X

Liban

La visite du ministre vénézuélien des Affaires étrangères, source de malaise pour Beyrouth ?

Liban-Venezuela

Le ministre des AE d’un régime controversé, au Venezuela, a été reçu par certains responsables, dont le président de la République. Cela engage-t-il le Liban de quelque façon que ce soit ?

05/04/2019

La visite du ministre vénézuélien des Affaires étrangères Jorge Arreaza au Liban mercredi a non seulement retenu l’attention, mais elle a créé une polémique à la suite de ses réunions avec plusieurs responsables, dont le président de la République Michel Aoun. Le régime de Nicolas Maduro au Venezuela étant actuellement considéré comme illégitime par les États-Unis et une cinquantaine d’autres pays, qui appuient l’arrivée au pouvoir de son concurrent Juan Guaido, leader de l’opposition et reconnu président par intérim par ces pays, certaines voix se sont élevées pour demander s’il est sage pour le Liban officiel de recevoir le ministre à très haut niveau. Une telle visite engage-t-elle le Liban en quoi que ce soit ? Quelles conséquences sur le pays dans un contexte de sanctions américaines sur le Hezbollah comme sur le Venezuela, sachant que des responsables américains ont accusé ce parti à plusieurs reprises d’ingérences dans ce pays d’Amérique latine ? M. Arreaza se trouvait hier à Damas, mais on n’avait pas fini de parler de sa visite à Beyrouth…

Dans un de ses tweets enflammés dont il a le secret, le député Jamil Sayyed a fait le parallèle entre le président de la République qui a reçu le ministre vénézuélien, et le Premier ministre Saad Hariri qui ne l’a pas fait. « Notre Premier ministre a refusé de le rencontrer parce qu’il représente le gouvernement de Maduro et que les États-Unis sont contre lui ! a-t-il écrit. Vous étiez les suiveurs d’Assad, et maintenant vous êtes ceux des Américains au nom de la distanciation ! Pourquoi vous souciez-vous de la relation entre Maduro et les États-Unis ? Pourquoi cette surenchère ? »

Le député Sami Fatfat, du bloc du Futur, a employé le même ton pour lui répondre sans le nommer. « L’employé dans les comptes duquel la commission d’enquête internationale (sur l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri) a trouvé des sommes énormes, celui qui a tout appris dans les sous-sols des SR syriens, celui qui falsifiait les dossiers, celui qui a emprisonné les jeunes le 7 août (2001), celui qui a aidé (l’ancien ministre pro-Assad Michel) Samaha à traverser la frontière (libano-syrienne) avec ses explosifs… celui-là même prétend déterminer l’emploi du temps du Premier ministre… »


Invité par des partis

Au-delà de ces joutes verbales, et pour savoir s’il y a des raisons de donner à cette visite une envergure quelconque, il faut tout d’abord la replacer dans son cadre. Selon une source officielle interrogée par L’Orient-Le Jour, le ministre vénézuélien se trouvait à Beyrouth pour participer à une rencontre de solidarité avec le régime de Maduro, organisée par le mouvement nassérien et d’autres partis dits nationalistes, et en marge de sa tournée dans la région. Il a donc sollicité des rendez-vous à ce titre et non sur invitation officielle, poursuit cette source. L’ancien député Nasser Kandil, qui participait à la rencontre de solidarité, confirme à L’OLJ que l’invitation provenait de ces partis.


(Lire aussi : Que cache la solidarité du Hezbollah avec le régime de Maduro ?)


Pour leur part, les sources du Premier ministre affirment à L’OLJ qu’il y avait effectivement eu une demande de rendez-vous avec M. Hariri, « mais que ce rendez-vous n’a pu être accordé en raison de l’emploi du temps chargé de M. Hariri ».

M. Arreaza a également été reçu par le ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, et par le président de la commission parlementaire des Affaires étrangères, le député Yassine Jaber. Selon les informations qui ont circulé, le ministre vénézuélien devait surtout rencontrer le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, mais aucune confirmation de cette réunion n’a été faite par ce parti.


Quelle envergure ?
Voilà pour les faits. Mais sur un plan politique, ces entretiens avec les officiels engageraient-ils le Liban dans une voie risquée en rapport avec un conflit politique d’envergure qui se déroule à des milliers de kilomètres ? Les mêmes sources officielles interrogées affirment que ce n’est pas le cas, et qu’il n’y avait aucune raison plausible de refuser de recevoir un ministre des Affaires étrangères, sachant que le régime de Maduro est toujours au pouvoir au Venezuela, et qu’il existe dans ce pays une communauté de 400 000 à 500 000 Libanais. « Il y a chaque jour un grand nombre de visiteurs au palais présidentiel, pourquoi mettre l’accent sur cette visite ? souligne cette source. Recevoir ce responsable vénézuélien n’engage le Liban en rien, d’autant plus qu’il n’a rien demandé. »

M. Arreaza n’a peut-être rien demandé aux autorités libanaises, mais il aurait transmis au chef de l’État un message oral de Nicolas Maduro. Et selon des sources bien informées, il aurait appelé Beyrouth à prendre position aux côtés du régime de Caracas en cas de vote sur le Venezuela à l’Assemblée générale de l’ONU.

Même son de cloche du côté de Nasser Kandil, qui estime que « le Liban officiel ne peut se comporter qu’en conformité avec le respect de la légalité internationale, or les Nations unies reconnaissent toujours le régime de Maduro, et le représentant du Venezuela à l’ONU est toujours celui du régime ». Il ajoute que durant la rencontre avec les partis, « M. Arreaza a fait un état des lieux de la situation dans son pays, il n’y a pas eu de débats ». Pour lui, « il est normal de se solidariser avec ce régime qui a toujours soutenu le Liban et les Palestiniens contre Israël, malgré la communauté juive importante dans ce pays, et nous l’avons fait sans engager le Liban à quoi que ce soit ».

Qu’en est-il des liens entre le Hezbollah et le Venezuela, qui font tous deux l’objet d’accusations et de sanctions de la part des États-Unis ? Pour Nasser Kandil, comme pour une source proche du Hezbollah, « ces rumeurs sont totalement infondées ; pourquoi un grand pays comme le Venezuela aurait-il besoin du concours d’un parti libanais ? ». La source précitée indique qu’« il est normal que face à de telles pressions, un pays cherche à utiliser les outils diplomatiques pour plaider sa cause ».


« S’en tenir à la neutralité »

Mais tout le monde ne partage pas cette lecture. Sami Nader, analyste politique et économique, a indiqué à L’OLJ craindre que le Liban « soit utilisé pour légitimer un axe régional qui ne compte plus que quelques pays, mais qui reste influent ». « Le Liban doit s’en tenir à la neutralité, ajoute-t-il. Nous n’avons pas besoin d’un souci en plus. Le pays subit déjà les conséquences des sanctions américaines contre le Hezbollah. Or la légitimité du régime de Maduro fait l’objet de controverse, et la moitié du monde ne la reconnaît plus. » L’analyste estime que pour le Liban, « le plus prudent est de privilégier le consensus arabe quand celui-ci existe, et le consensus international quand c’est le cas ». « Mais lorsqu’il n’y a pas de consensus, il est préférable d’éviter de prendre position », conclut-il.


Lire aussi

Visite remarquée du chef de la diplomatie du Venezuela à Beyrouth

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

haha le liban n'a pas du tout les moyens de ca politique et quand on est au bord de la faillite et en son sein meme 2 armees se partage le territoire des fois il faut s'ecraser …. ( pour les jeunes qui arrivent en politique le liban dans son histoire n'a pas été tout le temps en suiveur … les pays arabes fut un temps suivaient le liban . meme la syrie les emirats l'arabibe enviaient le liban les petro dollars etaient en force dans les banques libanaises, et celui ci pour une periode jouait aux taux de change… quand et comment le liban avait reussit a epargner cet or a la banque centrale?)

mais la syrie et meme israel ne voyait pas cela d'un bon oeil la monte du liban n'était pas bonne pour ces pays limitrophe … DONC ISRAEL ET LA SYRIE AVAIENT UN INTERETS COMMUN SUR SON VOISIN … ET DEPUIS NOUS AVON EU QUE DE LA M...…

MAINTENANT AUJOURD'HUI CE LIBAN EST LOIN EST TRES LOIN et celui qui pense qu'il peut agir comme un pays fort avec de ces 2 armees se mettent le doigt dans les 2 yeux …

le liban n'a aucun poid de taille que ce que certains pays veut bien lui donner mais meme a cela ce n'est pas assez par rapport aux autres joueurs … si nous continuons comme ca alors je peux vous dire qu'on vas le payer

Marionet

Cet analyste politique, M. Sami Nader, est partisan du Liban carpette qui s'aligne sur tout consensus et, si pas de consenus, s'écrase. Or si le Liban arrive à tirer son épingle du jeu, dans cet imbroglio régional, c'est parce qu'il joue plutôt adroitement, l'équilibre entre les différents pôles.

Honneur et Patrie

Au 21ème siècle de notre ère, on ne vient plus chez les autres sans rendez-vous et on ne vient pas taper à leur porte à l'improviste. Senior Jorge Arreazza, ministre des Affaires étrangères de régime contesté de Nicolas Maduro, a souhaité rencontrer certains personnes au Moyen-Orient notamment au Liban, c'est son choix, il en avait avait deux. Soit il les invite chez lui à Caracas, soit il vient les rencontrer chez eux avec un visas touristique. A ce moment-là, il les rencontrera chez eux ou dans un hôtel de son choix et sans tapage et fanfare. L'Etat libanais, ne contrôle pas les mouvements des visiteurs touristiques.

gaby sioufi

nasseriens, kandil et Co dites vous ?
et pourquoi pas la prochaine fois inviter le repris de justice soudanais, bechir ?
ou du meme coup, le mec de boko haram ? apres tout ils font aussi partie de ceux qui appellent les US , le diabl, le grand demon et autres appellations aussi idiotes !

gaby sioufi

nasseriens, kandil et Co dites vous ?
et pourquoi pas la prochaine fois inviter le repris de justice soudanais, bechir ?
ou du meme coup, le mec de boko haram ? apres tout ils font aussi partie de ceux qui appellent les US , le diabl, le grand demon et autres appellations aussi idiotes !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CERTES QUE OUI ! BUSSMAN MADURO ET SON GOUVERNEMENT SONT RENIÉS PAR TOUS LES PAYS INVESTISSEURS DANS LA CEDRE ET AMIS DU LIBAN. L,ACCUEILLIR AU LIBAN EST UNE ERREUR DES PLUS GRAVES ! RIEN QU,A VOIR QU,IL REND VISITE AUX PAYS EN FAILLITE COMME LE VENEZUELLA ON COMPREND QUE LE NAUFFRAGÉ VEUT S,ATTACHER MEME AUX RASOIRS DANS L,ESPOIR FOU DU SAUVETAGE.

Amère Ri(s)que et péril.

Pourquoi faire des gorges chaudes pour guaido dont on sait qu'il sera liquidé tôt ou tard par son allié américain , de toute façon ..

C'est dans leurs habitudes de faire ça .

Au passage saviez vous que les russes et les chinois ont pris pied au Vénézuella , à Caracas .?


Informez vous avant de parler de cadeau à nathanmachintruc .

Bustros Mitri

Un renvoi de politesse de Putin à la visite du Président Aoun en Russie...Quand on flirte dans un camp, il faut danser sa musique.Bonjour le Kazachok !

Chucri Abboud

Le Brésil est devenu le plus grand ami d'Israel avec l'arrivée au pouvoir du nouveau président Bolsonaro , lequel est sur pied de guerre contre le Venezuela de Maduro qui est toujours le dirigeant mondial le plus opposé au sionisme ! Faites vos jeux !

HABIBI FRANCAIS

Il y a 500 000 libanais au Venezuela qui meurent de faim ou pour l absence de nedicaments ,c est vraiment une honte qu un ministre d un regime criminel qui organise la famine dans son pays soit recu au Liban.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

FALLAIT PAS LE RECEVOIR ! CETTE MANIE DE NOUS RANGER DU COTE DES PAYS EN FAILLITE CONTRE NOS PROPRES INTERETS VITAUX QUAND TOUS LES PAYS QUI ONT DU POIDS ... ET DONT NOUS AVONS BESOIN POUR NOUS SOUTENIR DANS NOTRE MARCHE DES REFORMES... ONT CONDAMNE LE BUSSMAN MADURO ET SON PSEUDO GOUVERNEMENT EST DU MOINS QU,ON PUISSE DIRE BIZARRE ET IRRESPONSABLE !

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Élie FAYAD

La soixante-treizième heure

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le gouvernement se réunit aujourd’hui, mais la crise de confiance est trop profonde

Commentaire de Anthony SAMRANI

Le réveil d’une nation

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants