X

À La Une

Un militant pro-démocratie arabe se dit la cible de menaces saoudiennes

arabie saoudite

Apatride palestinien ayant obtenu l'asile politique en Norvège en 2015, le blogueur et auteur Iyad el-Baghdadi dit avoir travaillé avec l'éditorialiste Jamal Khashoggi.

OLJ/AFP
08/05/2019

Un militant pro-démocratie arabe, qui dit avoir travaillé avec l'éditorialiste Jamal Khashoggi tué en octobre, a assuré mercredi être la cible de menaces saoudiennes qui lui ont valu d'être momentanément placé sous protection policière en Norvège où il vit.

Apatride palestinien ayant obtenu l'asile politique dans le pays scandinave en 2015, le blogueur et auteur Iyad el-Baghdadi dit avoir été extirpé de son domicile par les services norvégiens de sécurité intérieure (PST) pendant quelques heures le 25 avril.
"Ils m'ont dit qu'ils avaient reçu un tuyau d'une agence partenaire indiquant que je suis une cible", a déclaré à l'AFP le militant de 41 ans, très influent sur Twitter.

Les services norvégiens ont refusé de commenter. Selon le Guardian qui a révélé l'affaire, c'est la CIA qui a alerté le PST de la menace. "Ce n'est pas clair à ce stade de quel type de menace il s'agit", a indiqué M. el-Baghdadi, tout en la qualifiant de "hautement crédible". "Je pense qu'il n'ont pas voulu courir de risques". Il a pointé du doigt les autorités saoudiennes qui, bien que jamais explicitement nommées par le PST, ont selon lui été au centre des échanges avec les policiers.

L'ambassade d'Arabie saoudite à Oslo n'a pu être jointe pour un commentaire.

Cette affaire survient six mois après le meurtre de l'opposant saoudien Jamal Khashoggi, collaborateur du Washington Post, tué au consulat de son pays à Istanbul par des agents venus de Riyad. Ce meurtre a suscité un tollé dans le monde et fortement terni l'image du royaume et de son prince héritier Mohammad ben Salmane que des responsables turcs et américains ont désigné comme responsable.

"Le travail sensible que je fais tourne autour de l'Arabie saoudite. J'ai appris qu'ils m'avaient à l’œil depuis octobre", a ajouté M. el-Baghdadi. Il affirme avoir travaillé sur des projets communs avec M. Khashoggi. "Si le régime saoudien s'en tire après ce qu'ils ont fait à Jamal Khashoggi, alors aucun d'entre nous n'est en sécurité", avait-il tweeté le 9 octobre. "Tout change alors pour nous et nous vivons dans un état de vigilance constante".

Il a promis d'en dire plus lors d'une conférence de presse prévue lundi prochain.
Les autorités norvégiennes lui ont, selon lui, recommandé de ne pas se rendre comme il l'avait prévu en Malaisie, où vivent ses parents et sa sœur, également menacés d'après lui. 


Lire aussi
L'Arabie saoudite sous le feu des critiques après des exécutions massives


Pour mémoire

Six mois après l’affaire Khashoggi, MBS est-il réhabilité ?

MBS reprend la main pour faire oublier l’affaire Khashoggi

MBS a approuvé une campagne secrète visant à faire taire les dissidents, selon le « NYT »


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants