X

Liban

Décès d’un garçonnet scolarisé à Champville des suites d’une infection par un streptocoque A

Santé publique

Le petit Marven Hobeika est mort dimanche dans les bras de sa mère en route pour l’hôpital.

Fady NOUN | OLJ
19/03/2019

Un garçonnet de cinq ans, Marven Hobeika, est mort dimanche des suites d’une infection bactérienne aiguë par un streptocoque invasif de type A, a-t-on appris de source médicale responsable. Ses obsèques ont été célébrées hier à 15h en l’église Saint-Joseph de Baskinta.

Le petit Marven est arrivé dimanche à l’aube à l’Hôpital grec-orthodoxe de Beyrouth en état de mort clinique, dans les bras de sa mère, a-t-on appris de source informée. Il a été tout de suite introduit en salle de réanimation. « Tout a été fait, pendant plus d’une heure, pour tenter de le réanimer », a précisé une source hospitalière. Une ponction pleurale a été effectuée, tandis qu’une radio du poumon montrait un poumon droit blanc, preuve d’une infection pulmonaire grave, apprend-on. À 6h35, les efforts de l’équipe médicale n’ayant pas donné de résultats, l’enfant a été déclaré mort et les parents en ont été informés.

Dans un communiqué publié hier, l’Hôpital grec-orthodoxe a affirmé que « le diagnostic final de ce cas n’est pas encore terminé ». Toutefois, l’hôpital a tenu à rassurer les parents des élèves où l’enfant était scolarisé et leur a demandé de ne pas s’alarmer outre mesure. « En cas d’augmentation de la fièvre, de difficultés respiratoires ou de mal de ventre, les parents devraient consulter leur médecin ou se diriger vers les urgences hospitalières », a indiqué le communiqué.


L’exploitation du drame

Les parents du petit Marven ont, de leur côté, publié un communiqué dans lequel, réagissant à ce qui est publié sur leur drame dans les réseaux sociaux, ils demandent à leurs usagers de rester « précis et objectifs sur l’origine du décès ».

Certains médias ont en effet parlé du virus H1N1 et de méningite, ce que le ministère de la Santé a catégoriquement démenti, tout en confirmant en soirée que « le décès est dû à un streptocoque de type A invasif qui a affecté le système respiratoire, provoquant éventuellement un arrêt pulmonaire, puis cardiaque ». Le communiqué des parents demande aussi que « le drame ne soit pas exploité » et que soit évité « tout ce qui peut provoquer la panique des parents, par égard pour la famille aussi bien que pour éviter d’égarer l’opinion ».


Désinfection à Champville

Dans un communiqué publié hier, l’Agence nationale d’information (ANI) a apporté certaines précisions sur ce drame. L’agence a ainsi rapporté qu’en raison d’une fièvre élevée, la direction de Champville avait alerté vendredi dernier les parents du petit garçon et leur avait demandé de venir le chercher.

Croyant avoir affaire à un virus, ceux-ci ont attendu 24 heures, avant de consulter un médecin. Mais, voyant que sa situation se dégradait, ils ont décidé de l’hospitaliser. Informée du cas, une équipe du ministère de la Santé s’est immédiatement rendue à l’hôpital et a effectué des prélèvements nécessaires à l’identification de la cause du décès, poursuit le communiqué publié par l’ANI. Les tests ont été envoyés de suite à l’hôpital Rafic Hariri. Les premiers examens de laboratoire ont montré que la cause du décès est le streptocoque de type A.

De son côté, la direction de l’école a décidé de fermer ses portes, hier, en signe de deuil. Parallèlement, elle a demandé à la compagnie Boeker de procéder à une désinfection générale des lieux et des autocars, sachant qu’elle procède annuellement à une désinfection totale des espaces scolaires. Dans une circulaire aux parents, elle a affirmé qu’elle est restée en contact avec le service de pédiatrie de l’Hôpital Saint-Georges, et qu’après consultation d’un infectiologue et des pédiatres du collège, elle affirme que « le décès du petit Marven est dû à un choc septique à streptocoque A ». « Ce germe n’est habituellement pas contagieux, précise la circulaire, ne provoque pas d’épidémie et ne nécessite aucun traitement préventif. »

Le collège rouvrira ses portes aujourd’hui, et avertit qu’il exigera des familles « de ramener directement à la maison tout élève qui présentera une fièvre de plus de 38 degrés ».

Le « strep test »

Selon une source médicale informée, des camarades du petit Marven ont été examinés et/ou hospitalisés à titre préventif. Mais, assure-t-on de même source, « si le streptocoque de type A est contagieux, il est souvent bénin ». Toutefois, pour rassurer les parents, et puisque les symptômes du streptocoque sont les mêmes que ceux d’une grippe, la source médicale citée conseille aux médecins de ne pas faire attendre leur patient trois jours comme ils le font généralement, mais de leur faire effectuer au plus tôt un test simple, le « strep test », qui peut, sur-le-champ signaler la présence de streptocoques.

Il y a lieu de signaler que la bactérie invasive qui a causé le décès du petit Marven est aussi celle qui a affecté la petite Ella Tannous, dont l’affaire avait défrayé la chronique. Il avait fallu neuf jours, à l’époque, pour identifier le streptocoque A responsable de l’infection, le spécimen prélevé ayant été envoyé pour analyse en Allemagne, alors même que des hôpitaux au Liban disposent des laboratoires donnant le même résultat… en trois jours. « Moins de souci pour leur réputation et plus de coopération entre les hôpitaux peuvent faire éviter aux Libanais beaucoup de drames inutiles », a conseillé la source médicale responsable citée.


Pour mémoire 

Le virus H1N1, objet de désinformation

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Marionet

Ah, ça c'est du journalisme responsable et pro. FN fait le tour du sujet en évitant tout sensationnalisme et en mentionnant tous les points de vues et toutes les mesures prises avant et après ce drame: parents du gamin décédé, établissement hospitalier, établissement scolaire, etc.

Eddy

Il Suffit de cliquer sur www.pasteur.fr

Transmission et maladies associées
Streptocoque A
Le streptocoque du groupe A (SGA), Streptococcus pyogenes, se transmet exclusivement d’homme à homme. Il est responsable d’infections fréquentes bénignes et non invasives, telles que l’angine et l’impétigo, et également d’infections invasives graves : bactériémies, infections cutanées nécrosantes, infections puerpérales, pleuropneumopathies, méningites, qui peuvent être associées à un syndrome de choc toxique streptococcique. Le taux de mortalité des infections invasives à streptocoques A est estimé entre 10 et 16% toutes pathologies confondues (les taux de mortalité sont respectivement de 35 à 75% en cas de choc toxique streptococcique, de 20 à 45% pour les dermo-hypodermites nécrosantes et de 27% pour les méningites).

TrucMuche

C'est parce que le système de santé est bon au Liban que S Hariri est allé se faire soigner à Paris? 30 ans après la fin de la guerre, l'état reste déglingué et le pays foutu. Sortons les politiques que nous avons, tous, en vrac!

Bustros Mitri

Que Dieu ait son ame. On espère que l ' infection n' était pas due à des conditions d' hygiène publique défectueuse...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants