X

À La Une

Une foule à Khartoum pour célébrer un "nouveau Soudan"

Reportage

Si l'ambiance était festive dans les rues, nombre d'habitants restent prudents, craignant que les militaires reviennent sur l'accord ou que les nouveaux dirigeants ne parviennent pas à redresser une économie très mal en point.

OLJ/AFP/Jean Marc Mojon
18/08/2019

L'encre de l'accord a à peine séché que la liesse s'empare des rues de Khartoum. Mais Ali, 19 ans, est en pleurs: le 3 juin, il a perdu un frère dans la dispersion sanglante du sit-in emblématique de la contestation.

Les généraux au pouvoir au Soudan et les meneurs du mouvement de contestation ont signé samedi un accord historique qui ouvre la voie à un transfert du pouvoir aux civils au Soudan, où la population espère qu'il lui apportera une vie meilleure.

Mais pour certains, cet aboutissement ne peut effacer la tristesse d'avoir perdu un proche dans la répression du mouvement. "Mon frère a été tué par balle le 3 juin", explique à l'AFP Ali, en référence à la dispersion du sit-in devant le quartier général de l'armée, dont le tollé avait précipité une reprise des négociations entre les deux camps.

Selon des médecins proches du mouvement de contestation, 127 personnes avaient été tuées ce jour là, et 11 sont toujours portées disparues. Cette répression a constitué un épisode clé dans le mouvement de contestation, enclenché en décembre en réaction au triplement du prix du pain et dirigé ensuite contre le président Omar el-Bachir qui a fini par être évincé par l'armée en avril.



(Lire aussi : Joie et amertume pour la première fête de l'Adha sans Bachir)



"Nous avons gagné"
"J'aurais aimé qu'il voie ça. Nous avons gagné. La révolution n'est pas morte. Mon frère est un héros", dit Ali en pleurant, alors que deux amis enveloppés dans un grand drapeau soudanais viennent le consoler.

Toute la journée, une foule d'hommes et de femmes, jeunes ou vieux, ont convergé vers la salle de conférence où l'accord a été signé. Alors qu'ils défilent, sous un soleil de plomb, dans les longues rues du centre-ville interdit à la circulation, ils font le "V" de la victoire, lançant en choeur: "Madaniya, Madaniya", pouvant être traduit comme "pouvoir civil". Les habitants de Khartoum ou ceux des autres provinces venus en bus ou en trains ont emmené enfants ou grands-parents pour l'occasion.

Une jeune fille portant un jean et drapée du drapeau soudanais dirige son vélo vers la salle de conférence, une scène qui aurait été inconcevable il y a quelques mois. "C'est la plus grande célébration que j'ai jamais vue dans mon pays. Nous avons un nouveau Soudan", se réjouit Saba Mohammed, une femme voilée de 37 ans, qui agite un petit drapeau en plastique.

La période de transition de 39 mois vise à garantir plus de droits et de libertés et devrait culminer avec des élections en 2022.



"Respirer"
Si l'ambiance est festive dans les rues, nombre d'habitants sont restés prudents, craignant que les militaires reviennent sur l'accord ou que les nouveaux dirigeants ne parviennent pas à redresser une économie très mal en point.

Au marché central de Khartoum tôt samedi, clients et commerçants interrogés par l'AFP ont dit qu'ils espéraient qu'un gouvernement civil pourrait les aider à joindre les deux bouts.

"Tout le monde est heureux maintenant", déclare Ali Youssef, un étudiant de 19 ans qui travaille sur le marché. "Nous avons été sous le contrôle de l'armée pendant 30 ans, mais aujourd'hui nous laissons cela derrière nous car nous nous dirigeons vers un régime civil", ajoute le jeune homme, assis à côté d'un tas de tomates. "Tous ces légumes sont très chers, mais maintenant je suis sûr qu'ils vont devenir abordables", dit-il.

Même s'il est trop tôt pour dire si la vie quotidienne va s'améliorer pour les Soudanais, ceux-ci ont au moins le sentiment qu'une page a été tournée, ouvrant la voie à plus de libertés. "J'ai 72 ans et en 30 ans de régime de Bachir, j'ai le sentiment que jamais rien de bien n'est arrivé", estime Ali Issa Abdel Momen, un autre vendeur de légumes. "Mais maintenant, grâce à Dieu, je commence à respirer."



Lire aussi

Les femmes luttent pour leur révolution au Soudan

Au Soudan, les islamistes font bloc derrière l’armée pour préserver la charia

Après 30 ans, le Soudan fait un pas crucial vers la démocratie

A Londres, une exposition pour immortaliser le street-art "effacé" au Soudan

Juger le président déchu Omar el-Bachir : quels défis?

Éloigner le Soudan du précipice


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

PRÊT TENSION.

Il faudrait mettre fin à cette stupidité qui fait croire à certains atteint par cette "qualité" que les déclarations officielles , suite à des accords obtenus après de longues et laborieuses luttes , ne servent qu'à tromper soit le peuple, soit ceux qui les utilisent.

A la stupidité de cet esprit je dirai que le soulèvement populaire, donc venant du peuple, à la base était de sortir de cette guerre du Yémen afin de ne plus servir de chair à Canon pour le compte des bensaouds.

Le peuple peut se laisser berner un jour, pas toujours.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE NOUVEAU GOUVERNEMENT NATIONAL DU SOUDAN VIENT DE DECLARER QUE LA SECURITE DU SOUDAN PASSE PAR LA SECURITE DE LA SAOUDITE.

PRÊT TENSION.

Je ne sais pas pourquoi on ne me publie pas quand je dis que le Soudan va détaler du Yémen en laissant les bensaoudd seuls dans la merde avec ses sponsors et alliés occidentaux , alors que ce que je dis est vrai.

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Élie FAYAD

L’État sourd-muet

Décryptage de Scarlett HADDAD

Trois grands dossiers au menu des rencontres du chef de l’État

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants