X

Liban

Nominations : En l’absence d’un mécanisme précis, la tension politique continue de monter

Nominations

Pour le CPL toutefois, le dossier n’est pas encore sur le tapis.

Claude ASSAF | OLJ
20/06/2019

Le climat politique dans le pays reste plombé par des informations sur des négociations et des ententes secrètes en prévision d’un nouveau train de nominations administratives sur lequel le Conseil des ministres est appelé à plancher sans tarder. La tension qui prévaut à ce niveau est alimentée par deux facteurs : les rumeurs de toutes sortes qui circulent au sujet des nominations envisagées, et l’absence d’assurances sur une volonté d’appliquer un mécanisme transparent pour les pourvois aux postes-clés.

Après la crise entre le Courant patriotique libre et le courant du Futur, réglée en principe à la faveur du meeting marathon lundi du Premier ministre Saad Hariri et du chef du CPL Gebran Bassil, et la guerre continue entre le parti de ce dernier et les Forces libanaises, un nouveau front s’est ouvert hier entre le Parti socialiste progressiste et le CPL.

La guerre des tweets entre les deux formations politiques a éclaté au lendemain d’un commentaire virulent de Walid Joumblatt, qui accuse implicitement Gebran Bassil de vouloir monopoliser les nominations aux postes administratifs-clés vacants. Dans son message, le leader druze avait désigné M. Bassil comme étant « un gendre qui abuse de tout », le comparant à Jared Kushner, beau-fils du président américain Donald Trump, que d’aucuns accusent d’user de son statut pour imposer sa vision de la paix au Proche-Orient dans la cadre du « deal du siècle ».



(Lire aussi : Vers une nouvelle collusion CPL-Futur ?)



Des députés aounistes sont aussitôt montés au créneau, lançant une salve d’attaques sur Twitter contre M.

Joumblatt, accusé entre autres par Mario Aoun d’avoir « haussé le ton parce qu’il se sent en dehors des ententes », pendant que son collègue Salim Aoun conseillait au chef du PSP de se « concentrer sur le deal du siècle en Palestine parce que son deal du siècle à lui au Liban s’est achevé définitivement avec Abdel Halim Khaddam, Hikmat Chéhabi et Ghazi Kanaan » (des responsables syriens sous l’ère de l’occupation syrienne).

La réponse ne s’est pas fait attendre du côté des députés joumblattistes. S’adressant à Mario Aoun sur Twitter, Bilal Abdallah a ironisé : « Félicitations pour vos ententes, desquelles nous sommes exclus, parce qu’elles n’ont pas produit une seule décision nationale propre à panser les plaies dans ce pays exsangue », pendant que Hadi Aboul Hosn écrivait : « On peut faire face au mal, mais pas à la bêtise. Que serait-ce alors lorsque celui qui s’exprime est stupide et médiocre, ne sait pas ce qu’il dit et déforme la vérité ? Pensez-y. »

Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, n’a pas été non plus épargné par les députés aounistes, dans la mesure où il aborde le dossier des nominations depuis des semaines, mettant en garde contre des arrangements secrets entre le CPL et le courant du Futur sur les postes de première catégorie et accusant Gebran Bassil de tenter de monopoliser les postes chrétiens. M. Geagea réclame notamment « un mécanisme clair », basé sur « des critères de compétence et non sur des appartenances politiques, de sorte qu’on choisisse la bonne personne à la bonne place ». En parlant de « mécanisme clair », M. Geagea fait visiblement référence au processus de nominations adopté lors du mandat de l’ancien président de la République Michel Sleiman (2008-2014). Ce mécanisme avait été proposé par Mohammad Fneich (Hezbollah), alors ministre d’État pour la Réforme administrative. Joint par L’Orient-Le Jour, M. Fneich, ministre de la Jeunesse et des Sports, affirme qu’il continue à le préconiser, mais sans vouloir en dire davantage.



(Lire aussi : Les nominations, prochaine bataille de Gebran Bassil)



Mécanisme sabordé
Michel Sleiman indique pour sa part à L’OLJ que « dès 2010, le Conseil des ministres avait adopté une procédure fixant les modalités de nominations aux postes administratifs ». Il explique que ce mécanisme proposé par Mohammad Fneich après avoir été longuement examiné « impose que le ministre de tutelle dont relève la nomination publie dans les médias une annonce de recrutement ainsi que les conditions requises pour avoir des chances d’être engagé au poste vacant ». « Après l’expiration du délai de dépôt de demandes, une commission, composée du ministre d’État pour la Réforme administrative, du président du Conseil de la fonction publique et du ministre de tutelle concerné, choisit un certain nombre de candidats répondant aux critères de connaissance académique, d’expérience et d’intégrité, et les convoque tour à tour pour une entrevue. Un second filtrage est alors opéré, à travers lequel la commission retient trois noms qu’elle soumet au Conseil des ministres, qui choisit alors l’un d’eux. »

L’ancien chef de l’État affirme que « le procédé a été appliqué à plusieurs reprises en 2010, mais dès 2011, différentes composantes politiques ont commencé à le saborder soit en n’assurant pas le quorum requis pour la réunion du Conseil des ministres, soit en faisant pression sur le chef du gouvernement pour ne pas mettre les nominations à l’ordre du jour ».

Citant l’article 12 de la Constitution, M. Sleiman affirme que « chaque Libanais a le droit de remplir une fonction publique, sans autre motif de préférence que son mérite et sa compétence ». C’est pour cela, dit-il, qu’il a voulu inscrire le mécanisme de nominations dans une loi conforme à la Constitution, mais cela n’a pu être fait. « Il s’agit d’un droit constitutionnel », insiste l’ancien président, estimant que « deux parties n’ont pas le droit de s’entendre sur un partage de parts au sein de l’administration, d’autant que les fonctionnaires sont payés par les citoyens ».

Saluant dans ce cadre M. Geagea qui prône l’utilisation du processus, il a écrit sur son compte Twitter : « Le mécanisme de nominations est orphelin depuis 2011. Heureusement qu’il a un père à présent. J’espère que les Forces libanaises continueront à œuvrer pour sa préservation. »

Dans les milieux politiques concernés, on assure que le dossier n’est pas encore sur le tapis. Le CPL, notamment, se défend d’une entente quelconque avec le courant du Futur sur le sujet. Joint par L’OLJ, Nicolas Sehnaoui, député aouniste, assure que les nominations n’ont à aucun moment été évoquées lors du meeting de cinq heures, lundi, entre MM. Hariri et Bassil. « Pour le moment, le dossier n’est pas sur le tapis », poursuit-il, soulignant qu’abstraction faite du mécanisme à adopter, la tendance de son camp est de « choisir des personnes productives et honnêtes, qui se conforment à la stratégie du gouvernement ». M. Sehnaoui se prononce même pour des « nominations sans contraintes », évoquant le facteur temps. « Le pays doit rattraper beaucoup de retard », note-t-il.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

COMPROMIS COMMUNAUTAIRE PUIS POLITIQUE. CE N,EST MEME PLUS UN ATOLL OU POUSSENT DES BANANES L,ATOLL LIBAN. C,EST UN ATOLL CRABIEN OU LES BULLES DE GAZ PESTILENTIELLES S,ECHAPPENT DE TOUS LES ABRUTIS SANS AUCUNE HONTE NI RESERVE.

Irene Said

Ils font monter, ils font descendre...
ils font chauffer, ils font refroidir...
ça s'engueule, ça se reconcilie...

En somme, les seuls qui bossent vraiment dans ce pays sont les journalistes, photographes et rédacteurs...pour nous relater chaque jour les détails de ce cirque répétitif et ennuyeux à mourir...et inutile en plus !
Irène Saïd

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants