Liban

Le président de l’ordre des ingénieurs crie au scandale

Dans un entretien express accordé à L’Orient-Le Jour, le président de l’ordre des ingénieurs a exprimé sa révolte à la suite de l’adoption de la loi sur la régularisation des infractions immobilières votée hier au Parlement. Pour Jad Tabet, « cette loi est une incitation à enfreindre les lois ». C’est, a-t-il dit en substance, une invitation adressée aux citoyens pour les encourager à poursuivre sur leur lancée et à continuer de commettre des infractions en toute impunité.

Depuis 1964, explique l’architecte, six lois ont été votées pour légaliser les infractions, avec à chaque fois la mise en avant du principe de la table rase.

« Le dernier texte adopté en 1994 avait été présenté comme étant une loi d’exception. Elle avait été justifiée à l’époque par les circonstances de la guerre civile, un argument qui n’est plus valable aujourd’hui », dit-il.

Plus grave encore, poursuit Jad Tabet, le fait que la nouvelle loi reconnaît explicitement que les autorisations préalablement accordées aux contrevenants avaient été octroyées par des parties non habilitées à le faire, en l’occurrence « le ministère de l’Intérieur, qui représente les autorités publiques, et les Forces de sécurité intérieure. Cet argument est tout simplement destiné à dire aux contrevenants que les permis de construire qu’ils ont acquis ne sont pas légaux, une manière de justifier l’imposition de nouvelles taxes, qui peuvent atteindre trois fois le montant de la taxe préalablement payée. C’est un véritable commerce », a dénoncé le président de l’ordre.

Selon lui, la nouvelle loi enfreint toutes les règles urbanistiques prévues et fait prévaloir le chaos en matière de sécurité et de respect de l’environnement. « C’est une loi dangereuse dans la mesure où elle fait fi des principes de sécurité publique, notamment des réglementations prévues en cas de séisme. »

Jad Tabet, qui affirme avoir prévenu il y a un an déjà les parlementaires lors de sa participation aux réunions en commission des risques encourus des suites de l’adoption de cette loi et dénoncé, lors d’une conférence de presse organisée par le conseil de l’ordre, sa portée à court et long terme, souligne que plusieurs députés avaient effectivement reconnu qu’elle était mauvaise, justifiant toutefois son adoption par le fait qu’ « elle facilite la vie aux citoyens ».



Lire aussi
Le Parlement régularise les infractions immobilières



Dans un entretien express accordé à L’Orient-Le Jour, le président de l’ordre des ingénieurs a exprimé sa révolte à la suite de l’adoption de la loi sur la régularisation des infractions immobilières votée hier au Parlement. Pour Jad Tabet,...

commentaires (2)

JUSTE SAVOIR QUI SONT LES "contrevenants" qui auront a payer les amendes, est ce les promoteurs ou les acheteurs des chalets ou les 2 ?

gaby sioufi

13 h 19, le 27 juin 2019

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • JUSTE SAVOIR QUI SONT LES "contrevenants" qui auront a payer les amendes, est ce les promoteurs ou les acheteurs des chalets ou les 2 ?

    gaby sioufi

    13 h 19, le 27 juin 2019

  • Une loi scélérate!

    Yves Prevost

    06 h 42, le 27 juin 2019