Liban

Influence interne du Hezbollah : deux facteurs suscitent des inquiétudes

Décryptage
22/02/2019

Les craintes exprimées par l’ambassadrice des États-Unis Elizabeth Richard « sur l’influence grandissante du Hezbollah au sein du gouvernement » n’ont pas suscité une grande réaction de la part des différentes parties politiques, y compris celles qui se déclarent soucieuses de la souveraineté du Liban. Pourtant, Mme Richard a été claire dans sa position au sujet du Hezbollah, non seulement à l’issue d’une rencontre avec le Premier ministre Saad Hariri, mais aussi avec le chef du parti Kataëb et probablement dans le cadre d’autres rencontres officielles.

Alors que les formations politiques se lancent dans une polémique au sujet de la visite prévisible du ministre d’état pour les Affaires des réfugiés syriens à Damas, les déclarations de Mme Richard – qui peuvent être perçues comme une tentative de monter les parties libanaises contre le Hezbollah, ou en tout cas comme un avertissement de la part de l’administration américaine à l’égard du Liban officiel et politique – n’ont pas provoqué de protestations ou de débats. La seule réponse est venue du chef de l’État qui, dans sa rencontre avec le président et les membres du conseil de l’ordre des rédacteurs, a évoqué ce sujet.

Le président Michel Aoun a précisé, à ce sujet, que la position exprimée par Mme Richard n’est pas conforme à la réalité. Selon lui, le Hezbollah a un poids politique et populaire qu’il a conservé et qui s’est traduit à travers les élections législatives. Ce poids s’est reflété au sein du gouvernement, mais il se maintient, sans plus. Il a aussi ajouté qu’il est faux de dire que le Hezbollah a une influence sécuritaire dans le Sud et dans la Békaa, car, dans ce domaine, aucun pouvoir n’est supérieur à celui de l’armée et des forces de sécurité qui ont d’ailleurs accompli ces derniers temps d’importantes opérations sécuritaires, dans ces régions en particulier, consolidant ainsi la sécurité et la stabilité. La déclaration du chef de l’État est claire, mais elle ne suffira probablement pas à dissiper les appréhensions des États-Unis et de ceux qui affirment que le Liban est désormais sous l’influence du Hezbollah.

Pourtant, sur le plan des rapports de force internes, il n’y a pas eu de véritables changements depuis quelques années, notamment par rapport aux dernières législatives en 2009. Certes, quelques sièges ont changé de place sur le plan politique, mais globalement, la situation est restée pratiquement la même, basée principalement sur le consensus. Alors, qu’est-ce qui pousse les États-Unis et certaines parties libanaises à avoir et à exprimer toutes ces craintes ?

Selon une source proche du Hezbollah, il y a deux facteurs qui suscitent les craintes ainsi exprimées : l’un est régional et le second interne.

Sur le plan régional, la situation est certainement différente de celle qui prévalait il y a quelques années encore. En Syrie, le « projet » des États-Unis et de leurs alliés a échoué et le président américain a clairement annoncé son intention de retirer ses troupes de ce pays. Cette décision a d’ailleurs provoqué une telle panique chez les alliés des États-Unis dans la région qu’il a dû la nuancer et affirmer que ce retrait aurait lieu après l’élimination totale de l’organisation État islamique (EI) en Syrie. Mais la présence de l’EI n’est sans doute pas le seul élément d’inquiétude chez les alliés des Américains dans la région, et le président Trump s’est empressé de multiplier les mesures destinées à rassurer ses alliés sans toutefois y parvenir totalement. Dans ce contexte, le régime syrien et l’axe dit de la résistance sont considérés comme les gagnants de l’échec du « projet » américain en Syrie et le Hezbollah fait partie de cet axe. Selon plusieurs sources différentes, son rôle dans l’échec du « projet » américain en Syrie aurait été considérable et il bénéficie donc d’une aura nouvelle au Liban, d’autant qu’il avait été fortement critiqué pour son intervention en Syrie.

C’est donc fort de cette réalisation que le Hezbollah revient de Syrie. Mais ce qui dérange le plus ceux qui affirment que son influence est grandissante au Liban, c’est la décision du parti de s’investir dans les affaires internes libanaises, insistant sur le fait que sa présence en Syrie et ailleurs n’exige plus une mobilisation considérable. Tout en maintenant son état d’alerte au sud et face à Israël, le Hezbollah entame désormais une nouvelle phase de son existence qui le pousse à se plonger beaucoup plus dans les affaires internes libanaises. Pour la première fois en effet depuis son apparition après l’invasion israélienne en 1982 et sa naissance officielle en 1984, le Hezbollah donne la priorité aux dossiers internes libanais. Il a ainsi fait de la lutte contre la corruption un de ses nouveaux objectifs, au même titre que la résistance contre Israël, et il est en train de modifier la ligne directrice de ses relations avec les différentes parties internes. Les excuses du chef du bloc parlementaire de la résistance, Mohammad Raad, après la réflexion malheureuse du député Nawaf Moussaoui sur le président Bachir Gemayel, et la série de contacts entrepris aussitôt par le Hezbollah avec aussi bien les Forces libanaises que les Kataëb montrent un style nouveau dans l’approche des dossiers internes, qui n’est plus uniquement axée sur la position à l’égard de la résistance. Et c’est sans doute cette attitude nouvelle et cette volonté de s’impliquer dans les dossiers internes qui inquiètent le plus les détracteurs du parti. Tant qu’il était orienté vers l’extérieur du Liban et qu’il se limitait à l’intérieur aux régions chiites et à préserver de façon minimale la résistance, cela allait. Mais maintenant qu’il cherche à devenir plus actif sur tous les plans, c’est un sujet d’inquiétude au Liban et à l’étranger...


Lire aussi

La distanciation et les relations avec Damas divisent le Conseil des ministres

Influence interne du Hezbollah : deux facteurs suscitent des inquiétudes

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Chammas frederico

Au loup, au loup crient les "occidentaux"...et certains "locaux"
Le loup reviendrait dans la bergerie
Attention à vos moutons, bergers apeurés...

Mais cela est il suffisant pour "bloquer la bergerie..et enfermer les moutons"

Eleni Caridopoulou

L'armée libanaise la moitié est Hezbollah alors malheureusement il n'y a pas d'armée libanaise et encore ce n'est pas fini, je suis très pessimiste

LIBAN D'ABORD

Mohammad Raad, après la réflexion malheureuse du député Nawaf Moussaoui sur le président Bachir Gemayel,

Une fois de plus vous vous tromper
on s'excuse pour avoir dit qsurtout ue le President Aoun est venu avec l aide des armes de HB( d'ou la reaction du CPL ) et pas vraiment pour voir dit que Bachir est venu grace aux tanks Israeliens


il est faux de dire que le Hezbollah a une influence sécuritaire dans le Sud et dans la Békaa, car, dans ce domaine, aucun pouvoir n’est supérieur à celui de l’armée et des forces de sécurité

DONC POUR LE PRESIDENT L'ARMEE SAVAIT POUR LES TUNNELS ET A LAISSE FAIRE OU PLUTOT NE SAVAIT RIEN ET C'A EN DIT LONG SUR SUR SON POUVOIR
Parfois l'excuse est pire que la faute

Les Etats Unis sont en guerre contre l'Iran qui developpe son influence dans toute cette partie du monde Arabe et essaie d'avertir le Liban en ce sens
ni plus ni moins Il faut aussi rappeler que ces memes Americains ont perdu plus de 200 hommes au Liban dans l'attentat pres de l'aeroport effectue par vous savez qui donc ca ne s'oublie pas



gaby sioufi

pour resumer-encore 1 fois - les conclusions non exprimees par ce decryptage :
Hezbollah a reussi 1 er coup de maitre, re: le 6 fev 2006.
Hezbollah a continuer a oeuvrer pour le bien de vali fakih- forcement - faisant fi de tt interet national libanais
Hezbollah - ET CA C LE PLUS GROS COUP de desinfo, d'intox, de slogans vides ET de mensonges- Hezbollah donc n'a PAS REUSSI a sauver le pouvoir syrien - et pas qu'il n'y avait pas mis toutes ses forces -
Hezbollah ET le Pouvoir Syrien ainsi que Vali fakih ont tous les 3 ete sauves par la Russie
Hezbollah ayant maintenant la "tete" tranquille re: le salut de assad,essaie de baliser -desole, a reussi a baliser superbement ses routes libanaises, s'occupe maintenant d'autoriser l'armee a poursuivre les criminels narco trafiquants et autres, de combattre la corruption mais pas 1 mot sur les corrupteurs dont certains restent tres honores(en cela pareil aux autres parti politiques)
HEZBOLLAH DONC a fini par - c'etait prevu, c devenu legitime- il a fini par reussir le 2e coup de maitre en s'immiscant ainsi dans nos affaires internes- en etant pratiquement seul a en tirer profit.
en attendant son 3eme coup !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TRES CHERE MADAME SCARLETT HADDAD DITES-MOI Y A-T-IL BESOIN QU,ON MONTE TOUS LES AUTRES CONTRE LE HEZBOLLAH ? NE LE FAIT-IL PAS LUI-MEME SANS BESOIN DE X OU Y ? N,EST-CE PAS LE HEZBOLLAH QUI EST SOUS L,INFLUENCE DE L,ETAT COMME L,AFFAIRE DES SIX SUNNITES L,A DEMONTRE ? LA VERITE A L,ENVERS !
LA SITUATION EST BASEE SUR LE CONSENSUS NOUS DITES-VOUS... CAD SUR LA GOUVERNANCE COLLEGIALE AVEC LE HEZB... ET HONNI QUI Y CROIT LE CONTRAIRE !
ET DE CLORE VOTRE ARTICLE AVEC ENCENSEMENTS ET PARTI PRIS DONT ON EST HABITUE !

ACQUIS À QUI

Vous appelez donc l'action des usa et consorts en Syrie du héros, un projet ?

Si ça vous dit ! moi j'appelle ça un COMPLOT occidentale sous influence néfaste des sionistes.
Sinon tout le reste est tellement bien décrit qu'on a l'impression que plus la résistance du hezb libanais se bonifie avec le temps , comme un bon vin ,lol, plus il enrage " ses détracteurs " .

Il faudrait donc que ce parti de la résistance qui fait suer ( torturer gentiment ) tout ce petit monde en interne et international , fasse de grosses bêtises, pour qu'on puise enfin commencer à l'apprécier ?

Je ne sais pas s'il a dans son registre une palette de bêtise à faire , mais pourquoi pas, on va lui demander de commencer à y penser sérieusement, il devrait enser être un peu plus moche pour qu'on commence à l'aimer, il en va de son avenir .

Que Mme richard demande , Mme richard sera servie !


Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La lutte d’influence américano-russo-iranienne bat son plein

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué