X

Culture

La crise ou comment en rire...

Festivals

Une belle douzaine de comédiens libanais, dont Abou Salim, Samy Khayath, Pierre Chamassian Nemr Abou Nassar, Mario Bassil, Adel Karam et Abbas Jaafar, ont animé la deuxième soirée du Festival des Cèdres 2019.


15/07/2019

Surplombant la légendaire forêt des Cèdres de Dieu, un plateau théâtral composé de quatre structures triangulaires en forme d’un cèdre a été aménagé, entouré des montagnes glorieuses du mont Makmel. Après avoir rendu hommage à Gibran Khalil Gibran (2016), au cèdre (2017), arbre emblématique du Liban, et aux sites classés au Patrimoine mondial de l’Unesco, le Festival des Cèdres a voulu saluer, dans son édition 2019 (et après une première soirée opéra avec Andrea Bocelli), la lutte quotidienne du peuple libanais.

Pour la direction du Festival des Cèdres que préside la députée de la région Sethrida Geagea, continuer de rire à l’heure où le Liban vit des jours difficiles, est la forme ultime de résistance. Dans cet esprit, Smile Lebanon, un show regroupant les treize comédiens libanais les plus célèbres, a vu le jour.

Pour lancer le show, un documentaire signé Nasser Fakih a retracé l’histoire de la comédie libanaise depuis les années 1970, du temps d’Abou Salim, Fehmén, Chouchou et d’autres jusqu’à nos jours. Puis de grands noms de la comédie se sont produis sur scène à tour de rôle pour raconter chacun sa lutte et, par conséquent, celle de chaque Libanais. Bien que la scène ait vu défiler treize talents différents, la situation politique et les différentes discordes entre les grands partis ont été les dénominateurs communs entre les performances. Mario Bassil, le « man with no limits », s’est empressé de nier tout lien de parenté avec le chef du Courant patriotique libre avec lequel il partage le même nom de famille, Gebran Bassil. Rires amusés des spectateurs… Raymond Saliba, Chadi Maroun et Gaby Hoayek ont abondé dans le même sens. Ils étaient les seuls à se produire en groupe, contrairement aux autres comédiens qui ont présenté chacun une stand up comedy de quelques minutes. Au lendemain d’une guerre menée par les extraterrestres sur la planète Terre à laquelle seul le Liban a survécu, le trio a usé d’humour pour rappeler que les Libanais, qui respirent un air pollué et vivent au rythme des coupures d’électricité, sont immunisés contre tous les moyens d’extermination possibles et imaginables.

Nemr Abou Nassar, comédien libano-américain, s’est amusé à louer la capacité des Libanais à affronter l’État islamique par le biais des blagues, sans oublier toutefois de saluer le rôle de l’armée libanaise. Pour Fouad Yammine, sa propre lutte a commencé depuis qu’il est devenu père. Grand passionné de musique, il a préparé un pot-pourri dans lequel il a mis en relief la ressemblance entre les hymnes des partis politiques et les chansons pour enfants, invitant finalement le public à chanter l’hymne national. Pierre Chamassian s’est déguisé en vieille femme arménienne, Emm Georgette, pour appeler au téléphone sa fille aux États-Unis et lui faire une mise à jour de la situation au Liban.

Quant à Pamela el-Kik, seule femme du groupe, son combat est celui de toutes les Libanaises. Elle a repris des scènes de la vie quotidienne de quatre femmes vivant dans différentes régions du pays. Toujours au sujet de la femme, mais vu de l’autre versant, Naïm Halaoui a raconté ses aventures avec son ex-fiancée et s’est félicité d’être un éternel célibataire. Mario Bassil s’est, lui aussi, déguisé en femme, et pas n’importe laquelle. La très célèbre Marioca ne s’est pas laissé intimider par le public, lançant à la file des blagues salaces. Au rythme de sa chanson Ana rassi Baalbaki, Abbas Jaafar a partagé avec le public les aventures d’un jeune homme de Baalbeck qui a déménagé à Beyrouth. Les blagues autour du cannabis et l’accent baalbeckiote ont été, bien entendu, au rendez-vous. Adel Karam, alors même qu’il avait le bras cassé, s’est attardé sur la fascination d’un ami franco-libanais face à la situation dans laquelle se trouve le pays et qui ne surprend plus les Libanais.

Samy Khayath, pour sa part, a choisi de tremper son verbe dans l’humour noir et de moquer gentiment ses compatriotes aux funérailles de leurs proches.

Accueilli par les onze comédiens sur scène, Salah Tizani, connu sous le nom d’Abou Salim el-Tabl, a fait une entrée très applaudie du public. Sous le ciel étoilé, les comédiens ont conclu la soirée en interprétant L’hymne de la lutte, écrit par Nizar Francis et composé par Michel Fadel spécialement pour ce show.


Lire aussi

À Jounieh, le « cadeau du ciel » de Majida

Marc Lavoine, poète rock, à Byblos

Les Tindersticks veulent allumer le Music Hall Waterfront


À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Georges MELKI

"Quant à Pamela el-Kik, seule femme du groupe, son combat est celui de toutes les Libanaises."
Mais qu'est-ce qu'elle vient faire là-dedans? Elle n'est pas du tout rigolote!

BOSS QUI BOSSE

C'est vrai qu'on peut rire de tout, mais ça depend avec qui .

Tina Chamoun

Pour l'avoir vu à la télé, c'était le festival de la vulgarité par excellence. L'humour salace peut être fin mais là l'esprit fin voire l'esprit tout court manquait cruellement!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

En dépit de l’annonce des consultations, la situation reste confuse

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants