X

Liban

Scandale : La directrice de l’hôpital al-Fanar et le directeur des soins médicaux au ministère de la Santé arrêtés

Scandale de l’hôpital al-Fanar
OLJ
20/02/2019

Alors que le cauchemar de cinquante-trois patients de l’hôpital al-Fanar, situé à Msayleh au Liban-Sud, a pris fin hier avec leur transfert, organisé par le ministère de la Santé, vers différentes institutions, le procureur général financier Ali Ibrahim a arrêté hier, pour les besoins de l’enquête, la directrice de l’hôpital ainsi que le directeur des soins médicaux au ministère de la Santé. Il devrait recueillir aujourd’hui la déposition de cinq autres employés de l’hôpital. Le scandale de l’hôpital al-Fanar a éclaté la semaine dernière. Dans cet établissement, les patients étaient privés de bain, de médicaments, de soins convenables, d’hygiène et de nourriture décente. Le ministre de la Santé, Jamil Jabak, qui s’était rendu sur les lieux, avait promis de fermer l’hôpital, de transférer les patients dans d’autres établissements et de désigner les responsables qui, selon lui, détournent les fonds alloués à la gestion de l’hôpital par le ministère et ses donateurs internationaux.Trente-sept patients, des femmes dans leur majorité, ont ainsi été transférés hier par des équipes du Comité islamique pour la santé au centre Imam al-Kazem relevant de l’Association al-Imdad pour la prise en charge des personnes âgées, à Hoch, au nord de Tyr, où un repas leur a été offert à leur arrivée. Ils y ont subi des tests médicaux généraux avant d’être répartis sur deux étages de l’établissement.

Dans une allocution, le directeur général de l’Association al-Imdad, Mohammad Berjaoui, a souligné que le scandale de l’hôpital al-Fanar est « un aspect de la corruption qui ronge le pays ». Il a en outre estimé que « le ministère (de la Santé) et les familles des patients sont responsables parce qu’ils ont tu » ce qui se passait à l’hôpital.

De son côté, le chargé de communication du ministre de la Santé, Mohammad Ayad, a affirmé que le ministère doit renforcer son contrôle sur les hôpitaux, soulignant que « les dépositions de toute personne qui serait impliquée dans ce dossier seront recueillies ».Les seize autres patients ont été transférés à l’hôpital de Jouaya, qui relève du Comité islamique pour la santé, où ils ont été reçus avec des fleurs et des pâtisseries offertes par les infirmières et l’équipe de l’hôpital. Le directeur médical de l’établissement, Jihad Mehanna, a expliqué que les patients seront répartis dans des chambres spécialement aménagées à leur intention où ils recevront les soins nécessaires. Il a souligné que chaque patient aura droit dans les prochaines vingt-quatre heures à un bilan médical complet pour mieux comprendre son état de santé psychique et physique. De plus, a-t-il précisé, l’équipe de l’hôpital organisera à l’intention des patients des activités ludiques et sportives.


Lire aussi

Quelque 55 patients seront transférés aujourd’hui vers deux autres établissements du Liban-Sud


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

D’un automne à l’autre

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants