X

Campus

Un étudiant libanais lauréat du prix international Archiprix

DISTINCTION

Mohammad Nahlé, jeune architecte fraîchement diplômé de l’AUB, rafle l’Archiprix international pour son projet de diplôme « 185 En-counters in Karm el-Zeitoun ».

08/06/2019

Le projet de fin d’études en architecture de Mohammad Nahlé, jeune architecte de 25 ans, fraîchement diplômé de l’AUB, est désigné comme l’un des meilleurs sept projets de fin d’études en architecture au monde par l’Archiprix 2019, parmi 321 candidats en provenance de différents pays, devenant ainsi le premier candidat du monde arabe à gagner ce prix depuis son lancement en 2001.

L’Archiprix est un concours international du meilleur projet de diplôme en architecture, conception graphique et conception urbaine. Cette compétition biennale invite des universités des quatre coins du monde à sélectionner leurs étudiants ayant réalisé les meilleurs projets de fin d’études pour prendre part à l’Archiprix international/Hunter Douglas Awards. Mohammad Nahlé a été choisi par l’AUB pour son projet de diplôme non conventionnel « 185 En-counters in Karm el-Zeitoun ».

« J’ai découvert le quartier de Karm el-Zeitoun en me promenant à Beyrouth. J’ai collecté des informations à travers les histoires de ses habitants. En tant qu’architecte, j’ai découvert qu’il était presque impossible de construire des immeubles sans devoir détruire certaines habitations. Donc j’ai réfléchi à des solutions potentielles positives d’intervention architecturale », raconte le jeune lauréat, qui confie avoir « localisé 185 espaces un peu partout dans le voisinage, des mini-espaces qui ne sont jamais utilisés et créé une intervention fonctionnelle pour chaque espace comme des arbres, ou des ventilations pour le quartier, chaque intervention répondant aux besoins quotidiens des habitants ».

Le concours a eu lieu après un atelier architectural de deux semaines organisé à Santiago, au Chili. Les noms des lauréats ont été annoncés le 3 mai. « Durant l’atelier, un marché populaire a été choisi au Chili, et 10 groupes de participants devaient proposer une intervention urbaine architecturale afin de répondre à un certain besoin de la communauté. Avec mon équipe, nous avons décidé d’appliquer mon projet de diplôme, que j’ai créé pour Beyrouth, au Chili », explique Mohammad Nahlé, qui ajoute : « Mon projet est tellement avant-gardiste qu’il est parfois considéré plutôt comme une conception industrielle. »


Parcours imprévisible de dernière minute

Pour Mohammad Nahlé, l’architecture comme filière d’études a été un choix de dernière minute, aussi surprenant que cela puisse paraître pour le lauréat d’un prix architectural mondial. « À l’origine, je voulais poursuivre des études en médecine. Je n’ai même pas été accepté en architecture pour ma première année; j’ai fait un an de conception graphique pour ensuite effectuer le transfert en architecture. En fait, mes talents de dessin, je les ai acquis durant mes études pour en arriver où j’en suis aujourd’hui », raconte Mohammad Nahlé.

Le jeune architecte considère que son projet de fin de diplôme a lancé sa carrière. Aujourd’hui, il est conscient du rôle social, politique et engagé qu’il peut jouer en tant qu’architecte. Par ailleurs, Mohammad Nahlé est en train d’écrire un livre relatant son travail de fin d’études qui sera publié par les éditions de l’AUB. La prochaine étape, elle aura lieu au MIT où il poursuivra un master en architecture engagée à partir de la prochaine rentrée.


À la une

Retour à la page "Campus"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

À Baabda, un Conseil des ministres sous pressions internes et externes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants