palestinienne a survécu au massacre de Deir Yassine (du 9 avril 1948, ndlr), le premier village qui a été saccagé avant la Nakba, avec pour objectif de montrer l'exemple aux autres villages palestiniens qui ne voulaient pas se rendre. Sur 600 villageois, plus de 200 ont été tués. Nous n'oublierons jamais", écrit cet internaute. 




L'activiste politique et féministe Linda Sarsour a, elle, partagé une photo de ses deux grands-mères, Sarah et Halima. "Je suis la personne que je suis aujourd'hui grâce aux sacrifices et à la résilience de ces deux femmes", écrit-elle. 




Humanisation "d'un des peuples le plus déshumanisé"
Fin de semaine dernière, Mme Tlaib et sa collègue, la démocrate Ilhan Omar, avaient été interdites de voyage via Israël, une interdiction qu'avait réclamée le président américain, Donald Trump, en raison de leur soutien au mouvement BDS, de boycott de l'Etat hébreu. L'élue d'origine palestinienne avait pour finir été autorisée à représenter une demande de visa pour rendre visite à sa famille sous des conditions de "visa humanitaire". Seule élue américaine d’origine palestinienne Rachida Tlaib avait pour finir renoncé à son voyage. "Rendre visite à ma grand-mère dans les conditions oppressives imposées par Israël et destinées à m'humilier briseraient le cœur de ma grand-mère", avait-elle expliqué dans un communiqué.

Réagissant à la campagne lancée sur les réseaux sociaux, Rachida Tlaib a elle-même posté des photos de ses grands-mères. 



"Voici mon autre grand-mère, que personne ne pouvait embêter. Elle était fière d'être de Beit Hanina et une réelle femme de caractère", a-t-elle twitté.

La photo qu'elle a publiée de son autre grand-mère a été notamment commentée par Mme Omar, qui s'est dite fière que le hashtag #MyPalestinianSitty connaisse autant de succès. "Je suis très émue que nous soyons finalement en train d'humaniser l'un des peuples les plus déshumanisés", a-t-elle ajouté. 



Face au grand mouvement de solidarité envers Rachida Tlaib, de nombreuses voix se sont élevées pour dénigrer cette campagne en ligne. Plusieurs internautes ont notamment estimé que l'élue faisait passer ses intérêts politiques avant sa volonté de voir sa famille. 



Lire aussi
« Aux yeux du monde entier, Netanyahu a obéi à Trump »

Rashida Tlaib, farouche opposante de Trump et critique d'Israël


Depuis deux jours, les grands-mères palestiniennes sont à l'honneur sur les réseaux sociaux, dans le cadre d'une grande campagne de solidarité avec l'élue américaine d'origine palestinienne Rachida Tlaib, à qui Israël a imposé des

commentaires (2)

Si les palestiniens ont commis beaucoup d'erreurs, il reste qu'Israël doit humaniser sa politique envers les palestiniens. Il y a trop de souffrances inutiles, injustes.

Sarkis Serge Tateossian

23 h 33, le 19 août 2019

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Si les palestiniens ont commis beaucoup d'erreurs, il reste qu'Israël doit humaniser sa politique envers les palestiniens. Il y a trop de souffrances inutiles, injustes.

    Sarkis Serge Tateossian

    23 h 33, le 19 août 2019

  • C'est beau mais rien ne vaut la force d'une résistance efficace .

    FRIK-A-FRAK

    17 h 25, le 19 août 2019