Liban

Min Rechmaya, une initiative pour pérenniser le village par la photographie

Société

Le Festival annuel de Rechmaya s’est déroulé à la fin de la semaine dernière. À cette occasion, une plate-forme dédiée a exposé les photos du village et de ses habitants pour la troisième année consécutive.


Julia PONTE | OLJ
18/07/2019

Il est 18h et une lumière dorée illumine les montagnes quand le Festival de Rechmaya débute. Une ambiance familiale et joviale règne. Parmi la trentaine de stands installés, deux sont particulièrement rassembleurs : ceux de Min Rechmaya (de Rechmaya). Le premier présente une grande fresque remplie de photographies de visages et de paysages et le deuxième met en avant des produits locaux.

À 35 km de Beyrouth, Rechmaya est un village d’environ 3 000 habitants, se trouvant dans le district de Aley. Il commence à 300 m d’altitude, là où se trouve la rivière. À 600 m, il y a le centre du village et le pic de la montagne est à 950 m. Par son climat modéré, Rechmaya est un lieu fertile riche en eau, en blé, en fruits et en légumes.

Min Rechmaya est au départ une plate-forme internet créée en septembre 2016 regroupant 759 abonnés sur Instagram (@mnrechmaya), et 1 400 sur Facebook (Mn rechmaya). Douze membres sont aux commandes. Elle est destinée à ceux qui aiment ce village et réunit les photos de visages de ses habitants, de ses paysages et des produits locaux.

« L’idée de base de Min Rechmaya est de partager la beauté et les habitants du village. Surtout, elle est apolitique », explique à L’Orient-Le Jour Mario Kanaan, fondateur et responsable de la plate-forme, originaire du village et photographe de l’exposition. « Je frappe aux portes des habitants, notamment les plus âgés qui ne sortent pas beaucoup de chez eux, et j’essaye de capturer avec mon objectif leurs moments les plus authentiques, pour éterniser leurs visages », indique le photographe.

Depuis 2017, Min Rechmaya tient un stand au festival célébré à l’occasion de la fête du patron du village saint Sir (Kiriakos). En 2017, le thème général était « Rechmaya as we know it ». L’année dernière, elle avait comme sujet spécifique les écrivains originaires du village. Cette année, le thème est « Trait d’union », qui doit son nom à l’idée que, malgré les différences politiques, sociales et culturelles, les Rechmayotes sont unis.

Une fresque de 6 x 3 mètres regroupant 250 photographies est affichée à l’exposition. « J’aime la photographie, car cela m’a aidé à mieux percevoir la société dans laquelle nous vivons, à comprendre plus en profondeur les personnes que je rencontre. Les rides et les sourires que je photographie portent une longue histoire », confie Mario Kanaan.

L’autre thème de l’année est « Rassembler la communauté en soutenant les produits locaux ». Ainsi, les producteurs vendent gins, vodkas et araks (provenant de la distillerie du village), confitures, jus de fruits, herbes, glaces ou encore savons à l’huile. Depuis le début de Min Rechmaya et de ses expositions, magasins et producteurs font boule de neige. Étant donné le thème de cette année, les impacts sur la croissance locale sont tout particulièrement attendus. Si les expositions des deux années précédentes concernaient le présent et le passé, celle de cette année concerne le futur avec l’interrogation « What’s next ? Who’s next ? ».

Pendant la guerre civile, les habitants chrétiens se sont fait expulser du village. Ce n’est que quelques années après la fin des combats qu’ils sont revenus. Aujourd’hui, même si la population jeune augmente d’année en année, Rechmaya est davantage un lieu de villégiature. La plate-forme prend alors tout son sens, car par la photo elle permet de tenir informées les personnes originaires du village qui se trouvent hors de Rechmaya ou du pays. « Le passé de Rechmaya est sans doute en lien aujourd’hui avec le besoin de mémoire, les photos sont à l’image de l’histoire du village », constate Jamale Kanaan, la responsable municipale du village.


Lire aussi

À Rechmaya, on distille du gin 100% made in Lebanon

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants