X

À La Une

Scandale de l’hôpital al-Fanar : le directeur et un haut-fonctionnaire du ministère de la Santé arrêtés

Liban

Le procureur général financier Ali Ibrahim, qui a lancé une enquête, doit interroger mercredi cinq employés de l'établissement.

OLJ
19/02/2019

Le directeur de l’hôpital al-Fanar situé à Msayleh, au Liban-Sud, fermé par le ministère de la Santé après un scandale concernant les conditions inhumaines de l'établissement, et le directeur des soins médicaux au ministère de la Santé, ont été arrêtés mardi après avoir été interrogés dans le cadre de l'enquête lancée par le procureur général financier Ali Ibrahim.

Dans un entretien accordé à la chaîne locale LBCI, le procureur a indiqué qu'il interrogera demain cinq autres employés de l'établissement.

Plus tôt dans la journée, les médias locaux ont rapporté que les patients de l’hôpital al-Fanar ont commencé à être transférés vers d'autres hôpitaux mardi. L'opération de transfert se terminera jeudi. Quelque cinquante-cinq patients seront répartis sur plusieurs hôpitaux du Liban-Sud. Plusieurs autres devraient être transférés vers un nouvel hôpital à Jbeil.

Le scandale avait éclaté la semaine dernière après qu'une travailleuse bénévole, Hayat Jaber, qui apportait des couvertures et des provisions aux malades de l’hôpital, a lancé une alerte sur les conditions précaires et inhumaines dans lesquelles ils vivent. Les patients étaient privés de bains, de médicaments, de soins convenables, d’hygiène et de nourriture décente.

Selon des sources du ministère de la Santé, "plusieurs avertissements ont déjà été adressés à la direction de l’hôpital pour régler sa situation, mais elle ne s’est jamais exécutée".

Le ministre de la Santé, Jamil Jabak, s'était rendu sur les lieux, dimanche, afin de signifier la fermeture de l'établissement. Le procureur général financier Ali Ibrahim a lancé une enquête "en vue de déterminer les responsabilités" dans ce dossier.



Lire aussi

Les patients de l’hôpital psychiatrique Fanar de Msayleh rongés par les poux

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

AIGLEPERçANT

Si le hezb avait voulu ce ministère c'est parce qu'il savait qu'il allait pouvoir gérer.

Et si on leur donnait un autre de même importante ?

L'aménagement du territoire par exemple ? Lol c'était pour rire.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

BIEN FAIT. ILS DOIVENT SERVIR D,EXEMPLE !

NAUFAL SORAYA

Bravo!

De Chadarévian Simone

Et ce n’est que le début! Il faudra faire un grand, grand ménage, le tour de toutes les institutions publiques ( hôpitaux, maisons de retraite, écoles et prisons), les inspecter et faire des recommandations qui conduiraient à des actions concrètes pour que nos citoyens retrouvent dignité et respect ( il en est temps! ).
C’est alors que nous pourrons retrouver la confiance en nos institutions!
Bravo pour le travail courageux des bénévoles, hommes et femmes de bonne volonté!
Capharnaüm nous a bouleversés et non ce n’est pas un fim de fiction...

SdeC

Chucri Abboud

BRAVO,
CE NOUVEAU MINISTRE ME PARAÎT EXCELLENT
IL FALLAIT L'AVOIR TROUVÉ POUR LE BIEN DU PAYS

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants