Rechercher
Rechercher

À La Une - Diplomatie

La libération de Nizar Zakka, une tentative avortée d'ouverture iranienne envers Washington?

"C'était une opportunité ratée", confie une source américaine à l'agence Reuters. "Nous aurions dû explorer cette piste pour voir si elle pouvait être exploitée".

Le Libanais Nizar Zakka faisant le signe de la victoire à son arrivée, mardi 11 juin 2019, au palais de Baabda après avoir été libéré par les autorités iraniennes après une détention de près de quatre ans. Photo d'archives REUTERS/Mohamed Azakir

La libération par l'Iran le mois dernier de l'homme d'affaire libanais Nizar Zakka, détenteur d'un titre de séjour US, était une tentative d'ouverture envers Washington qui a toutefois échoué, ont affirmé trois sources occidentales proches du dossier à l'agence Reuters.

Arrêté en septembre 2015 au cours d'un voyage en Iran où il avait été invité officiellement, M. Zakka avait été condamné par la justice iranienne à dix ans de prison en 2016 pour "espionnage" au profit des Etats-Unis. Il avait été libéré après quatre ans de détention suite à une demande du président libanais Michel Aoun. Le 11 juin, jour où Nizar Zakka est rentré à Beyrouth, Washington avait salué sa libération et s'était voulu optimiste sur le sort des Américains détenus dans la République islamique.



(Pour mémoire : Nizar Zakka : L’initiative de ma libération est née au Liban, et elle a abouti au Liban)



"C'était une opportunité ratée", a confié une source américaine, en commentant la libération de Nizar Zakka. "Nous aurions dû explorer cette piste pour voir si elle pouvait être exploitée", a-t-elle ajouté.

Une seconde source anonyme qui s'est également confiée à Reuters, affirme que "l'Iran a libéré Nizar Zakka pour envoyer un signal et montrer qu'il voulait faire baisser la tension". Cette source a également qualifié cette libération de "geste de bonne volonté". Les Iraniens "avaient estimé que ce geste était une forme de désescalade et s'attendaient clairement à ce que les Américains fassent de même", poursuit cette source, qui souligne que ce geste d'ouverture n'a pas été pris en considération par Washington.



(Pour mémoire : « Rien n’est plus beau que la liberté ! » lance Nizar Zakka, de retour à Beyrouth)



Un porte-parole de la diplomatie américaine a refusé de confirmer à Reuters que Washington a raté une opportunité avec la libération de Nizar Zakka, mais a affirmé que si Téhéran voulait réduire la tension, il aurait dû libérer un citoyen américain.

Les responsables iraniens ont pour leur part refusé de commenter ces informations.

L'Iran et les Etats-Unis n'entretiennent plus de relations diplomatiques depuis 1980 et leurs rapports se sont nettement détériorés avec l'arrivée au pouvoir du président américain Donald Trump, en janvier 2017. Depuis plusieurs semaines, la tension s'est sérieusement accrue en raison d'une série d'incidents dans le Golfe, le plus dangereux ayant eu lieu le 20 juin avec la chute d'un drone américain abattu par la défense iranienne. Ces incidents font craindre un affrontement militaire entre Washington et Téhéran. Depuis, l'administration américaine a renforcé ses sanctions contre les responsables iraniens. Plusieurs Américains sont détenus en Iran, de même que Washington détient plusieurs ressortissant iraniens.


Pour mémoire
Libération de Nizar Zakka : Washington se veut optimiste pour les détenus américains en Iran

Zakka quitte Beyrouth pour les Etats-Unis


La libération par l'Iran le mois dernier de l'homme d'affaire libanais Nizar Zakka, détenteur d'un titre de séjour US, était une tentative d'ouverture envers Washington qui a toutefois échoué, ont affirmé trois sources occidentales proches du dossier à l'agence Reuters.Arrêté en septembre 2015 au cours d'un voyage en Iran où il avait été invité officiellement, M. Zakka avait été...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut