L’édito de Ziyad MAKHOUL

Le pape et le diable

L’édito
25/02/2019

Le pape François est un homme étonnant. Très étonnant. Pour le milliard de catholiques, mais aussi pour beaucoup, beaucoup, d’athées ou d’agnostiques, l’avènement du cardinal argentin jésuite sur le trône de Saint-Pierre avait créé un kaléidoscope d’émotions – et d’émois. Créé des sourires, grands comme de l’espérance ; créé de l’attente, fiévreuse, pour une Église visiblement prête à se remettre radicalement en question par un homme fou de football et de Fellini ; créé de l’empathie, tellement d’empathie, pour un pape, hôte universel, déterminé à accueillir tout le monde dans la Maison : chrétiens, certes, mais aussi musulmans, juifs, bouddhistes et païens, pédés et divorcés, pauvres et lépreux, Judas et Marie-Madeleine, adolescents acnéiques et vieillards sadiens, hommes, femmes, oiseaux et sycomores… François, en prenant la succession de Benoît XVI, en assumant pleinement sa différence, sa marginalité même, avait (ré)incarné la foi catholique comme très (trop) peu de papes avant lui. Il avait ramené cette religion à son paléolithique : tout le monde doit (re)venir au bercail ; chacun doit savoir qu’il sera logé, blanchi et nourri à condition d’accepter les règles du foyer; et la planète doit sentir, ressentir et comprendre que cette Église un peu percluse, un peu Atlas, un peu déconnectée, veut de nouveau remplir sa mission originelle, primitive : servir de cordon ombilical, protéger, aider, guider et sécher des larmes. François, en entrant en fonction, avait été éblouissant. Inouï.

Hélas…

Héros légendaire de la guerre de Troie, Achille a été plongé par sa mère dans le Styx, l’un des fleuves des Enfers, pour que son corps devienne invulnérable ; son talon, par lequel le tient Thétis, n’est pas trempé dans le fleuve et reste celui d’un mortel. Après dix ans de combats féroces, il décide de s’exclure de cette guerre après une querelle avec Agamemnon. Mais la mort de son amour, Patrocle, le ramène dans l’arène. Il mourra, d’une flèche au talon lancée par Pâris et guidée par Apollon, juste après avoir tué le prince troyen. François, aussi, a son talon. Plongé depuis presque toujours dans son adoration de Jésus, dans son admiration pour saint François d’Assise; galvanisé par ses obsessions : l’acceptation de l’autre, la résurrection d’une Église matricielle et placentaire, le rassemblement des ouailles ; arc-bouté sur ses certitudes : ce message doit être infatigablement transmis et retransmis de cent et une manières, et la communication et le marketing sont deux armes de construction massive absolues, le pape François s’est laissé piéger par son talon : son corporatisme. Cette immarcescible conviction qu’aucun homme qui décide de porter les habits de serviteur de Dieu ne peut faire du mal. À un oiseau, et, surtout, à un enfant.

Qu’un nonce apostolique septuagénaire et libidineux harcèle sexuellement un employé de mairie majeur et vacciné, voilà un délit, ridicule à souhait, qui doit être sanctionné d’une façon ou d’une autre. Mais qu’un curé, qu’un évêque, qu’un cardinal abuse sexuellement d’un enfant ou même le harcèle, voilà un crime impardonnable. Il ne fait aucun doute que le pape François doit souffrir dans son âme et ses os à chaque fois qu’il entend le témoignage terrifiant d’une victime d’actes pédophiles de la part d’un homme d’Église, comme celle de Juan Carlos Cruz au cours du sommet, au Vatican, ces quatre derniers jours, consacré aux abus sexuels du clergé. Qu’il doit souffrir à la fois pour ces enfants et pour son Église – et c’est peut-être dans ce et, dans cette concomitance, dans cette absence de hiérarchie de la douleur et de la compassion, que se trouve tout le problème.

Alors comment expliquer qu’au cours de son voyage au Chili en janvier dernier, François a brutalisé les journalistes qui l’interpellaient. « Le jour où vous m’apportez une preuve contre l’évêque Barros, je vous parlerai. Il n’y a pas une seule preuve contre lui. Tout est calomnie », avait-il ainsi lancé, avant de donner une accolade publique à l’évêque controversé, puis se voir obligé de présenter ensuite, dans l’avion, ses excuses aux victimes d’abus sexuels. Alors comment expliquer qu’hier, François se soit contenté de mots, aussi forts soient-ils, parlant de « sacrifices païens », d’« instruments de Satan » et de « main du mal », sans entrer un seul instant dans le cœur brûlant et martyrisé du sujet? Comment accepter qu’il ait jugé bon de noyer le poisson avec ses statistiques sur la pédophilie dans les familles, les écoles et le monde du sport ? Sans annoncer des mesures fortes, symboliques et substantifiques à la fois, sans insister sur une tolérance zéro, théorique et pratique, exclusions à l’appui, exigées par les associations de victimes ? Sans privilégier des mesures législatives immédiates et la levée urgente et indispensable du secret pontifical ? Sans évoquer la très rapide mise sur pied de commissions d’enquête mixtes, hommes d’Église et hommes de loi ? Sans tout faire, et pas que dire, donc, pour que l’Église retrouve, à ce sujet, une crédibilité pratiquement dynamitée ; qu’elle se débarrasse, comme François le veut depuis le début, de cette « mentalité cléricale qui privilégie les bourreaux et refuse de reconnaître l’horrible réalité », selon les termes impitoyables du cardinal colombien Gomez? Parce que tant que François n’agira pas, ne sera pas dans l’hyperconcret, le sentiment d’impunité au sein du clergé aux quatre coins de la planète restera monstrueusement présent.

On ne touche pas à un enfant impunément. Jamais. Cette mentalité cléricale, ce corporatisme, encore une fois, c’est-à-dire cet amour fusionnel pour la maison de Jésus, ce talon si fragile, si meurtri(er), peuvent annihiler la mission, sincère et farouche, du pape François. Peuvent férocement modifier son ADN. Peuvent le noyer dans ce qu’il a toujours combattu et refusé. Peuvent réduire cet homme à la somptueuse bonté, un homme probablement unique et extraordinaire, à un maquilleur. De génie, peut-être, mais un simple maquilleur, maître ès cosmétiques en tout genre.

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Hitti arlette

Trop bas- bleu

C- F- Contributions et Interprétations

""Immarcescible conviction"" ; ""septuagénaire et libidineux"" . Ouf ! et quoi encore ? Un passage (obligé ?) par la mythologie grecque. Rien que ça ! Au point où nous en sommes, le mal est fait, mais il peine à atteindre l’autre rive de la méditerranée, où pour d’autres raisons, ils sont même contre le mariage civil…
Tellement réducteur, le propos, mais s’il ne faut pas ""réduire cet homme à la somptueuse bonté"", il ne faut pas réduire l’église au seul scandale de ces derniers temps. Combien de chrétiens payent pour leur foi ? Combien d’églises incendiées ?
Vous n’avez pas d’autres chattes à fouetter ? Revenez sur terre !
C. F.

Yeomans Roger

Cher M Makhoul, le français n'est pas ma première langue, mais le mot 'pédé' que vous utilisez n'est-il pas une insulte? Et n'est-il pas particulièrement inapte dans ce contexte parce qu'il soulève l'identification injustifiée de l'homosexualité et de la pédophilie?

Vraiment, je me serais attendu à un peu plus de sophistication de ce journal...

Tina Chamoun

Apparemment, le diable s'habille uniquement en soutane catholique. Humm! Et les autres hommes de religion, ils revêtent l'habit qui fait le moine?? Quoique moine par ces temps qui courent ne semble pas être en odeur de sainteté! Une vraie cabbale quoi!

Cadige William

Je me desole de lire cet article qui prend le relais des journaux francais gauchistes pour critiquer et enfoncer davantage l’action du pape qui, Evennement Historique, a eu le courage de reconnaitre et de denoncer les abus pedophiles de l’eglise catholique de par le monde.
Son action actuelle revolutionne les anciens tabous et merite reconnaissance et hommage.
Je trouve hypocrite et de mauvaise foi que de concentrer tous les blames et les critiques hautement mediatises sur le clerge catholique, alors qu’un petit tour dans les temples bouddhistes en Asie ou dans les Ecoles coraniques au Maghreb ou au Pakistan, lèverait le voile sur un drame encore plus profond et plus affligeant et toujours d’actualite qu’on veuille l’occulter ou non.
Laissons l’Eglise Catholique penser et remedier a ses maux en paix.
Ne passons pas sous silence le mérite de lEducation et des valeurs dont elle nous a imprégné, Croyants ou pas.

Hitti arlette

La pedophilie ne concerne ,semble-t-il , que le clergé de l'église catholique. Comme si ce trouble (des..humain donc universel) est étranger aux autres communautés du monde . Le silence et l'hypocrisie font que ces "autres " évitent le tapage .Ils esquivent adroitement scandales et esclandres et les camouflent jusqu'à l'étouffement . Neamoins , malgré tous les efforts pour dissimuler ces fâcheux événements, ils ne tardent jamais pas à se savoir ,mais ....de bouche à oreille sans parvenir aux médias qui jubilent a en faire des tartines à longueur de journée .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL FAUT ERADIQUER LE MAL A LA RACINE SANS PITIE ET RENOVEZ L,EGLISE. UN CONSEIL : PERMETTRE LE MARIAGE AU CLERGE. LE MAL SERAIT ERADIQUE A 90 PCT. NETTOYEZ LE 10PCT RESTANT !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le gouvernement se réunit aujourd’hui, mais la crise de confiance est trop profonde

Commentaire de Anthony SAMRANI

Le réveil d’une nation

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants