Dernières Infos

Venezuela : nouvelles désertions de membres des forces de sécurité passés en Colombie

AFP
23/02/2019

Au moins 23 membres des forces de sécurité du Venezuela, dont 20 militaires, ont déserté samedi, passant en Colombie alors que la tension montait à la frontière fermée par le gouvernement de Nicolas Maduro pour bloquer l'entrée de l'aide humanitaire.

Dans un précédent bilan, le service des migrations colombien avait fait état d'un total de 13, dont 11 militaires et deux policières, ayant rompu avec le gouvernement du président Nicolas Maduro. Ce service a annoncé dans l'après-midi que "23 membres des différentes forces armées du Venezuela ont pris contact" avec lui "fuyant la dictature de Nicolas Maduro".

Un journaliste de l'AFP en a vu quatre passer du côté colombien de la frontière par le pont Simon Bolivar, fermé depuis la veille sur ordre du dirigeant chaviste. La police colombienne les a accueillis et mis à l'abri, l'un d'eux, portant l'uniforme de la Garde nationale bolivarienne, a fondu en larmes, les mains en l'air, en remerciant d'avoir pu franchir la frontière.

Le service des migrations a précisé qu'il y avait au total 20 militaires et trois policiers.

L'un des militaires s'est présenté comme le major Hugo Parra, en uniforme de la Force armée nationale bolivarienne. "Je reconnais notre président Juan Guaido et je lutterai avec le peuple vénézuélien à chaque étape", a déclaré à la presse le major Parra, qui s'est entretenu avec l'opposant dans un entrepôt proche du pont international de Tienditas, d'où est partie l'aide vers le Venezuela.

Juan Guaido, qu'une cinquantaine de pays ont reconnu comme président par intérim du Venezuela, a promis une amnistie aux militaires qui rompraient avec le régime de Nicolas Maduro, accusé d'avoir été réélu frauduleusement à la présidence. "Les soldats avec lesquels j'ai parlé ont suivi leur désir de vie et d'avenir pour leurs enfants que l'Usurpateur ne leur garantit pas. Soldat vénézuélien, le message est clair: fait ce que te commande la Constitution. Il y aura une amnistie et des garanties pour ceux qui se mettent du côté du peuple", a-t-il écrit sur Twitter.

Les trois premières désertions ont eu lieu dans la matinée, avant que Juan Guaido annonce la sortie des entrepôts de Cucuta des camions d'aliments et de médicaments, envoyés par les Etats-Unis et leurs alliés.

Selon le service des migrations, trois membres de la Garde nationale bolivarienne ont alors renversé, avec un véhicule blindé, l'une des barrières de sécurité du pont Simon Bolivar qui unit les deux pays, à Cucuta. Une femme, qui se trouvait au poste-frontière, a été blessée lors de leur passage. Un journaliste de l'AFP a vu des traces de sang sur la barrière.

Le gouvernement de Maduro a ordonné vendredi soir la fermeture de la frontière dans l'Etat de Tachira (ouest), frontalier de Cucuta. 

L'opposition à Maduro était samedi déterminée à faire entrer l'aide stockée notamment à Cucuta, ainsi qu'au Brésil, mais refusée par le régime chaviste qui y voit les prémices d'une intervention militaire des Etats-Unis.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

25 mai 2000-25 mai 2019 : ce qui reste de la fête de la Libération

Un peu plus de Médéa AZOURI

Et si on faisait tous la grève ?

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants