Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Le PSP et le Futur s'écharpent autour de la crise au sein de la municipalité de Chhim

Joumblatt critique violemment le mohafez du Mont-Liban, un proche du parti de Saad Hariri, "qui insiste à tout prix à faire la guerre au PSP dans l'Iqlim el-Kharroub".

Le leader druze Walid Joumblatt (g) et le secrétaire général du Futur, Ahmad Hariri. Photos Ani

Une passe d'armes a opposé vendredi sur Twitter le Parti socialiste progressiste du leader druze libanais Walid Joumblatt et le courant du Futur du Premier ministre Saad Hariri, pourtant alliés, au sujet de la crise qui secoue la municipalité de Chhim, un village sunnite de la montagne du Chouf.

Dans la matinée, M. Joumblatt a critiqué dans un tweet le mohafez du Mont-Liban, Mohammad Mekkaoui, proche du Futur, "un petit employé d'un parti politique, perdu et maladroit dans ses choix mais qui insiste à tout prix à faire la guerre au PSP dans l'Iqlim el-Kharroub".


Interrogé sur ce tweet, le député joumblattiste Marwan Hamadé a indiqué que le leader druze faisait allusion au refus de M. Mekkaoui de signer la lettre de démission du président de la municipalité de Jiyeh et au fait qu'il empêche de trancher le conflit au sein de la municipalité de Chhim. Dans plusieurs municipalités au Liban, les membres du conseil municipal s'entendent entre eux pour changer de président à mi-mandat.

Dans la journée, le secrétaire général du Futur, Ahmad Hariri, a répondu au message de M. Joumblatt sur Twitter. "Ces propos ne sont pas les tiens. Ce qu'il y a entre nous est bien plus grand qu'un conseil municipal", a écrit M. Hariri.


Le secrétaire général du PSP, Zafer Nasser, a répondu à ce tweet d'Ahmad Hariri. "Parce que ce qu'il y a entre nous est bien plus grand, le fils de Rafic Hariri n'a pas à menacer les gens de retirer leurs moyens de subsistance pour une municipalité. Corrigez le tir pour ce qu'il y a entre nous", a déclaré M. Nasser.

"Vos propos et celui de votre maître, 'camarade' Zafer, sont inacceptables. Saad Hariri ne retire pas les moyens de subsistance. Le fils de Rafic Hariri a payé de sa personne et vous êtes les premiers à le savoir. Honte", a répondu le secrétaire général du Futur.


Par ailleurs, Bilal Abdallah, député sunnite du Chouf, affilié au PSP, a dénoncé l'"ingérence" du Premier ministre Hariri à Chhim. "Nous ne vous remercions pas pour votre ingérence à Chhim, qui a torpillé la rotation au sein de la municipalité en exerçant des pressions financières sur certains de ses membres", a écrit M. Abdallah sur son compte Twitter. "Nous déplorons que vous vous mêliez de ce dossier. Je pense que vous avez des choses plus importantes à faire", a-t-il ajouté.

"Ni vous, docteur Bilal, ni personne, quelle qu'en soit la raison, n'a le droit d'attaquer le Premier ministre et chef du courant du Futur, Saad Rafic Hariri", a répliqué le député du Courant du Futur au Chouf Mohammad Hajjar, l'appelant à retirer ce message "pour ne pas nous pousser à ouvrir des dossiers que tout le monde connaît".

Bilal Abdallah devait par la suite effacer son tweet.


Une passe d'armes a opposé vendredi sur Twitter le Parti socialiste progressiste du leader druze libanais Walid Joumblatt et le courant du Futur du Premier ministre Saad Hariri, pourtant alliés, au sujet de la crise qui secoue la municipalité de Chhim, un village sunnite de la montagne du Chouf.Dans la matinée, M. Joumblatt a critiqué dans un tweet le mohafez du Mont-Liban, Mohammad...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut