X

La Dernière

En Slovaquie, Saint-Pierre de Rome en glace, étape touristique vers le ciel

Pendant ce temps, ailleurs...

Au cœur des monts enneigés de la région des Hautes Tatras, un édifice religieux éphémère se renouvelle chaque année grâce à des sculpteurs venus du monde entier.

OLJ
14/03/2019

Une jeune religieuse retient son souffle pour admirer la statue d’un ange baignée dans des reflets de toutes les couleurs illuminant le temple. Une bouffée de vapeur blanche sort de sa bouche car l’air est très froid dans cette basilique Saint-Pierre de Rome miniature faite de blocs de glace, au cœur des monts enneigés slovaques. La bâtisse tient debout sans une brique, sans ciment ou bois, matériaux traditionnels de construction dans la région des Hautes Tatras (nord de la Slovaquie). À une altitude de 1 285 m, le temple de glace aux murs transparents est l’édifice religieux le plus proche du ciel parmi les plus de 4 100 églises que compte ce pays à majorité catholique.

Chaque hiver depuis 2013, des sculpteurs affluent dans le petit hameau de Hrebienok pour recréer des églises dans des blocs de glace, financées par l’Office du tourisme régional, par le ministère des Transports et de la Construction et par des partenaires, pour un montant total non divulgué. L’an dernier, quelque 250 000 visiteurs avaient pu admirer une réplique de la Sagrada Familia de Barcelone, l’œuvre célèbre inachevée de l’architecte Antoni Gaudí. Cette année, 16 sculpteurs slovaques, polonais, gallois et américains ont reconstitué en modèle réduit de 11 mètres de haut la basilique Saint-Pierre de Rome, avec sa fameuse colonnade du Bernin. Il leur a fallu un mois de travail, à raison de 12 heures par jour.

Bien qu’elle n’ait jamais été consacrée, pour Zlatica Janakova, une visiteuse du sud du pays, Saint-Pierre de glace est une vraie église. « C’est si bon pour l’âme, l’endroit procure un sentiment de tranquillité d’esprit », dit-elle tout bas, contemplant le paysage grandiose. « L’endroit est magnifique, tellement tranquille et paisible », renchérit Martin, un touriste britannique. L’entrée est gratuite. Tout comme les concerts de musique sacrée qui font vibrer le lieu chaque dimanche.

Sculptures et marmottes

À l’intérieur du temple de glace, des sculptures inspirées d’œuvres de maîtres italiens côtoient des animaux des Hautes Tatras, tels que les chamois et les marmottes. Un verrier d’origine gréco-slovaque, Achilleas Sdoukos, a dessiné et fabriqué des vitraux intégrés aux murs glacés du temple. Les matériaux de construction, à savoir 1 880 blocs de glace cristalline pesant 225 tonnes au total, ont été importés de la Pologne toute proche. Alors qu’un hiver exceptionnellement chaud menaçait de faire fondre une partie de leur œuvre, les sculpteurs l’ont protégée en la mettant sous cloche grâce à l’installation d’un dôme géodésique d’un diamètre de 25 m et au recours à des unités de réfrigération. Objectif : garantir une température de -10° C. Plus de 15 charpentiers ont aidé les sculpteurs à empiler la glace, chaque bloc pesant 125 kg. « Il nous a fallu plus de temps pour empiler les blocs que pour les sculpter », raconte le chef du projet, ajoutant que la glace était fragile et difficile à sculpter. Si un fragment se détache, on peut utiliser de l’eau pour le recoller.

Ouvert de novembre à la fin avril chaque année, le temple de glace est en train de devenir un lieu de choix pour les mariages (civils). « Ici, (...) nous sommes probablement au plus proche de notre moi spirituel et de nos religions respectives », explique Veronika Littvova, responsable du tourisme dans la région des Hautes Tatras, dont la majeure partie est un parc national vierge et protégé. Elle se dit convaincue que les mariages célébrés dans un temple de glace débouchent sur des unions heureuses et durables. « Grâce à cette énorme masse de glace, je crois que les mariages contractés ici seront préservés et dureront éternellement », estime Mme Littvova.

Mais quand vient la saison douce, les systèmes de réfrigération sont coupés, le dôme est démonté, la structure de glace démantelée. Et les derniers résidus fondent, à même le sol.

Source : AFP

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’ennemi n° 1 (des Libanais)

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants