X

Moyen Orient et Monde

Plus de 80 combattants tués dans des affrontements entre régime et jihadistes

Syrie

Deux attentats à la voiture piégée ont frappé Afrine et Qamichli.

OLJ
12/07/2019

Plus de 80 combattants ont été tués depuis mercredi soir dans des affrontements féroces entre les troupes du régime et des forces dominées par des jihadistes dans le nord-ouest de la Syrie, a rapporté hier l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

Sept civils ont en outre péri en raison des combats dans cette région, selon la même source. Cinq d’entre eux ont été tués dans des raids de l’armée syrienne contre la ville de Jisr al-Choughour, dans la province d’Idleb, tandis qu’un autre a trouvé la mort dans des frappes effectuées par la Russie, alliée de Bachar el-Assad dans le conflit, contre le village de Latamneh, dans la province voisine de Hama. La septième victime civile est une femme touchée par des tirs de groupes rebelles contre la localité de Karnaz, tenue par le régime, selon l’OSDH.

De violents combats faisaient rage hier aux abords de la région d’Idleb, qui échappe toujours au contrôle du régime et reste dirigée par les jihadistes du groupe Hay’at Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d’el-Qaëda).

Depuis fin avril, le régime syrien et son allié russe ont intensifié leurs frappes sur la province d’Idleb et ses environs où HTS ainsi que d’autres factions rebelles et jihadistes sont présentes. La région abrite trois millions de civils dont de nombreux déplacés par les combats dans d’autres parties de la Syrie en guerre.

Colline stratégique

Tard mercredi soir, les forces dominées par HTS ont pris au régime le village et la colline de Hamameyat dans la province de Hama. Une position « stratégique du fait qu’elle surplombe (...) les voies de ravitaillement des forces ennemies », a souligné Naji Moustafa, porte-parole du Front de libération nationale, allié des jihadistes. Depuis, « les combats se poursuivent et les forces du régime mènent une contre-attaque pour reprendre le village, en sus de bombardements aériens et à l’artillerie lourde », a indiqué le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Les affrontements ont jusqu’ici tué 46 combattants côté régime et 36 côté rebelles et jihadistes, selon l’OSDH.

Au cours des dernières semaines, la région d’Idleb a enregistré les plus violents combats depuis un accord conclu en septembre 2018 entre la Russie– fidèle alliée du régime syrien – et la Turquie, parrain de certains groupes rebelles, visant à éviter une offensive d’envergure des forces loyales à Bachar el-Assad.

Les bombardements russes et syriens ont tué plus de 560 civils depuis fin avril, tandis que les tirs rebelles et jihadistes ont coûté la vie à plus de 40 civils, selon l’OSDH. Quelque 330 000 personnes ont fui les combats, d’après l’ONU, qui craint l’une des pires catastrophes humanitaires depuis le début de la guerre en 2011.

Attentats

Deux attentats à la voiture piégée ont par ailleurs frappé des zones distinctes dans le nord de la Syrie.

Le premier à Afrine, une région du nord-ouest majoritairement kurde mais aujourd’hui contrôlée par des rebelles proturcs, a fait au moins 13 morts dont huit civils, a indiqué l’OSDH. En mars 2018, Ankara avait pris le contrôle d’Afrine, à l’issue d’une offensive menée de pair avec ses supplétifs syriens contre une milice kurde, les Unités de protection du peuple (YPG) que la Turquie qualifie de « terroriste ». « L’explosion a eu lieu près d’un barrage (des forces rebelles pro-Ankara) à l’entrée » de la ville d’Afrine, alors que des véhicules étaient massés pour une inspection, a indiqué à l’AFP le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Abou Slam, commandant d’un groupe rebelle syrien pro-Ankara, a indiqué à l’AFP qu’« un camion chargé de TNT a explosé dans un lieu rempli de civils ». Il a accusé les combattants « kurdes d’être derrière l’attentat pour saper la sécurité dans la région ».

À Qamichli, une ville majoritairement kurde dans le Nord-Est, un véhicule piégé a explosé près d’une église, selon un journaliste de l’AFP. La télévision d’État syrienne a fait état de 11 blessés. La principale façade de l’église de la Sainte-Vierge des syriaques-orthodoxes a été endommagée.

Source : AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants