X

Sport

Tony Parker range ses baskets

Basket-ball / NBA
OLJ
12/06/2019 | 00h00

Dix-huit saisons en NBA, dont quatre titres de champion, un Euro avec la sélection tricolore et une réputation solidement ancrée de meilleur joueur de l’histoire du basket français : à 37 ans, Tony Parker a décidé de prendre sa retraite sportive. « C’est avec une grande émotion que je mets un terme à ma carrière. J’ai beaucoup travaillé, énormément reçu, c’était une aventure incroyable ! Même dans mes rêves les plus fous, je n’aurais jamais pensé vivre ces moments exceptionnels en équipe de France et en NBA », a écrit hier à l’aube le meneur de jeu sur son compte Twitter, juste après avoir annoncé sa décision dans une interview avec le site internet sportif The Undefeated, propriété de la chaîne télévisée ESPN.

Si c’est sous les couleurs des Charlotte Hornets qu’il prend sa retraite – club qu’il a rejoint l’été dernier pour évoluer avec son compatriote Nicolas Batum sous la direction de la légende ultime Michael Jordan –, c’est bien aux San Antonio Spurs que son souvenir sera à jamais associé. La franchise texane l’a sélectionné à la 28e place de la Draft 2001 alors que Parker, 19 ans à l’époque, n’avait que deux saisons professionnelles dans les jambes, avec le PSG Racing à Paris. En 17 ans sous les couleurs noires et grises des Spurs, Parker a participé à l’une des dynasties les plus dominantes de l’histoire du basket américain aux côtés de Tim Duncan et Manu Ginobili, sous les ordres de son entraîneur Gregg Popovich, avec qui il entretenait une relation presque filiale. « Tony Parker a évidemment eu une carrière incroyable. J’ai eu la chance d’être avec lui depuis ses 19 ans, de le voir grandir en tant que personne, joueur et homme d’affaires », a réagi Popovich.

Ensemble, le trio Parker-Ginobili-Duncan a joué 701 matches de saison régulière et de play-offs, plus que n’importe quel trio de l’histoire de la NBA. Les Spurs ont remporté quatre titres NBA : en 2003 (face aux New Jersey Nets), 2005 (face aux Detroit Pistons), 2007 (face aux Cleveland Cavaliers de LeBron James, déjà) et 2014 (contre le Miami Heat de LeBron James, encore). Durant cette faste période, Parker a été sélectionné six fois pour le All-Star Game, match de gala réunissant les meilleurs joueurs de la NBA, et a même obtenu le titre de MVP (meilleur joueur) des play-offs en 2007. Sur l’ensemble de sa carrière NBA, il tourne à 15,5 points de moyenne (49,1 % de réussite au tir) et 5,6 passes décisives par match.

Adolescent, lors de sa formation à l’Insep (le centre d’entraînement fédéral français), il a rencontré son grand copain de toujours Boris Diaw, retraité depuis l’an dernier, avec qui il a évolué en équipe de France et remporté le titre de champion avec les Spurs en 2014. À 36 ans, après plusieurs saisons marquées par les blessures, il a décidé en 2018 d’apporter ses talents en Caroline du Nord, pour aider de jeunes Hornets de Charlotte à progresser. « Il faut comprendre comment Pop (Popovich) est. Il veut gagner un titre chaque année. La NBA est une ligue de jeunes, il voyait mon rôle autrement », avait-il alors expliqué. Mais même si son apport sur le terrain a été intéressant, Charlotte n’a pas réussi cette saison à se qualifier pour les play-offs, l’objectif affiché de la franchise. « Si je ne peux plus être Tony Parker et si je ne peux plus viser un titre de champion, je ne veux plus jouer au basket, a-t-il expliqué lors de son interview au site The Undefeated. C’était très dur pour moi mentalement de me concentrer et de me motiver pour jouer à ce sport que j’aime, parce que je veux gagner quelque chose. »

En parallèle de sa carrière NBA, il a mené l’équipe de France à son premier titre, l’Euro de basket 2013, avant de prendre sa retraite avec les Bleus en 2016. Mais il reste très impliqué dans le basket français, puisqu’il est président du club de Villeurbanne (banlieue de Lyon), section hommes et femmes. Dans l’Hexagone, il reste l’un des sportifs les plus connus, notamment grâce à son mariage – désormais révolu – avec l’actrice américaine Eva Longoria, qui a fait la une des magazines people.

Source : AFP

Finale NBA : Golden State s’accroche...
Pendant quatre minutes, Golden State a virtuellement perdu son titre de champion NBA, mais les Warriors ont foudroyé Toronto dans le final d’un match n° 5 au scénario fou (106-105) et se sont offert le droit d’espérer. Le règne de Golden State n’est pas encore fini. La franchise californienne, menée par Toronto 3 à 2, n’a toujours plus le droit à l’erreur, mais elle peut espérer réussir un incroyable come-back et s’offrir un troisième titre consécutif. Cela commence par une victoire demain dans le match n° 6, dans leur salle où ils restent sur deux défaites de suite. Les Warriors sont passés par tous les états en l’espace de 2h30 à Toronto : la joie de retrouver Kevin Durant, le désarroi de le voir se blesser de nouveau, le découragement quand Toronto a compté 6 points d’avance à trois minutes de la sirène et, enfin, l’incrédulité lorsque Stephen Curry et Klay Thompson ont assommé les Raptors avec trois paniers à 3 points consécutifs à moins d’une minute de la fin.

Mondial 2019 : Harden et Davis sélectionnés
Le meilleur marqueur du championnat NBA, James Harden (Houston), et le pivot de New Orleans, Anthony Davis, sont présélectionnés pour représenter les États-Unis lors de la Coupe du monde 2019 de basket en Chine, a annoncé la Ligue nord-américaine de basket-ball. Harden et Davis, qui ont remporté le titre mondial en 2014 et la médaille d’or olympique en 2012, vont participer au stage de préparation qui aura lieu du 5 au 9 août à Las Vegas. L’entraîneur de la sélection américaine, Gregg Popovich, en charge en temps normal des San Antonio Spurs, a également convoqué Damian Lillard (Portland), Kevin Love (Cleveland) et Kyle Lowry (Toronto). La superstar de la NBA et des Los Angeles Lakers, LeBron James, ne figure en revanche pas dans cette présélection, tout comme Kawhi Leonard (Toronto). Popovich et ses adjoints, dont Steve Kerr, le coach de Golden State, définiront le 17 août une sélection finale de 12 joueurs pour le tournoi, qui aura lieu du 31 août au 15 septembre.

À la une

Retour à la page "Sport"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants