Liban

David Satterfield hier chez Hariri et aujourd’hui à Baabda pour discuter de la délimitation des frontières sud

Éclairage
15/05/2019

Aussitôt arrivé à Beyrouth, en milieu de journée, le sous-secrétaire d’État américain pour le Proche-Orient, David Satterfield, s’est rendu à Bkerké pour présenter ses condoléances au patriarche Béchara Raï, après le décès du cardinal Nasrallah Sfeir, avant de prendre la direction de la Maison du Centre pour un entretien avec le Premier ministre Saad Hariri.

Dans les milieux proches des deux parties, on est resté discret sur la teneur de la conversation, d’autant que le chef du gouvernement, accompagné de l’ancien ministre Ghattas Khoury – qui a pris part à la réunion –, s’est tout de suite rendu par la suite à Baabda pour l’iftar donné par le président Michel Aoun.

On sait que le responsable américain, qui doit notamment voir durant son séjour le chef de l’État et le président de la Chambre, Nabih Berry, est au Liban pour poursuivre les négociations entre le Liban et Israël au sujet de la délimitation des frontières maritimes. Va-t-il parvenir à régler ce dossier avant que son mandat de sous-secrétaire d’État ne se termine et qu’il ne prenne en charge son poste de chef de la mission diplomatique américaine à Ankara ?

En fait, tout dépend de la réponse que Washington apportera au mécanisme de règlement que le président Michel Aoun a récemment remis à l’ambassadrice des États-Unis, Elizabeth Richard – avant son voyage pour les États-Unis où elle devait prendre part aux réunions périodiques du commandant en chef de l’armée, le général Joseph Aoun, avec le directoire militaire américain d’évaluation du programme d’aide US à l’armée –, et qui fait l’objet d’un accord entre les trois pôles du pouvoir.

Beyrouth souhaite notamment que la délimitation des frontières se déroule sous la houlette des Nations unies et qu’elle englobe simultanément les frontières terrestre et maritime, ce que Washington et Israël refusaient jusqu’ici. Pour les États-Unis, la délimitation de la frontière terrestre se fait à travers la commission militaire tripartite (Liban, Israël, Finul) de Naqoura, qui a jusque-là réussi à régler 10 des 13 points frontaliers qui font l’objet d’un litige entre Beyrouth et Tel-Aviv. L’administration américaine estime que la commission tripartite est parfaitement capable de régler ce dossier et se dit disposée à la soutenir au besoin, mais pense que pour en finir avec le litige au sujet de la frontière maritime, il est indispensable que le Liban accepte le plan Hoff, qui porte le nom d’un ancien émissaire du département d’État, Frederik Hoff, sous le mandat du président Barack Obama. Frederik Hoff, qui était chargé avant 2012 des négociations à ce sujet, proposait notamment un partage du triangle contesté entre le Liban qui aurait 500 km2, soit 60 % de la superficie totale de la zone litigieuse, contre 40 % à Israël, une proposition rejetée par le Liban qui revendique sa souveraineté sur toute la zone.

Durant sa dernière visite à Beyrouth, M. Satterfield a expliqué aux autorités libanaises que son pays est toujours attaché à ce plan mais qu’il reste prêt à mener une médiation avec Israël si le Liban dégage une position unifiée autour de cette question. Cette position s’est traduite par le document que le président a remis à Mme Richard et qui motive en quelque sorte la visite de M. Satterfield au Liban.

Ce dernier sera reçu aujourd’hui à Baabda. Il est accompagné de deux de ses collaborateurs qui doivent poursuivre les contacts au cas où il serait appelé à prendre son poste en Turquie avant que la médiation n’aboutisse.




À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PRIERE LIRE : INVITE PAR NOS ABRUTIS MEMES ETC... MERCI.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SI LA LOGIQUE N,Y PREVAUT PAS ET SI ON NE SE JOINT PAS AUX AUTRES ETATS DANS LES PROJETS DE PIPELINES VERS L,EUROPE LE LIBAN PERDRA LA DERNIERE CHANCE DE PROFITER DE SES RESERVES MARITIMES EN HYDROCARBURES. LA PALESTINE S,EST JOINTE AVEC LE GROUPE DONT ISRAEL FAIT PARTIE ET NOUS LE REFUSONS... OH L,ABERRATION... AU NOM DE LA PALESTINE.
SATTERFIELD QUE NOS ABRUTIS AVAIENT ANATHEMATISE EN SA PRECEDENTE VISITE REVIENT INVITE PAR NOS ABRUTIS MEME CETTE FOIS-CI !
ABERRATION QUAND TU NOUS TIENS...

Yves Prevost

Et les frontières est?

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants