Rechercher
Rechercher

festival

Marc Lavoine, poète rock, à Byblos

Press Photo Agency

Il a les yeux revolver. Il a le regard qui tue. Il a tiré le premier, a touché son public, l’a ému… C’était Marc Lavoine hier soir, lors du concert inaugural de la 16e édition du Festival de Byblos. Le chanteur français scellait ses retrouvailles avec ses fans libanais, 22 ans après ses premiers concerts au pays du Cèdre. Et, comme attendu, une bonne majorité de femmes était au rendez-vous. Elles ne seront pas déçues. Le chanteur romantique à la voix grave et rauque se révèle dès le premier titre (Seul définitivement, l’un des tubes de son dernier album) d’une généreuse et contagieuse énergie.

Accompagné de ses musiciens, il va défier une bise marine assez forte ce soir-là pour interpréter un mélange de ses nouveaux titres et de ses plus gros succès des années 80-90 redynamisés d’orchestrations funk rock. Le public sous le charme s’emballe aussitôt. Et applaudit à tout rompre tous ces tubes qu’il sait si bien enrober de son romantisme décalé, de sa poésie rock depuis C’est ça la France, Sur le parking des anges, Je ne veux qu’elle, Paris, ou Bascule avec moi, jusqu’au Je reviens à toi, sans oublier son célébrissime Elle a les yeux revolver...


Il a les yeux revolver. Il a le regard qui tue. Il a tiré le premier, a touché son public, l’a ému… C’était Marc Lavoine hier soir, lors du concert inaugural de la 16e édition du Festival de Byblos. Le chanteur français scellait ses retrouvailles avec ses fans libanais, 22 ans après ses premiers concerts au pays du Cèdre. Et, comme attendu, une bonne majorité de femmes était...

commentaires (0)

Commentaires (0)