X

À La Une

La justice maintient les inculpations de Tariq Ramadan pour viol

France

Le bras de fer entre les parties tourne désormais autour de l'abondante correspondance sexuelle de l'islamologue suisse avec les deux femmes, qui a fragilisé leur témoignage tout en documentant, selon les parties civiles, "l'emprise" du prédicateur.

OLJ/AFP
14/03/2019

Après un an de rebondissements et une volte-face retentissante, l'islamologue suisse Tariq Ramadan espérait voir la justice française lever ses deux inculpations pour viol, mais sa demande a été rejetée jeudi. L'intellectuel musulman de 56 ans est inculpé depuis le 2 février 2018 pour deux viols, dont un sur personne vulnérable, des accusations qu'il conteste fermement.

Au début de cette affaire, Tariq Ramadan niait tout rapport sexuel avec les deux plaignantes : Henda Ayari, ancienne salafiste devenue militante laïque, qui dénonce un viol au printemps 2012, et une femme surnommée dans les médias Christelle, qui a rapporté des faits similaires commis à Lyon (centre-est) le 9 octobre 2009. Mais contraint par l'enquête à changer de version, l'islamologue plaide désormais des relations de domination "consenties".

"Face aux mensonges et aux dénégations de M. Tariq Ramadan, la parole des plaignantes a pesé plus lourd", s'est félicité jeudi l'avocat de Christelle, Me Eric Morain. "C'est une bonne nouvelle que la parole des femmes en 2019 pèse plus lourd que ces mensonges considérables", a-t-il ajouté à la sortie de l'audience. "M. Ramadan a menti tout au long de cette instruction, sa défense a bluffé et le dossier a parlé. Aujourd'hui, l'instruction continue et c'est une très très grande satisfaction", a-t-il conclu.

"La décision de la cour d'appel, dont on ne connaît pas encore la motivation, n'efface pas les mensonges démontrés des parties civiles, puisque les investigations ont démontré que les relations qu'elles ont eues avec M. Ramadan étaient voulues et pleinement consenties", a pour sa part réagi auprès l'AFP Me Emmanuel Marsigny, avocat de la défense.


(Pour mémoire : Enquête pour viols : Tariq Ramadan obtient sa mise en liberté sous conditions)


"Prématurée" 
Tariq Ramadan avait demandé cet été aux juges d'instruction de le placer sous le statut intermédiaire de témoin assisté, première étape vers le non-lieu qu'il réclame.
A l'époque, l'intellectuel niait encore tout rapport physique avec les plaignantes. Il avait seulement fini par admettre des relations extra-conjugales avec d'anciennes maîtresses et une troisième plaignante, un dossier dans lequel il n'est pas inculpé. Les magistrats avaient donc rejeté sa requête, jugée "prématurée".

Cinq mois plus tard, la chambre de l'instruction a examiné à huis clos mi-janvier l'appel formé par Tariq Ramadan contre cette décision. Mais entre-temps, la donne avait changé. Tariq Ramadan a en effet reconnu en octobre une relation sexuelle avec chacune des deux plaignantes, concédant des "moments de fougue et de domination", mais niant les viols.

La position de l'islamologue était devenue intenable depuis la révélation en septembre de centaines de SMS sans ambiguïté exhumés d'un vieux téléphone de Christelle.



(Pour mémoire : Comment Tariq Ramadan a fini par reconnaître des relations sexuelles avec deux plaignantes)



"Emprise" 
Le bras de fer entre les parties tourne désormais autour de l'abondante correspondance sexuelle de M. Ramadan avec les deux femmes, qui a fragilisé leur témoignage tout en documentant, selon les parties civiles, "l'emprise" du prédicateur.

En premier lieu, la datation d'un SMS de Christelle où elle écrit que Tariq Ramadan lui a "manqué" dès qu'elle a "passé la porte" est au cœur des débats.
A-t-il été envoyé après les faits, comme le soupçonnent les enquêteurs de la brigade criminelle, ou plusieurs semaines avant, à la suite d'un jeu érotique sur Skype, comme l'affirme Christelle ?

Des messages de Mme Ayari, envoyés après la date des faits, ont également été analysés. Ils contiennent des propositions sexuelles mais également des reproches de violence et de manipulation.

De manière constante depuis leurs plaintes, en octobre 2017, Henda Ayari et Christelle ont décrit chacune un premier rendez-vous qui a basculé dans un rapport sexuel brutal et contraint. Toutes deux ont aussi invoqué l'emprise exercée par l'islamologue - par des mensonges, des manipulations et des menaces - corroborée par des témoignages d'anciennes maîtresses versés au dossier.

En avril 2018, une quatrième femme a déposé plainte en Suisse, entraînant l'ouverture d'une instruction à Genève, dans laquelle M. Ramadan n'a pas encore été entendu.

Celui qui fut longtemps considéré comme une figure aussi influente que controversée de l'islam européen a été remis en liberté mi-novembre, sous contrôle judiciaire avec interdiction de quitter le territoire. Le prédicateur, qui souffre d'une sclérose en plaques, a dû verser une caution préalable de 300.000 euros et remettre son passeport suisse.



Pour mémoire
Contredit par ses SMS, Tariq Ramadan voit s'éloigner sa sortie de prison

Tariq Ramadan, poursuivi pour viols, de nouveau hospitalisé

Mobilisation grandissante autour du sort judiciaire de Tariq Ramadan

Affaire Ramadan : des récits d'une grande violence et des soupçons de collusion 

L'affaire Tariq Ramadan sème le trouble dans les rangs musulmans

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

La notion de demi-viol n'existe pas Monsieur Tariq ramadan.
Un viol est un crime.

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’ennemi n° 1 (des Libanais)

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants