X

À La Une

Chaos + bobos : Paris dégaine contre les trottinettes

France

Dès juillet, stationnement "sur tous les trottoirs" interdit ; vitesse limitée à 20 km/h et même 8 km/h dans les aires piétonnes et interdiction "dans tous les parcs et jardins" de la capitale française.

OLJ/AFP/Anne CHAON
08/06/2019

Les trottinettes jetées en travers des trottoirs, leurs conducteurs perchés qui filent au vent... Paris n'en peut plus. Face au chaos et aux bobos créés par ces nouveaux engins, la mairie dégaine une série d'interdits et compte sur les opérateurs pour faire le ménage.

"J'ai envie de leur mettre des tartes" rage Nordine, un entrepreneur quadragénaire croisé dans le vieux quartier du Marais qui dénonce "un manque de civisme". Alexandre, qui roule à vélo, évoque carrément un "steeplechase pour éviter les trottinettes abandonnées n'importe où... un vrai Far West".

L'accident subi mi-mai par une pianiste de l'Opéra de Paris, rendu public début juin, a fait encore grimper l'indignation: renversée dans l'hyper-centre parisien et victime d'une double fracture du bras droit, Isabelle Albertin risque de ne jamais pouvoir rejouer. La colère gronde.

Confrontée à l'irritation de ses administrés, la Maire de Paris Anne Hidalgo a annoncé jeudi devant la presse un arsenal coercitif permettant d'encadrer l'usage des engins, apparus en France à l'été 2018: dès juillet, stationnement "sur tous les trottoirs" interdit; vitesse limitée à 20 km/h et même 8 km/h dans les aires piétonnes; interdiction "dans tous les parcs et jardins" de la capitale et port du casque, recommandé - les députés français ont renoncé vendredi à le rendre obligatoire sur le thème "les Français en ont marre qu'on leur impose des obligations".



Bonne conduite
C'est le deuxième étage de la fusée, après la signature d'une Charte de bonne conduite qui impose aux opérateurs le stationnement sur des aires dédiées et sanctionne de 135 euros les usagers qui roulent sur les trottoirs.

Mais de l'aveu même de la mairie, l'interdit est difficile à faire respecter: "la police nationale ne paraît pas très mobilisée sur le sujet" avoue Christophe Najdovski, maire adjoint chargé de Transports, pour qui les onze opérateurs apparus en moins d'un an, "des jeunes start-upers de moins de 30 ans, sont un peu dépassés par leur succès".

Chez Lime, leader mondial du marché, premier (juin 2018) et principal opérateur du marché, on assure que brider la vitesse sera "facile" à faire: "Un système nous permet de réguler la vitesse à distance" explique un porte-parole, qui précise que "c'est déjà le cas à Lyon", l'une des principales métropoles régionales.

Pour le stationnement, Lime a également créé une "patrouille urbaine" d'une cinquantaine de personnes chargées de remettre les trottinettes en place quand elles sont mal garées. "On a aussi lancé une campagne de sensibilisation avec une adresse mail invitant à nous signaler tout engin mal garé", poursuit le porte-parole.

"On veut jouer les bons élèves", insiste-t-il. En refusant cependant d'envisager de "sanctionner" l'usager indélicat ou de l'écarter du service.


Objet roulant non identifié
Pour M. Nadjovski, 15.000 trottinettes en circulation c'est "trop", dans une ville à l'une des plus fortes densités au monde - 30.000 habitants/km2 et même 40.000 dans l'est: autant que Hong Kong - dont les trottoirs des vieux quartiers sont généralement étriqués et les voies réservées aux deux roues encore en cours d'aménagement.

"A 15.000 trottinettes, l'espace est saturé, il faudrait retomber à deux ou trois opérateurs et 10.000 engins au maximum. Comme à San Francisco qui a attribué deux licences", indique l'élu. Paris prépare à cet effet un appel à projet pour "janvier 2020" rappelle-t-il.

Mais la trottinette reste un "orni" en droit français. Un objet roulant non identifié. "Ces engins n'ayant aucune définition juridique, nous, autorités locales, sommes démunis pour en réglementer les usages" rappelle-t-il. Un décret attendu en septembre 2019 devrait combler ce vide juridique.

En attendant, la ville doit apprendre à cohabiter avec puisqu'un sondage Odoxa d'avril témoigne qu'un Parisien sur dix utilise les trottinettes électriques en libre-service et près d'un sur trois "l'envisage".

Le compte Twitter parodique Le Gorafi préfère en rire vendredi avec ce titre: "La NASA découvre trois trottinettes abandonnées sur Mars".


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

gaby sioufi

et nos honorables de pleurer l'emigration de chez nous !
encore pire, ils font semblant de vouloir y mettre le hola, tt faire pour que les citoyens ne cherchent plus a vivre dans des pays 'CIVILISES".

imaginez le maire de paris prendre des mesures pareilles alors que chez nous, les delivery boys de tte nationalite, les citoyens lambda ET les fonctionnaires publics non-civiles sur leurs motos -10 fois plus grace que les trotinettes-non pas sement la pagaille mais terrorisent les residents de beyrouth par leurs actes insoutenables sans que les IRRESPONSABLES n'en prennent des mesures somme toute faciles a prendre.
SAUF QUE, tout comme les saletes ambiantes repandues dans nos rues qu'ils ne voient pas, ils s'en foutent des motards assassins , car eux vivent dans des spheres plus elevees que celles du pauvre peuple .

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Notre vie avant et depuis la révolution

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants