X

La Dernière

Didier Barbelivien au Liban, avec « Elle », « Elsa » et « Toutes les filles qu’il a aimées avant »

Échappée belle

L’homme aux 2 000 tubes interprétera ses plus grands succès demain soir au Casino du Liban, dans le cadre des Nuits Nostalgie.

M.G.H. | OLJ
15/03/2019

Il vient de souffler ses 65 bougies, l’auteur, compositeur et interprète français qui déclare tout de go, lors d’un échange par courrier électronique, avoir hâte de fouler le sol libanais. « Je sais, dit-il, que mes chansons sont connues au Liban, pays éminemment francophone »… et nostalgique, pourrait-on ajouter.

Didier Barbelivien écrit et chante depuis quatre décennies. À écouter ses chansons, on comprend que la vie est sa plus grande muse. « Je puise mon inspiration dans l’imagination, mais surtout dans la vie quotidienne », dit l’artiste.

Barbelivien a écrit plus de 2 000 chansons depuis 1978. « Pour beaucoup de chanteurs », rappelle-t-il, ajoutant : « On a même oublié que c’est moi qui les ai écrites. » Parolier de Patricia Kaas, Garou, Michel Sardou – « Sardou, c’est un peu le patrimoine français » – Johnny Hallyday – « un être très attachant » –, Claude François, Gilbert Montagné, Sylvie Vartan, C. Jérôme, Michèle Torr...

Ses titres les plus récents sont dédiés à des personnes en particulier. Il a écrit Bouquets de fleurs en pensant aux victimes du terrorisme; Le maître des horloges au président Macron ; Tourne, tourne le temps au cinéaste Claude Lelouch ; et Le temps est passé comme il peut à son ami, le regretté Gonzague Saint Bris. Quant à Sauvez les guitares, il s’agit d’une ode à la musique acoustique. « J’avais déjà écrit des chansons sur Gabin, Steeve Mac Queen, Léo Ferré, un être unique, un anarchiste philosophe... Mais je ne pense pas que mon dernier album soit très connu au Liban. Je chanterai plutôt mes grands succès demain soir au Casino. » Le poète du soleil et de l’amour qui chantait, Elle, Elsa et À toutes les filles que j’ai aimées avant, porte-t-il le poids de son temps ? « Je suis toujours très lucide sur la vie en général. Aujourd’hui, je trouve que tout va trop vite. On en oublie l’essentiel : vivre, aimer, regarder autour de soi. Je prends la vie comme elle vient. »

Quel est le tube que celui que l’on surnomme Monsieur Tubes aurait souhaité avoir écrit lui-même ? « Il y en a beaucoup, mais je ne peux pas en citer un. J’aime les chansons des Beatles, Elton John, Bob Dylan, Léo Ferré, Jean Ferrat, Jacques Brel... » Et s’il devait écrire une chanson aux Libanais, quel serait son titre et son premier couplet ? « Ce sera plus facile à mon retour, avec le ressenti du pays », promet-il.

En attendant la suite avec impatience, le voilà qui vient sous les sunlights de nos tropiques méditerranéens, non pas pour les vacances, mais pour un concert de chansons tirées de son très vaste et populaire répertoire. Et pour faire vibrer ainsi tous les Violons du passé...



Casino du Liban

Samedi 16 mars, à 20h30, à Maameltein. Un concert dans le cadre des Nuits Nostalgie coproduit par Star System et 2U2C.

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

Un monument de la chanson française. Un créateur de tubes et un roi de la francophonie. L'écouter est un pur bonheur.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre Hariri et Bassil, l’entente vacille, mais ne tombe pas

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué