X

Économie

Renault signale à la justice des flux suspects entre Oman et le Liban remontant à l’ère Carlos Ghosn

Automobile
OLJ
02/04/2019

Renault a signalé à la justice plusieurs millions d’euros de paiements suspects réglés par la présidence du constructeur français sous Carlos Ghosn, son ancien patron inculpé au Japon pour abus de confiance, a indiqué hier une source proche du dossier à l’AFP. Selon cette source, ce signalement a été effectué vendredi auprès du parquet de Nanterre (Hauts-de-Seine), qui avait déjà été saisi et avait ouvert une enquête sur le financement du mariage de Carlos Ghosn au château de Versailles en octobre 2016.Selon l’agence Reuters, Renault a versé plusieurs millions d’euros désignés comme des primes de performance à Suhail Bahwan Automobiles, distributeur commercial des marques de l’alliance à Oman. Les éléments adressés par Renault au parquet suggèrent également que l’essentiel des fonds a été ensuite transféré à une société libanaise contrôlée par des associés de Carlos Ghosn. Selon les sources, la somme totale versée par le groupe français se chiffre à au moins dix millions d’euros.

Les montants suspects ont été révélés par l’enquête interne lancée par le constructeur après l’arrestation de son ancien PDG en fin d’année dernière au Japon. Les auditeurs chargés d’éplucher les comptes ont été surpris de voir des dépenses de marketing à Oman affectées au centre de coût de la présidence du groupe à Paris, alors que ces dépenses sont normalement imputées sur le budget des régions concernées. Des flux financiers similaires avaient déjà été détectés chez Nissan, le partenaire japonais de Renault dont M. Ghosn était président. Ils sont soupçonnés d’avoir été utilisés pour des dépenses personnelles n’ayant aucun lien avec l’activité de l’entreprise.Libéré le 6 mars sous caution après plusieurs mois de prison, Carlos Ghosn, qui n’a pas le droit de quitter le Japon, a été inculpé dans ce pays pour minoration d’une partie de ses revenus pour un montant de 9,23 milliards de yens (soit 83 millions de dollars) entre 2010 et 2018, dans les rapports de Nissan remis aux autorités boursières. Il a également été inculpé pour divers abus de confiance. En France, l’ancien patron, déchu de toutes ses fonctions chez Renault et Nissan, est soupçonné d’avoir obtenu la location du château de Versailles et du Grand Trianon pour l’organisation de son mariage, une prestation évaluée à 50 000 euros (soit 56 000 dollars), en contrepartie d’une convention de mécénat signée entre l’établissement public et la marque au losange.

L’enquête, confiée à l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff), fait suite à un signalement de Renault à la justice début février. Un conseil d’administration du constructeur est prévu demain afin de préparer la prochaine assemblée générale des actionnaires. La rémunération de Carlos Ghosn au titre de 2018 devrait notamment y être discutée ainsi que le renouvellement d’administrateurs arrivés en fin de mandat. La réunion sera aussi l’occasion de faire un point sur les résultats de l’enquête interne.

Sources : AFP et Reuters

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Émilie SUEUR

L’édito de Émilie SUEUR

Indigne pouvoir libanais

Décryptage de Scarlett HADDAD

Ultimes concertations avant les consultations

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants